Portrait

Aménis Khaldi-Legriel
/ Carrée de la tête aux épaules

Rugbywoman. Initiée au rugby par une association, cette Dionysienne pur jus évolue depuis trois saisons en première division féminine avec Bobigny. Rigoureuse sur le terrain, elle l’est aussi en dehors pour mener de front sa pratique du haut niveau, le rugby universitaire et ses études.
Aménis Khaldi-Legriel. Photo (c) Adrien Verrechia
Aménis Khaldi-Legriel. Photo (c) Adrien Verrechia

Aménis Khaldi-Legriel porte haut les couleurs de l’AC Bobigny, mais elle est dionysienne depuis toujours. La jeune femme de 21 ans vit en centre-ville dans les bâtiments au-dessus de Carrefour. C’est à Saint-Denis que ses parents se sont rencontrés. Si elle est née d’un père d’origine marocaine, sa mère vient de Montauban, presque un signe annonciateur de sa future passion. Pourtant, ce n’est pas à travers ses racines qu’elle s’est découvert une passion pour le sport roi du Tarn-et-Garonne. « La première fois que j’ai fait du rugby, c’était au collège Fabien. C’était un sport comme un autre du cycle scolaire. On faisait un tournoi interclasses. C’était une première approche, j’avais bien aimé, mais pas jusqu’à m’inscrire en club », raconte Aménis.

Le déclic a lieu à Drancy, où elle effectue ses deux dernières années de collège. Sa professeure d’EPS la juge trop brusque lors d’un cours de handball et lui suggère le rugby : « Elle m’a conseillé une association qu’elle connaissait, Drop de Béton. C’est une asso qui essaie d’inclure les femmes mais aussi les personnes handicapées de quartiers populaires par le rugby. » La voilà embarquée à 14 ans pour un entraînement avec des filles d’Aulnay-sous-Bois. Aménis se souvient : « Elles étaient plus grandes que moi et avaient plus l’habitude de faire du rugby. J’ai commencé à y aller une fois par semaine. J’ai accroché. J’ai participé à des tournois féminins inter-départements, avec l’équipe du 93. C’est là où l’on a commencé à me parler de compétition. » 

CREF et bac mention très bien

La rugbywoman en herbe est repérée notamment par Jonathan Marquet, l’entraîneur du Sdus et surtout cadre technique au sein de la Ligue Île-de-France. Elle intègre dans la foulée de sa première année de rugby le CREF (Centre régional d’entraînement et de formation) situé au lycée Jean-Pierre-Timbaud de Brétigny. « Suite à cela, il me fallait vraiment un club inscrit en compétition, explique la trois-quarts centre. C’est à ce moment que je me suis inscrite à Bobigny à ma première année cadette, quand j’avais 15 ans. Au CREF, on était à l’internat du lundi au vendredi. Le vendredi on rentrait dans nos clubs s’entraîner et jouer le week-end. »

Un rythme soutenu qui ne l’empêche pas de décrocher une mention très bien au bac ES. : « Je suis assez exigeante avec moi-même. J’aimais déjà être la meilleure à l’école. C’était difficile. En internat, on avait tout le temps nos amies avec nous, on avait parfois envie de se reposer, de rire… J’ai gardé ça en essayant d’être aussi la meilleure au rugby », confie-t-elle. La meilleure, elle l’a souvent été avec Bobigny où elle est sacrée championne d’Île-de-France de rugby à VII dès sa première année cadette, avant d’être vice-championne de France la saison suivante en tant que capitaine, puis de se lancer à XV la dernière année.

Ascension express

Sous sa chevelure bouclée se devine une silhouette carrée. Sans doute parce qu’elle évolue en Élite 1, la première division féminine, depuis ses 18 ans. Aménis Khaldi-Legriel s’en étonne encore : « Le coach avait changé quand je suis arrivée en seniors. Il me connaissait bien depuis les sélections 93. Il y a eu beaucoup de départs et ça a libéré des places. En six mois, on est passé de jouer avec les cadettes à affronter des joueuses de l’équipe de France qu’on voit à la télé. »

En parallèle de ses premières années au haut niveau, elle a mené et obtenu à l’université Paris 8 une licence infocom en juin 2019. Désormais, Aménis s’attaque à un master communication des entreprises et des institutions publiques à Villetaneuse. Des études qu’elle arrive à concilier, grâce à son côté très organisé, avec ses trois entraînements hebdomadaires, auxquels s’ajoute parfois un autre de rugby universitaire. Une qualité qui se retrouve dans son jeu : « Le rugby n’est pas une science exacte mais j’essaye de le rendre comme ça. C’est hyper important pour moi de tout comprendre, de tout savoir sur le plan de jeu. »

Et l’équipe de France ? La centre de Bobigny « ne pense pas être à ce niveau-là » et ne prétend pas à vivre de sa passion. En ce moment, elle travaille en stage à l’association Alice-Milliat, une fondation pour la médiatisation du sport féminin. Comme sur le terrain, peut-être a-t-elle trouvé un intervalle où s’engouffrer.

Adrien Verrecchia

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur