Portrait

Adem
/ Un petit champion qui tourne rond

Du haut de ses 9 ans, il représentera la France au championnat du monde de toupie Beyblade, ce jeu qui passionne les cours d’école. Il sera soutenu par sa famille, dont son papa Mounir, convaincu que la compétition doit rester ludique.
Adem avec son papa Mounir.
Adem avec son papa Mounir.

 

« Beyblade, c’est un bon jeu ! » C’est sorti du fond du cœur, avec toute la véhémence de l’enfance. Adem a 9 ans et est l’actuel champion de France de cette toupie version XXIe siècle. Le 3 novembre, il sera l’unique représentant du drapeau tricolore au championnat du monde qui réunira 24 concurrents âgés de 8 à 13 ans, et autant de nationalités, à Kidexpo.

Le Dionysien figurera parmi les plus jeunes. « Ça me fait un peu peur », dit Adem, dont le visage de gamin épanoui relativise cette confession. C’est qu’il en faut, des biscotos, pour propulser la toupie avec le lanceur, cette longue tige de plastique crantée ! Derrière lui, la famille joue la carte des supporters : Inès la mère, Mounir le père, Lina la petite sœur et Yousr la cousine, fan inconditionnelle qui connaît la carrière de son champion de cousin sur le bout des doigts.

Les précédents Mondiaux de Beyblade, organisés tous les cinq ans, ont eu lieu à Toronto. Cette année, Porte de Versailles à Paris, fort heureusement, même si les parents d’Adem ne sont avares ni de leur temps ni de leurs économies pour le bien-être de leur progéniture. Quand un jour Adem, aficionado de Beyblade depuis qu’il a 5 ans, exprime son envie de participer au championnat de France à Lyon en avril 2018, Mounir accepte « pour lui faire plaisir ».

3 000 enfants au championnat de France

« On a pesé le pour et le contre, tempère Inès. Et on s’est dit que c’était aussi l’occasion de découvrir une belle ville. » La famille pense y passer quelques heures. Elle y reste le week-end. Le tournoi réunit 3 000 enfants. Adem passe les tours, élimine ses concurrents un à un, jusqu’à se retrouver dans les 16 derniers en lice. « Puis il a remporté la finale », admire le papa. S’il ne boude pas la performance de son fiston, Mounir est soucieux que son gamin s’amuse avant tout. « Les enfants sont adversaires pendant la compétition, mais après ils continuent à jouer comme des copains. »

La toupie Beyblade, petit engin en ferraille, n’a aucun secret pour Adem. Il faut le voir manier avec dextérité les trois parties qui la composent et l’écouter en parler, pédagogique et clair. « On assemble les toupies pour qu’elles soient les plus fortes. » « Car c’est un jeu de stratège », glisse la maman. Adem développe : « Il existe trois types : attaque, endurance, défense et équilibre. Chaque type a une faiblesse. Par exemple, l’endurante est faible en attaque. » Le but du jeu ? « Faire exploser la toupie adverse. C’est un burst. Ou que la rotation de sa toupie dure le plus longtemps ou éjecte l’autre de l’arène », petite piste circulaire en plastique. Notre champion s’entraîne dans celle homologuée pour la rencontre internationale. « Elle est noire et ovale. On a l’a reçue il y a quelques jours des États-Unis », de Hasbro, fabricant des Beyblade.

Le fans de Beyblade le reconnaissent

Si Adem est intarissable sur son jeu préféré, il n’est pas monomaniaque. Chez ce bon élève, ça a l’air de tourner rond. « Foot le mercredi, athlétisme le samedi, cours d’arabe le dimanche matin… », énumère le papa. « Ça compte la piscine ? », intervient le petit. « Oui, natation à La Baleine le mardi », avait oublié Mounir. Dans son école Anatole-France du quartier Pleyel où il habite, les élèves connaissent les faits d’armes d’Adem. « Soit ils s’en fichent. Soit ils me collent. C’est énervant, ils me demandent “c’est quoi, tes techniques ?” », dit-il, serein face à sa notoriété. « Quand on sort, il y a toujours un ou deux enfants fans de Beyblade qui le reconnaissent », témoigne sa maman. Car Adem, soutenu par deux Youtubers en partenariat avec Hasbro et la chaîne Gulli, a déjà participé à 6 épisodes de Bey coaching (1).

Mounir, convaincu des vertus du jeu en général et investi dans son quartier en particulier, a organisé le 30 juin un tournoi de toupie au gymnase Aimée-Lallemant auquel une centaine de gamins a participé. Le 3 novembre, avec Inès, Lina et Yousr, il sera derrière son petit champion. Allez Adem !  

(1)  Sur YouTube : Beyblade Burst Evolution I Mission : Champion du Monde

 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur