Portrait

Laurent Clavier
/ Jusqu'au bout des ongles

Ce professeur d’histoire-géo, dionysien depuis 25 ans, a participé à l’écriture de l’ouvrage collectif Territoires vivants de la République, loin des clichés sur l’école en banlieue.
Laurent Clavier est professeur d'histoire-géographie depuis 25 ans. Pour lui, l'école est la seule institution qui soit restée dans des territoires comme Saint-Denis.
Laurent Clavier est professeur d'histoire-géographie depuis 25 ans. Pour lui, l'école est la seule institution qui soit restée dans des territoires comme Saint-Denis.

« Je suis arrivé en 1994 au lycée Suger et j’attends toujours de voir où est la fameuse impossibilité d’enseigner ici ». Il n’y a rien qui énerve plus Laurent Clavier que le regard qu’on porte sur les habitants de banlieue. « On parle toujours à leur place ! »

Cela fera bientôt 25 ans que le prof d’histoire-géo travaille ou habite à Saint-Denis, alors il en a entendu des choses sur ses élèves, et leurs parents. Dans son appartement dionysien rempli de livres, Laurent Clavier s’emporte. Il se lève, jure, et parle avec les mains, aux ongles parfaitement manucurés, violet foncé. Il n’a pas tout à fait le look du prof de 55 ans lambda. Deux boucles d’oreille, le cheveu glabre, il persiste et signe : « Les familles sont démissionnaires ici ? Parce qu’elles sont noires, arabes ou pauvres, elles n’auraient pas le souci de leurs enfants ? » La réponse est dans la question.  « C’est faux. Au contraire, elles fondent en l’école un capital symbolique et d’espoir bien plus important qu’ailleurs !  Et c’est d’ailleurs à cause de cette pression familiale que certains élèves résistent…» 
 

 

L'éducation, c'est jamais facile

En août dernier est sorti l’ouvrage collectif Territoires vivants de la République, (La Découverte, 2018) auquel ont participé des sociologues mais aussi des professeurs comme Jean-Pierre Aurières, du lycée Paul-Eluard. Et Laurent Clavier donc. Le livre est une réponse aux Territoires perdus de la République de George Bensoussan (Editions mille et une nuits, 2002) qui avait à l’époque enflammé le débat sur l’état de l’école en banlieue.

Pour Laurent Clavier, le constat est simple : « Je peux cracher sur l’institution de l’école autant qu’on veut - et évidemment il y a des choses à dire – mais il n’empêche que c’est la seule qui soit restée dans ces territoires et qui ait même multiplié sa présence ». Quand il arrive à Suger en 1994, jeune prof de 27 ans, le lycée est implanté au sein d’une des pires cités d’Ile-de-France : le Franc-Moisin. 10 000 habitants, 3 entrées, et une activité commerciale… clandestine. Qui peut entraîner son lot de violence. « En 1996, 1997, il y avait des élèves du lycée qui mourraient », se remémore-t-il.

Depuis ? Il y a eu une grosse rénovation du quartier. Il a aussi vu le foulard apparaître… et il voit son port aujourd’hui décroître. « Je ne dis pas qu’il n’y a plus de voile, mais que ce n’est pas là l’essentiel. Les attentats de novembre 2015, de Paris, et de Saint-Denis - il ne faut l’oublier - ont été un pivot. Dans la cour de récréation, je revois les 1000 élèves, les 150  profs, rassembler pour la minute de silence », rappelle-t-il avec émotion. Et côté cours ? « Ici, c’est comme ailleurs : l’éducation, c’est jamais facile », tente-t-il dans un euphémisme, avant d’ajouter, avec drôlerie, qu’un ado c’est quand même « un risque psychosocial sur pattes ».
 

Problèmes structurels 

Evidemment, le territoire a ses spécificités : « Ici le contact est plus direct, moins pollissé ».  Et puis il y a les problèmes structurels. Au début de l’année scolaire, avec ses collègues du lycée Jacques-Feyder d’Epinay-sur-Seine – où il est prof depuis 2007 après une tentative de thèse au CNRS à Lyon et de courts séjours en lycée à La Courneuve et à Paul-Eluard – ils ont fait grève. Un lycée en travaux, des listes de classe aberrantes, des classes de Terminale à 36 élèves. Et 16 toilettes pour 1 650 personnes… Au bout de deux jours, le rectorat débloquait des fonds pour dédoubler une classe. Depuis, ça va mieux. Un peu. « On fait court dans des préfabriqués qui résonnent et qui sont mal isolés. Le matin, il fait la même température en classe qu’à l’extérieur… Donc s’il fait 1 degré dehors, je ne fais pas cours ». Celui qui ne voulait « surtout pas devenir prof » (il a mis 7 ans à avoir sa licence d’histoire), aura finalement trouvé dans ce métier une sacré source de combativité.
 

Arnaud Aubry

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur