Portrait

Frédéric Ducros
/ De l’or dans les mains

Fondeur d’art. Installé dans les anciens ateliers Christofle, en bordure de canal, Frédéric Ducros vient de réaliser, pour Plaine Commune, 110 clous pour jalonner le chemin de Compostelle sur le territoire.
Frédéric Ducros dans son atelier dionysien
Frédéric Ducros dans son atelier dionysien

La patine du temps s’est déposée au creux des mains de Frédéric Ducros, fondeur d’art de son état. Elles ont acquis, au fil des années, cette légitimité à pratiquer cet art surgi de la nuit des temps qui fête les épousailles du métal en fusion avec la courbe de hanche d’une femme alanguie. Par leur rugosité, elles signent le travail de force à charrier des sacs de mitraille, de lingots de bronze, ou à tirer sur les chaînes pour soulever de lourdes charges. Mais elles sont aussi capables de tenir au creux de leur paume ce visage de femme, et d’en suivre le profil d’un doigt assuré. Ces mains rappellent étrangement celles du métallo trônant devant le bureau de Frédéric Ducros, une masse à la main reposant sur son épaule. « Ce buste a été offert à mon grand-père par ses ouvriers quand il a eu sa Légion d’honneur, en Algérie. » Ce grand-père, il l’apprendra plus tard, avait monté la plus grande fonderie d’Afrique du Nord, à Oran. Il faudra sauter une génération pour que la relève soit prise par le petit-fils.

Cinq métiers en un

Frédéric Ducros s’est posé il y a une quinzaine d’années dans un des ateliers de l’ancienne usine Christofle, à Saint-Denis, face au canal. Pour le retrouver dans son atelier, il suffit de suivre Rocky, un Bearded Collie de 5 ans, le portrait craché du patron, qui a fait de ce territoire une terre de liberté. « Sur le site, raconte son maître, il circule, va voir tout le monde, ne sort jamais et revient toujours. » Après quarante ans de métier, la fonderie d’art à la cire perdue reste pour lui une passion. « Si la fonderie d’art est une spécialité, explique-t-il, elle est constituée de cinq métiers. Et si c’est un métier, elle est constituée de cinq spécialités : celle du mouleur, du cireur, du fondeur, du ciseleur et du patineur. Et moi, dit-il en riant, j’assure 99,99% de tout cela ! Je travaille seul. » 

Au milieu de son capharnaüm, Frédéric s’est aménagé un coin détente. Là il peut souffler ou grignoter un fruit. En face, il s’est composé un mur pêle-mêle avec des coupures de presse, des cartes postales, des photos de Rocky, « la meilleure alarme qui soit », des citations, des blagues de copains, et bien sûr un hommage appuyé à la figure de Ducros, vous savez bien, celui qui se décarcasse… À la demande de Plaine Commune, il a conçu et réalisé, afin de jalonner le chemin de Compostelle, 110 clous en laiton – mélange de cuivre, zinc et étain – dont  95 ont été posés dans les communes de Saint-Denis mais aussi de Pierrefitte et d’Aubervilliers. « Je tire une certaine fierté de cette création, car mon métier est de reproduire les créations des autres. Le motif principal représente une coquille Saint-Jacques, symbole du chemin de Compostelle, au milieu duquel apparaît le tracé du territoire de Plaine Commune. » Le reste du temps, l’artisan d’art travaille essentiellement pour des artistes qui réalisent de la statuaire. « Mon ADN, c’est la statuaire, la représentation, la figure humaine et parfois l’animalier. » À 62 ans, il ne sait pas ce qu’il adviendra de son atelier, la relève familiale n’étant pas au rendez-vous. 

En attendant, il accueille pour 22 semaines une jeune stagiaire de 18 ans, Anaïs Monthioux, en bac pro fonderie. Gabarit de poche face à l’imposante stature de son maître de stage, elle explique : « Monsieur Ducros m’apprend tout son métier, faire une cire, retoucher la cire, couler… La fonderie d’art c’est assez physique, mais moins costaud que la fonderie industrielle, mais moi, ça me va parfaitement ! »

 

Claude Bardavid

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur