Portrait

Amandine Gay
/ Cinéaste d’utilité publique

Documentariste. Réalisatrice, universitaire, conférencière et militante afro féministe, Amandine Gay cumule les casquettes grâce à sa motivation et son ambition à travers un travail engagé et essentiel pour mettre en avant des paroles peu entendues.
Amandine Gay, réalisatrice et Dionysienne.
Amandine Gay, réalisatrice et Dionysienne.

Ses stories Instagram remplies d’appétissantes pâtes fumantes offertes quotidiennement aux personnels de Delafontaine en ont fait saliver plus d’un durant le confinement. « On se sentait démuni et inutile, détaille Amandine Gay. La cantine de l’hôpital était fermée. Mon conjoint a proposé son soutien culinaire à l’une de ses connaissances qui travaille à l’hôpital. » Cette Lyonnaise de 35 ans, diplômée de Sciences Po, après être montée à Paris il y a une douzaine d’années, s’est installée dans le centre de Saint-Denis en mai 2015 avant « d’émigrer » deux ans à Montréal pour reprendre ses études. Une maîtrise en sociologie qui fera office de « travail de recherche préliminaire » pour son nouveau film initialement prévu pour novembre et décalé, crise sanitaire oblige, à 2021.

Obsédée par le basket dès ses 8 ans, elle se voyait débuter une carrière professionnelle « jusqu’à la fin du collège où j’ai compris que je n’avais pas le niveau pour jouer en WNBA ». C’est lors d’un job d’été de femme de ménage dans une colo artistique que la jeune Amandine alors âgée de 18 ans se découvre une passion pour le cinéma et la réalisation. « Je me suis fait des amis chez les “monos” cinéma. Ils faisaient des films d’horreur et c’est comme ça que le cinéma commencé à faire partie de ma vie. » À Sciences Po Lyon, elle s’accroche tant bien que mal à ses études de journalisme jusqu’à la dernière année passée en Australie. « Je n’ai pris que des cours de cinéma au deuxième semestre et j’ai réalisé que c’était ce qui m’intéressait vraiment. »

Sciences Po et conservatoire

Après un an et demi de voyage, Amandine décide « d’assumer de vouloir faire des trucs artistiques » et s’installe à Paris. « Pour ma mère, institutrice, fille d’ouvrier et première de sa famille à aller au lycée, les études sont vitales », explique celle qui assure avoir « rempli son contrat en étant diplômée de sciences politiques ». Elle intègre le conservatoire d’art dramatique du 16e arrondissement et y reste deux ans. « Ça m’a permis de passer des auditions, de voir comment le métier fonctionne mais je me suis surtout rendu compte qu’il n’y avait pas de places pour des comédiennes noires. »

Un constat qui l’amène à se tourner vers l’écriture. Elle commence par écrire des programmes courts de fiction. « Ça ne fonctionnait pas alors je me suis demandé ce que je pouvais faire par mes propres moyens : un documentaire. » C’est comme ça qu’est né Ouvrir la Voix, un documentaire centré sur l’expérience de la différence en tant que femme noire, débuté en 2014 et projeté publiquement pour la première fois à l’Écran en octobre 2017.

Amandine Gay ne fait pas les choses à moitié. Ouvrir la Voix – une réappropriation de la parole de la femme noire qui vient « clôturer une dizaine d’années de réflexion et de militance » afro féministe – elle l’a écrit, produit, monté et distribué elle-même avec l’aide de son conjoint, son « associé en affaires ». « On a monté une boîte de production et de distribution nous-même. Comme nous avons fait le film sur nos fonds propres, il y avait une énorme pression financière. Si le film n’avait pas marché, mon conjoint serait retourné bosser dans la restauration. »

Face au succès du documentaire, s’ensuit une tournée également organisée par ses propres moyens. 120 projections-débats pendant presque deux ans. Son engagement se poursuit dans les salles de classe du collège Iqbal-Masih où durant une année la réalisatrice anime un atelier « éducation à l’image ». « On a décortiqué des montages pour apprendre la construction d’une narration, enregistré des voix off, les élèves ont même refait certaines séquences du film avec leurs exemples à eux. » Amandine Gay sait où elle va. « Quand j’ai terminé de tourner le film, j’ai voulu travailler sur l’adoption. » Le scénario du projet, l’ambitieuse réalisatrice le commence pendant la tournée du premier film. Donner la parole aux premiers concernés, les adoptés, est le sujet de son prochain film d’archives, Une Histoire à soi. Des histoires qui font également écho à la sienne et à son engagement pour mettre en lumière ces paroles. Son expérience québécoise lui a notamment permis de créer en 2018 un événement inspiré d’une initiative anglo-saxonne vieille de 30 ans, le Mois de la reconnaissance des personnes adoptées (National Adoption Awareness Month). Mais cette fois-ci, ils ne sont plus que deux pour tout réaliser.

« Ce film est notre passage dans l’industrie du cinéma. » Pour cette grande sportive qui joue toujours au basket à Aubervilliers, court, fait du vélo ou va à la salle, le confinement a été difficile au niveau organisationnel. « Je ne pouvais pas faire de sport comme je le voulais, mais comme je travaille de base à la maison, mon mode de vie n’a pas tant changé. » La période a été l’occasion de finir le montage d’Une Histoire à soi qui devait à l’origine être présenté durant les festivals d’été, tous annulés. « Ce qui est bien avec ce confinement où tout a été décalé, c’est que je vais avoir un peu de temps libre pour ne rien faire et surtout lire pour le plaisir. » Un repos bien mérité qui devrait être de courte durée pour cette hyperactive qui projette déjà d’écrire une fiction.

Olivia Kouassi

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur