En bref

Chicha
/ Recours contre l’arrêté

Le 28 août, la Ville de Saint-Denis prenait un arrêté pour interdire la consommation de narguilé dans l’espace public jusqu’au 31 janvier 2021. Contesté par l’opposition, l’arrêté a aussi fait l’objet de deux recours de la part de la Ligue des droits de l’homme (LDH). Le premier en référé a été rejeté le 10 novembre par le tribunal administratif de Montreuil qui n’a pas jugé bon de suspendre en urgence la décision de la municipalité dionysienne. Le recours au fond continue en revanche d’être instruit.

« Nous considérons qu’une telle décision restreint la liberté d’utiliser l’espace public, détaille Lionel Brun-Valicon, président de la section Plaine Commune de la LDH. Par ailleurs, la mesure ne semble pas proportionnelle aux nuisances constatées. Nous interrogeons donc la réalité du trouble. Enfin, nous considérons que ce genre d’arrêté à une visée discriminatoire. » La décision de justice pourrait ne pas intervenir avant l’été 2021.

Réactions

Sans doute encore des choses dont il ne faut pas parler ? Je ne peux m'empêcher de me demander si la LDH à Saint Denis ne serait pas proche de la mouvance indigéniste ou extrême gauche ? Liberté de l'utilisation de l'espace publique ? Mais il faut savoir que les attroupements générés par les groupes de fumeurs de chicha créent des troubles au pied des immeubles, nous laisse parfois en prime quelques détritus (canettes vides, papiers gras...). En qualité de riverain, je réclame le droit au calme le soir et à la propreté. Les cris et discussions à voix haute me dérangent, sans compter qu'on ne peut jamais vraiment exclure quelque trafic si courant à Saint Denis.
DROIT AU RECOURS POUR LA CONTINUITÉ DE CET ARRÊTÉ . Est-ce la LDH pourrait un jour être courageuse et vraiment vertueuse plutôt que de s'acharner à incarner la discrimination de facto envers les vraies et continuelles victimes atteintes dans leurs Libertés, comme celle de Circuler ou marcher Librement dans les rues de Saint-Denis. Les FEMMES et les enfants et nos concitoyens ne s'associant pas à ces comportements on y pense ? ! ; la Liberté de ne plus devoir être exposés de force à ces pisseurs et leur pénis associant la sale odeur de leur urine et leur pollution ferait justice ! Nous restons obligés et contraints de raser les murs face à ces attroupements d'hommes fumeurs, alcoolisés, dealeurs, bagarreurs, tapageurs et harceleurs qui privatisent et s'accaparent l'espace commun ! Allons du courage aux sectaires de la LDH qui demeurent " Juge et Partie " !! C'est pour de la privatisation de l'espace public pour les seuls mâles que se seraient battues Nos Lumières ??? !!! Où est le positif pour l'Intérêt Général la dedans ? Que gagnent nos rues et ses riverains ? Galvaudage et discrimination donc par le groupuscule politique de la LDH. DroitS aux Riverains et Riveraines de ne plus devoir changer de trottoir et de re-vivre en République Lumineuse et unie ! Stoppons ces discriminations qui puent l'escroquerie signées par cette LDH de caniveau. Des faux amis et idiots utiles des Droits voilà la réalité de cette LDH qui a perdu sa tête. L'espace Public se partage avec contrainte mais ne "s'utilise" pas en discriminant les Libertés des autres et en polluant par incivilité gaiement....

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur