En ville

Condroyer, un îlot bientôt en chantier

Rue de la République : Une fois la galerie Bulle démolie, la construction de quatre bâtiments commencera pour 27 mois de travaux au cœur de la zone piétonne.
En bordure de square, l’immeuble de 35 logements en accession, dessiné par les architectes de BVFG
En bordure de square, l’immeuble de 35 logements en accession, dessiné par les architectes de BVFG


Automne 2018. La nouvelle échéance pour la livraison du programme immobilier de l’îlot Condroyer devrait être enfin la bonne. Sur cette friche de 1,5 ha à l’arrière de la Poste République, un square a ouvert à l’été 2014. Restait le plus gros du projet d’aménagement. Le plus délicat aussi à mettre en œuvre dans cette parcelle enclavée au cœur de la zone piétonne. Maître d’ouvrage et maître d’œuvre des 137 logements, le promoteur Altarea Cogedim et Eiffage Construction ont établi pour le chantier un phasage en neuf étapes qu’ils ont détaillé le jeudi 17 mars, dans une réunion publique en mairie. Ainsi prévoient-ils pour avril et mai de démolir l’ancienne galerie commerciale Bulle, et d’établir le long de son emprise une zone de chantier qui débordera de près de 5 mètres sur la rue piétonne.


Suspendus du 10 juin au 10 juillet, le temps de la Coupe européenne de foot, les travaux reprendront jusqu’à la fin de l’été avec les engins de terrassement, et la ronde des camions bennes pour évacuer les terres. Une fois la grue installée, viendra le temps du gros œuvre avec sa cohorte de toupies à béton, semi-remorques, et autres camions. Treize mois plus tard, arriveront pour les travaux des corps d’état, les cloisons, châssis d’ouvertures et matériaux d’étanchéité.


Planifié sur 27 mois

Planifié sur 27 mois, le chantier a fait l’objet d’une préparation minutieuse sur laquelle promoteur et constructeur, et avec eux la Ville, se sont employés à communiquer au mieux, au plus près des inquiétudes des riverains. D’abord parce que les camions, avec une quinzaine de rotations journalières via la rue des Chaumettes, traverseront l’axe piéton. Quant au bruit, impossible d’y échapper surtout avec les machines à terrasser et celles qui projettent le béton. Mais d’après le représentant d’Eiffage, « nous n’aurons pas d’outil qui génère des vibrations, parce qu’il n’y aura pas de fondations profondes, type pieux. Nous avons affaire à un terrain de qualité. »


Un parking de 91 places sera néanmoins réalisé en sous-sol pour les habitants des quatre bâtiments. Deux de ces immeubles seront gérés par le bailleur social I3F. L’un, de 5 étages, en bordure de la rue de la République, comportera 25 logements. L’autre, étagé du R+1 au R+5 en cœur d’îlot, en totalisera 68. Alignés en fond de parcelle, 8 maisons de ville et les 35 logements d’un bâtiment à trois niveaux, du R+1 au R+5, sont proposés à l’accession depuis quelques mois par Altarea Cogedim. Sur ces 43 offres aux tarifs plutôt attractifs au regard du marché – de 3 057 à 4 275 euros le m2 – une quinzaine a trouvé preneurs. À raison de « trois ou quatre par mois », la commercialisation progresse à un « rythme normal », estime le promoteur.


Lancé depuis bientôt dix ans

Lancé depuis bientôt dix ans, ce projet immobilier a suscité des critiques parfois vives, contre la densification de l’habitat dans cet hyper centre. Pour la Ville, et les riverains l’ont semble-t-il entendue, c’était là l’opportunité de plus de diversité sociale avec de l’accession, mais aussi des locations destinées à des ménages aux ressources plus élevées que ceux du patrimoine social ordinaire. La plupart des logements sociaux y sont financés en effet par des PLS et des PLUS, des prêts autorisant des loyers intermédiaires, équivalent à ceux du marché.


La Ville avait aussi parlé pour ce programme d’une autre opportunité, la diversification commerciale. Mais pour ce local de 1 400 m2 en rez-de-chaussée de l’immeuble sur rue, où beaucoup espèrent une enseigne nationale type Monoprix, « un opérateur commercial ne se positionnera pas sans une étude de marché. À 28 mois de la livraison, c’est trop tôt », a répondu, à l’interrogation d’une riveraine, Laurent Russier, le maire adjoint délégué au centre-ville.


Marylène Lenfant




Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur