Portrait

Laurent Russier, 46 ans

© Olivia Kouassi
© Olivia Kouassi

Quand Laurent Russier naît en 1973, à Rillieux-la-Pape (banlieue de Lyon) de l’union de deux parents postiers, rien, hormis sa date de naissance (le 1er mai), ne semble le prédestiner à devenir maire de Saint-Denis

Pour autant on n’en vient pas à diriger la plus grande ville communiste de France totalement par hasard. Dans la famille Russier on vote communiste, on milite à la CGT et on a l’amour du service public. L’aîné des trois frères Russier est cheminot, tandis que le benjamin est instituteur. Après son bac, le cadet opte, lui, pour une classe préparatoire qui lui permet d’intégrer une école d’ingénieur agronomique à Toulouse. Laurent Russier délaisse donc Saint-Étienne, la ville où il a grandi.

LIRE AUSSI / Municipales 2020 : Laurent Russier défend un projet social et écologique 

Diplôme en poche en 1997, il quitte la province, bien décidé à conquérir Paris. Mais la Capitale est déjà trop chère pour les jeunes travailleurs et Laurent Russier se sent l’envie de militer dans une ville bien à gauche. Il atterrit à Saint-Denis, quartier de la gare, où il habite toujours. Un interlude de 18 mois pour son service militaire dans le civil en Martinique et il est de retour dans la banlieue rouge en 1999. C’est alors qu’il adhère au Parti communiste français (PCF).

LIRE AUSSI / Municipales 2020 : Russier passe à l'offensive

Côté professionnel, c’est le grand écart, puisque Laurent Russier officie dans le secteur bancaire. En 2004, Florence Haye (PCF), conseillère départementale lui propose de devenir collaborateur. L’expérience est positive, après cette « année sabbatique », il rend son tablier à la BNP et poursuit sa mission au département. En 2008, l’homme de l’ombre se présente pour la première fois à une élection, sur la liste de Didier Paillard aux municipales. Élu conseiller municipal et territorial, Laurent Russier est réélu toujours sur la liste de Didier Paillard en 2014. Il devient adjoint au maire (Démocratie locale, politique de la ville et Grand centre-ville).

À l’été 2016, Didier Paillard (PCF) décide de passer la main et se tourne vers lui pour sa succession. Le passage de témoin a lieu en décembre 2016. Quelques mois plus tard, Laurent Russier succède cette fois à Stéphane Peu (PCF) à la présidence de Plaine Commune Habitat. Depuis le célibataire cinéphile est moins à la page niveau sorties ciné.

Yann Lalande

Réactions

Un digne héritier de ceux qui ont bafoué Saint-Denis. Dehors.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur