Portrait

Bonifon N’Katta-Basile
/ Sans toit mais droit

Sans-abri. Pour survivre, il s’est construit un véritable chez-lui sous l’A86. Depuis sept ans qu’il habite et prend soin de ce petit morceau de bitume du quartier Pleyel, Bonifon N’Katta-Basile a su se faire apprécier et est devenu une figure du quartier. Mais à 65 ans, vivre sous les ponts n’est pas une vie.
Bonifon N'Katta-Basile. © Yann Mambert
Bonifon N'Katta-Basile. © Yann Mambert

Depuis lundi, Bonifon N’Katta-Basile, comme le reste de la population dionysienne, est déconfiné. Mais pour lui ça ne change pas grand-chose. Le confinement, il l’a passé sous un pont de l’A86, à deux pas de la tour Pleyel. C’est là qu’il vit depuis sept longues années. Cela fait près de quinze ans que Bonifon n’a plus de toit au-dessus de la tête. Difficile à croire tant l’homme apparaît en pleine forme pour ses 65 Saint-Valentin (il est né un 14 février). Le bruit assourdissant de l’autoroute, la pollution, le froid, les privations. Bonifon endure avec le sourire et dans la dignité.

« Il est très discret et ne fait aucune histoire, raconte Massiva, venue lui apporter un panier-repas salvateur en ce dernier lundi de confinement (1). Je l’ai rencontré il y a un an. Tous les gens du quartier le connaissent et l’aident. Il est très touchant. Il tient par exemple à nettoyer le passage sous-terrain parce qu’il ne veut pas qu’on dise que s’il est sale c’est par sa faute. »C’est justement dans le nettoyage que Bonifon a longtemps travaillé avant de se retrouver à la rue. « J’ai quitté la Côte d’Ivoire pour la France le 28 juin 1981, se remémore le sexagénaire avec précision. Je voulais poursuivre mes études et apprendre la langue française. Ma sœur qui habitait le 7e arrondissement m’a aidé dans les premiers temps. Malheureusement, quand j’ai voulu changer mes papiers étudiants pour entrer dans la vie active, j’ai échoué. Cela ne m’a pas empêché de travailler pour de nombreuses sociétés de nettoyage. J’ai d’ailleurs regroupé toutes les attestations. Mais ça n’a jamais suffi. »

Bonifon est donc sans papiers depuis plus de trente ans. Il n’a jamais revu la Côte d’Ivoire ni ses deux enfants laissés au pays. Sa sœur, qui habite désormais à Levallois, ignore la réalité de ses conditions de vie, « parce que c’est la honte ».

Cuisine, chambre, salles de bain

Après avoir longtemps erré dans le métro, Bonifon s’est donc fixé sous son pont dionysien et tente d’y reproduire un semblant de normalité. Entre les blocs de béton anti voiture bélier entreposés là, il s’est aménagé un véritable coin cuisine. Avec du bois de récupération et des parpaings, il s’est créé un réchaud de fortune et prépare le café ou le riz. La « salle de bains » se trouve au pied du pylône d’éclairage de l’autoroute, derrière les bâches de protection, à l’abri des regards. Il en a cadenassé l’accès pour éviter de se faire dérober ses effets personnels : « Ça m’est arrivé plusieurs fois. » Le soir venu, Bonifon se glisse dans une sorte de boîte de bois et de béton, dont il ferme le couvercle pour se protéger des rongeurs et de la lumière des spots qui illuminent le passage. Son esprit débrouillard et son caractère affable lui ont permis de survivre à peu près décemment dans une telle précarité.

« Les habitants et les salariés du quartier sont très sympas avec moi. Ils m’aident avec un peu d’argent, des couvertures ou de la nourriture. » D’ailleurs tous ceux qui passent sous l’autoroute ce jour-là prennent soin de le saluer, de loin, gestes barrières obligent. En hiver, malgré le froid, Bonifon préfère rester sous son pont de peur de « perdre [son] endroit ». Un « refuge » où il est sagement resté également pendant les deux mois de confinement, « pour éviter de prendre le virus. Le problème, c’est que pendant un bon moment je ne voyais plus passer ni habitants ni salariés ».

Depuis lundi, Bonifon peut reprendre son vélo et se dégourdir un peu les jambes avec toujours l’espoir chevillé au corps de sortir de cette situation. « Je suis prêt à retravailler, faire du ménage pour avoir un toit et à manger. » Une solution d’autant plus indispensable qu’un nouveau péril pourrait le menacer. Le démarrage des travaux d’aménagement du nouvel échangeur autoroutier en vue des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, pourrait déloger sous peu Bonifon. Des Jeux auxquels prétendrait le sans-abri dionysien s’il y avait une catégorie vétéran. «

Ne bougez pas, je vais vous faire soixante pompes sur les deux doigts », lance confiant dans sa constitution de fer le « gardien du pont ». Il entrouvre sa veste, déboutonne légèrement la chemise, se met en position et se lance dans une impressionnante série. 57, 58, 59, 60. Bonifon, quinze années à la rue, mais toujours fier.

Yann Lalande

(1)

Membre de l’association Dessine moi Pleyel, parent d’élève à l’école Anatole-France, Massiva a participé à des distributions de repas et de paniers alimentaires deux fois par semaine pendant tout le confinement, dans le cadre d’un partenariat avec la Banque alimentaire (les denrées étaient stockées dans le gymnase du collège Dora-Maar). Elle aspire à ouvrir une épicerie solidaire après le confinement.

Réactions

Mais de quoi parlez-vous ? Ce ne sont pas des blocs anti voiture bélier mais des blocs empêchant les roms d’établir un camp. Ce monsieur paraît bien gentil mais il enfume régulièrement le passage sous-terrain. (Pas autant non plus que les roms situés un peu plus loin Bd Anatole France). Un symbole supplémentaire de la gestion catastrophique de cette ville et de ces infrastructures.
Bonjour Cet homme est un guerrier et la seul chose qui lui manque est une personne qui puisse vraiment changer sa vie, il est adorable et toujours près à aider son prochain alors qu il en a plus que besoin. Aidons Bonifon à avoir une vie meilleure... Ensemble tout le monde peut arriver à ses fin..
Comment peut ton l'aider ?????

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur