Portrait

Samia Amekhouk
/ Femme libérée

Battante. Prisonnière dans sa propre maison, Samia a vécu vingt ans dans la peur avant de trouver le courage de demander de l’aide et d’enfin se libérer du joug d’un conjoint violent.
© Samia, ex- femme battue. © Yann Mambert
© Samia, ex- femme battue. © Yann Mambert

Dans la cour des habitations où on la reçoit, Samia Amekhouk fait le tour du propriétaire. Elle repère le pommier dans le jardin des voisins, laissé à l’abandon. Imagine une stratégie pour aller récupérer ces fruits qui ne profitent qu’aux animaux errants, puis tout ce qu’elle pourrait cuisiner avec ce butin fictif. Elle monte les escaliers, les descend, les remonte, puis prend la pose devant l’objectif du photographe.

LIRE AUSSI / Au Coin de la Une : violence et résilience

« Vous me faites un beau portrait hein ! », nous exhorte-t-elle en riant. À son âge, son dynamisme force l’admiration. Samia aura 70 ans le 8 mars prochain, date de la Journée internationale des droits des femmes. Un véritable symbole pour celle qui se bat pour la liberté, elle qui en a été privée pendant de longues années par un mari violent. Quand elle raconte son histoire, pas une fois sa voix ne tremble, pas une fois ses yeux, dans lesquels sa mèche de cheveux noirs tombe, ne se mouillent. Elle s’exprime dans un français clair, qu’elle a appris seule grâce à la télévision et à l’insu de son mari. Son premier acte de rébellion dans une vie faite d’interdits et de restrictions.

Recluse sans contact avec l’extérieur

Elle revient sur ce qui l’a décidée à s’extirper d’une situation invivable, qu’elle supportait pourtant depuis vingt ans. C’est une méningite grave, qui l’a conduite à l’hôpital et plongée 24 heures dans le coma qui, paradoxalement, a sauvé Samia. « Je me suis réveillée et je me suis dit : plus jamais. Je ne veux plus de cette vie. Peu importe le temps qu’il me reste à vivre, je veux être libre. On ne décidera plus jamais à ma place. » Cette vie, ce sont deux décennies de séquestration et de violences infligées par un mari qu’elle décrit comme un bourreau. Arrivée au tout début des années 1970, à 19 ans, en région parisienne en provenance d’Algérie, pays dans lequel elle a grandi, Samia découvre la capitale, s’émerveille sur les Champs-Élysées. « C’était magnifique », sourit-elle. Mais bientôt, elle ne connaît plus que les murs de l’appartement de Saint-Denis où elle est installée avec son mari. Elle se persuade d’abord que la situation ne va pas durer.

« Je pensais, comme j’étais jeune et que je ne connaissais pas le pays, que je pourrais sortir après m’être faite à ma nouvelle vie, à mon nouvel environnement. Il n’en a rien été », raconte-t-elle. Samia n’a jamais eu l’autorisation de sortir, est menacée d’être mise à la porte si elle venait à désobéir. N’a pas le droit d’adresser la parole à ses voisins. Une fois mère, elle ne peut même pas accompagner ou aller chercher ses trois enfants à l’école. Pour son mari, une femme se doit de rester à la maison. Celles qui sortent sont des « traînées ». Lui, vit une vie parallèle à l’extérieur, avec d’autres femmes. 

Elle décrit un homme dominateur très misogyne, très violent. « Il était son propre patron et pouvait rentrer à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Quand, avec mes enfants, on entendait le bruit de la clef dans la serrure de la porte d’entrée, on était terrorisés. » Malgré tout, elle ne peut se résoudre à le quitter. « C’était le père de mes enfants. Je me disais que même si j’étais malheureuse, j’avais mes enfants, un toit, de quoi me nourrir, quand d’autres n’avaient rien. Je me donnais le courage de supporter la situation », se souvient-elle. Entre deux gorgées du thé à la menthe qu’on lui a servi, Samia sort de son sac son portefeuille, où elle garde précieusement un cliché de ces années de calvaire. Une photo d’identité où l’on voit son visage tuméfié, après un énième accès de violence de son mari. « Ce jour-là, il m’avait massacrée », souffle-t-elle. C’est trois jours après les faits qu’elle décide qu’il lui faut garder cette trace. Elle hésite d’abord, pétrifiée par la honte : « Je ne voulais pas que l’on me voie ainsi. »

Épaulée par une voisine avec qui elle avait noué une amitié clandestine, elle finit par se laisser convaincre. Samia se voit défigurée et c’est pour elle le début d’un retour vers la lumière. « Après cet épisode, je ne voyais plus mon mari comme un mari. » Un peu plus tard, la méningite fulgurante dont elle a été victime à la quarantaine finira de la persuader de ne plus endurer cette vie de souffrances. Elle porte plainte, il quitte le domicile familial. La justice lui interdit d’approcher de l’appartement où il vivait. « J’ai réussi à le foutre dehors », résume-t-elle.

« Maintenant, je suis libre. C’est important la liberté », insiste Samia. Elle en use pour continuer de raconter cet épisode douloureux de sa vie afin de venir en aide à des femmes qui connaissent des situations similaires. Des situations qu’elle continue de constater, elle qui est très impliquée dans la vie associative et qui est au contact de nombreuses personnes. Elle martèle toujours le même message : « Je dis aux femmes, ne vous laissez pas faire, n’ayez pas honte de demander de l’aide. N’acceptez pas la violence. » Et elle ne compte pas arrêter là. « Jusqu’à la fin, je me battrai pour les femmes. »

Sarah Boumghar

Réactions

Annule et remplace le 1et message. Ma contribution sur ce témoignage. Merci Samia ! Réactions Lila B (Pseudonyme non vérifié) 26 novembre 2020 Bonsoir et tout particulièrement bonsoir Samia, J'ai lu avec attention cet article. Votre témoignage est bouleversant même si nombreuses femmes ont et continuent de vivre cet acte de barbarie du patriarchat seules ou / et avec leurs enfants. 3 rappels de vos mots : 1- Dans le jargon des associations ou collectifs tel que Abandon de famille tolérance zéro dont j'ai été membre il s'agit bien d'un bourreau ce patriarche qui utilise les dysfonctionnements des institutions publiques pour imposer sa loi du plus fort "physiquement et econoomique); 2- Difficile de partir parce que c'est le père de vos enfants et qu'il assure le logement et l'alimentaire; 3-Ce qui amène à l"essentiel pour lutter contre les violences faites aux femmes et enfants telles qu'elles soient : L'adoption par le parlement d'une loi qui au 21ème siècle dans un pays comme le nôtre n'existe pas, la violence économique qui engendre toutes les autres formes de violences physiques psychologiques...une loi qui sera difficile à voter puisqu'elle relève d'un code de la famille donc de la justice. Samia, la lecture de votre témoignage est encore et encore une alerte aux parlementaires qui je dois le dire sont et je ne n'est pas de doute sensibles à la situation des femmes qui à défaut d'indépendance économique (financière) sont contraintes de vivre l"enfer avec leur bourreau. Merci à vous !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur