En ville

L’Observatoire de la laïcité privé de débat (actualisé avec des réactions)

Des opposants à une réunion sur le thème de l’indissociabilité entre le combat laïque et le combat social avec Guylain Chevrier en ont empêché la tenue.
Mercredi 27 mai, salle du conseil
Mercredi 27 mai, salle du conseil


L’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis organisait mercredi 27 mai, dans la salle du conseil municipal, une conférence-débat sur le thème « Combat laïque et combat social indissociables ». L’échange de points de vue s’est rapidement transformé en bordées d’injures et de menaces proférées à l’encontre des organisateurs par des militants déterminés à empêcher la tenue de cette initiative, qui sont parvenus à leur fin.


Guylain Chevrier, le conférencier choisi par l’Observatoire, était la principale cible des manifestants. Quand il a voulu s’exprimer, après les interventions de l’adjointe au maire Zaïa Boughilas et celles de deux membres de l’Observatoire, il n’a jamais pu le faire. Les militants opposés au débat reprochent à M. Chevrier ses liens avec Riposte laïque classée à l’extrême droite. Les organisateurs expliquent dans un communiqué que le conférencier invité n’a plus aucune relation avec ce site et qu’il l’a « condamné sans ambiguïté publiquement en 2010 ».


« Démocratie bafouée »

L’Observatoire estime surtout que « la démocratie a été bafouée au sein même de l’hôtel de ville » et qu’il s’agit là « d’une nouvelle atteinte à la laïcité, au vivre ensemble et aux valeurs de la République ». Il affirme que « la municipalité doit condamner fermement ces agissements et s’engager à assurer la liberté d’expression à Saint-Denis ». Une vidéo qui circule sur la Toile montre que le directeur du cabinet du maire s’est employé à ce que le débat puisse se tenir, mais sans y parvenir.


Plusieurs témoins écœurés par ce triste spectacle mettent en cause des militants du squat l’Attieké et le communiqué de l’Observatoire de la laïcité accuse de son côté Jean Brafman, présenté comme « animateur d’un collectif dionysien contre l’extrême-droite et soutien des Indigènes de la République », d’être à l’origine des incidents. L’Observatoire lui reproche « un courriel mensonger et diffamatoire [qui] avait circulé dans l’après-midi pour organiser cette agression qui visait en réalité le thème abordé, la laïcité ».


D.Sz



Ci-dessous : réactions 



Déclaration de Jean Brafman

LE RETOUR DE « AU PILORI » ?

L’interruption, hier au soir 27 mai 2015, de l’initiative « Le combat laïque et le combat social sont indissociables » organisée par l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis lui donne l’occasion, par communiqué, de renouer avec des pratiques d’autres temps douloureux : mettre des personnes au pilori en leur attribuant tous les maux et troubles subis ainsi que des positions et responsabilités qu’elles n’ont pas.

Pourtant dès le moment où des manifestations ont agité l’initiative, j’ai expliqué, parce qu’interpellé, aux organisateurs et à une partie des participantes et participants, le sens de ma présence : confronter mes opinions avec celle de l’invité, démontrer, à mon niveau et bien modestement, que le combat laïque, auquel je suis attaché, ne peut pas passer par lui.

J’ai été surpris, comme tous les présents, d’arrivées nombreuses dont certaines de ma connaissance puisqu’engagés en commun sur des luttes et mobilisation –pour l’école de l’égalité et ses moyens par exemple -.

Ne pas les avoir ignorés en les saluant et leur avoir expliqué la raison de ma présence me vaut aujourd’hui l’accusation de maître d’œuvre des perturbations. Il n’y a pourtant pas de « chef » dans les réseaux progressistes que je fréquente.

Mais comme un des animateurs du collectif dionysien contre le FN et l’extrême-droite, j’ai, dès réception le jour même, d’éléments de militantes du MRAP –Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples- dont je fais partie, informé le collectif du débat, de la nature et des questions que posaient la présence de Mr Guylain Chevrier, très souvent cité et loué par des sites d’extrême-droite et utilisant les canaux du site trouble Agoravox et de la droite extrême Atlantico. J’ai indiqué que Mr Chevrier était issu –et non membre- de Riposte laïque auquel le MRAP fait procès pour des déclarations antimusulmanes inadmissibles. J’ai posé la question de l’attitude du collectif et il n’y en a pas eu par défaut de suffisamment de réponses et du fait d’un trop court délai. D’où des comportements divers : des membres d’organisations du collectif étaient spectateurs, d’autres voulaient se confronter au niveau des idées –j’en étais- , d’autres enfin interrompre le débat.

Ce mail privé et interne au collectif a donc été détourné. Une méthode à mettre au profit de la morale de mes accusateurs ?

Mais la charge ne suffisait pas. Sur la base de mes engagements dans le combat contre l’islamophobie et sans doute pour un état palestinien que je partage entre autres avec eux, je suis une deuxième fois cloué au pilori comme suppôt des Indigènes de la République. Et alors que je n’y adhère pas et ai de profondes divergences avec eux. Que ne va-t-on pas m’attribuer comme collusion dans mes combats contre l’antisémitisme, contre le racisme anti-Rrom, contre tous les racismes en général ?

Que vient donc faire ce procès en sorcellerie ? Que fait-il à propos des évènements d’hier ? Serait-ce parce que la question centrale pour me mettre en cause relèverait de la volonté de l’Observatoire de faire de la question de l’islam et de son rejet le cœur de son approche de la laïcité.

Ce n’est pas ma conception : laïque et athée, vivant au quotidien la diversité, je me bats pour l’égalité de traitement et le respect de toutes les croyances, contre la division du peuple.

Ce qui n’est pas celle de Mr Chevrier pour qui, je cite, en date du 24 juin 2013 dans Atlantico et mis en exergue dans nombre de sites d’extrême-droite : « Comment se manifeste la paupérisation des Blancs ? »
« En France, il s’agit surtout de la classe ouvrière, ou peu qualifiée, et des populations rurales. Ces Français de souche sont installés dans des zones avec un fort chômage, ou dans des enclaves en banlieue. Leurs enfants réussissent moins bien à l’école que ceux des immigrés, situés dans des zones plus urbaines. Cette population blanche pauvre souffre surtout de la mondialisation et du libéralisme à outrance, avec une maind’œuvre immigrée à bon marché qui réduit ses perspectives d’emploi. Et les Blancs ne comptent pas sur les trafics en tous genres pour fournir leurs revenus. »

J’ose espérer que nombre de participantes et participants au débat annulé d’hier partage pour le moins mes interrogations sur la qualité de militant de gauche de Mr Chevrier. Et mes inquiétudes sur des propos que trop souvent le FN ne démentirait pas (pas de repentance à propos de la rafle du Vel D’Hiv, négation de la reconnaissance de l’abolition de l’esclavage, dénonciation des sans-papiers comme « cheval de Troie du libéralisme », refus du droit de vote des immigrés (sic), etc….

Qui a donc choisi de lui donner ainsi une tribune et de me faire un procès ?

Jean Brafman

Membre d’Ensemble ! Front de Gauche, du MRAP, du Collectif Paix Palestine Israël, du collectif dionysien contre le FN et l’extrême-droite, de la FCPE, du Mouvement de la Paix, de Sud…


Les élus Socialistes de Gauche (PSG) tiennent à condamner très fermement les agissements d'un petit groupe d'individus très agressif qui a réussi à empêcher la tenue d'une réunion publique en Mairie ce mercredi 27/05/15 soir.
Il s'agit-là d'une atteinte intolérable à la démocratie qui garantit les libertés de réunion et d'expression. Ce n'est pas la première fois que des opérations fondées sur la pression et la menace de violences sont organisées par ce même groupe d'individus.
On ne peut laisser s'instaurer un climat de tension et de violence dans la vie publique locale. Les opinions doivent pouvoir s'exprimer, les désaccords être abordés, les confrontations d'idées s'exposer, cela en toute sérénité. Il est donc indispensable qu'un retour durable à la tranquillité du débat public soit établi.
Dans cet objectif, les élus socialistes de gauche demandent au Maire et au Préfet de prendre les initiatives utiles pour que soit mis un terme aux agissements illégaux de groupes d'individus tels que celui qui a sévi mercredi soir.
Ferdinand Nino
Président du groupe des élus PSG


Communiqué de Madjid MESSAOUDENE Elu en charge de la lutte contre les discriminations, et pour l’égalité des droits. Le 30 mai 2015.

Je prends connaissance à l’instant de la polémique née lors du débat organisé par l’Observatoire de la laïcité à Saint-Denis. Je partage en grande partie le communiqué d’Ensemble Saint-Denis, notamment à propos de l’invité choisi pour traiter de la question débattue. Le fait que le débat ait eu lieu dans la salle du conseil municipal ne peut là encore que m’interroger. Même si elle témoigne de la grande ouverture d’esprit de la municipalité. La ville de Saint-Denis a toujours répondu présent pour lutter contre toutes les formes de discrimination. Toutes. Cela inclut, même si cela peut en étonner certains, l’islamophobie. Nier que les musulmans de ce pays, de notre ville, sont la cible d’attaques incessantes, souvent sous couvert de laïcité, relève au mieux de la mauvaise foi, au pire d’une grande irresponsabilité. Je m’inscris par ailleurs en faux contre les accusations portées à l’encontre de Jean Brafman, qui n’a de leçon d’antiracisme à recevoir de personne. L’Observatoire de la laïcité, ni aucune autre organisation n’a de légitimité pour décerner un brevet d’honorabilité. Plus que jamais dans notre ville, nous avons besoin d’échanger et de débattre sur ce qu’est la laïcité, et surtout, visiblement, sur ce qu’elle n’est pas. J’ai envoyé à l’Observatoire, au moment où celui-ci a demandé au maire de suspendre ma délégation, un courrier les invitant à débattre. Cette invitation est restée sans réponse. Nous méritons mieux, Jean Brafman, moi et quelques autres que d’être cloués au pilori, sur l’autel d’une prétendue laïcité qui est utilisée par certains pour ostraciser une partie bien précise de la population du pays, et de notre ville. Il est temps de mettre fin à cette dérive.


COMMUNIQUÉ d’ENSEMBLE Saint-Denis concernant l’annulation du débat organisé le 27 mai par l’Observatoire de la laïcité

Ce mercredi 27 mai, l'Observatoire de la laïcité de Saint-Denis a organisé, dans la salle du conseil municipal, un débat sur le thème "Combat laïque, combat social : indissociables" avec comme intervenant principal Guylain Chevrier.
Le débat a tourné court : une grande partie des présents contestant à monsieur Chevrier la légitimité d'intervenir, au vu de son parcours militant pour le moins trouble.
Nous sommes inquiets du choix de cet orateur par les organisateurs du débat et du caractère hautement provocateur d'avoir demandé la salle du conseil municipal.

L'événement a été abondamment commenté. Plusieurs de ces commentaires mettent notamment en cause, de manière insupportable, notre camarade Jean Brafman.
Ensemble Saint-Denis veut, en cette occasion, rappeler ses positions même si le débat qui traverse la société autour des questions liées à la laïcité est complexe, et trop souvent caricatural.
Guylain Chevrier en est la parfaite illustration qui, sous un vernis de gauche, et après avoir frôlé pour le moins la ligne jaune, lorsque le groupe Riposte laïque dont il est issu, a passé alliance avec les fascistes du Bloc identitaire, n'en a pour autant pas fini de recycler les concepts nauséabonds de "racisme anti-blanc" (cher aux néo-conservateurs à la française) et autre "refus de la repentance" (s'agissant des crimes coloniaux de l'Etat français !).

Sa nomination à de hautes fonctions "républicaines" par le président Sarkozy ne plaide pas non plus pour l'apaisement du débat.
Force est de constater qu'aujourd'hui la laïcité est trop souvent instrumentalisée au profit d'une islamophobie qui, initiée par l'extrême droite et reprise au bond par la droite, gangrène désormais les rangs d'une certaine gauche.
Les actes graves ou véritablement horribles d'une infime minorité de fascistes osant se réclamer de l'islam, ne doivent pas nous faire oublier que les musulmans de ce pays font l'objet de discriminations intolérables et quotidiennes.
Qu'en cela ils font partie de la cohorte de boucs émissaires que les dominants inventent sans cesse pour diviser notre camp social. Pour ce qui nous concerne, nous refusons de tomber dans ce piège et nous dénonçons et combattons ceux qui, comme Guylain Chevrier, en parfaite connaissance de cause, se font les auxiliaires zélés de ces opérations de diversion.
Certes, ni plus ni moins que n'importe quelle autre religion, l'islam peut être l'arme de forces réactionnaires qui, dans la période de crise que nous connaissons, relèvent la tête comme l'ont assez montré les "manifs pour tous" et autres "journées de retrait de l'école".
Mais non, mille fois non, l'islam n'est pas, par essence, incompatible avec les valeurs de progrès et d'émancipation humaine. Et oui, athées ou croyants, nous devons construire ensemble nos luttes contre toutes les exploitations, contre toutes les dominations, contre tous les racismes.

Ensemble Saint-Denis, le 29 mai 2015.



Communiqué du MRAP Saint-Denis

Diffamation, calomnie et délation à l’encontre de Jean BRAFMAN et du MRAP Devoir de vigilance contre toutes les dérives identitaires Le MRAP de Saint-Denis exprime son soutien à Jean BRAFMAN adhérent de notre comité. Des accusations graves et mensongères ont été écrites par l’ « Observatoire de la Laïcité » de Saint-Denis organisatrice d’une conférencedébat en présence de Guylain Chevrier .Elle désigne nommément Jean Brafman comme étant l'instigateur des perturbations survenues le jeudi 28 mai 2015, dans la salle du conseil municipal, et qui ont empêché le débat organisé par l'observatoire dionysien. Nous notons que ces accusations s’appuient sur des échanges effectuées sur une liste restreinte et privée dans lesquels Jean Brafman alertait sur le parcours et les idées de Guylain Chevrier et appelait à la vigilance. Il n’appelait en aucun cas à tout type de perturbation. Ce même débat avait lieu en interne sur la liste des adhérents du MRAP. Nous CONDAMNONS le contenu diffamatoire ainsi que le ton « agressif » de l’article. Nous CONDAMNONS le procédé de l’observatoire de la laïcité de Saint Denis n’hésitant pas à jeter en pâture le nom d'une personne sans que leur propre communiqué ne soit signé nommément par un quelconque responsable de leur association. La récupération du papier de l'observatoire de la laïcité par des sites d'extrême droite et par Marianne confirme bien nos inquiétudes initiales. Stigmatiser Jean Brafman, militant antiraciste de terrain de longue date sur SaintDenis, témoigne aussi du climat délétère qui se développe dans notre pays, les amalgames raccourcis prenant le pas sur des analyses sérieuses et argumentées. Jean Brafman, dans le cadre de son activité au sein du collectif anti-fn et contre l’extrême droite de Saint Denis, contribue à initier une réflexion de fond pour lutter contre la diffusion des idéologies délétères racistes. Ce n'est pas la première fois que le réseau anti-fn est ainsi mis en alerte, notamment pour manifester contre les idées développées par Farida Belghoul, contre les idées de Marine Le Pen, contre les idées de Dieudonné et Soral.... Pour ce qui concerne Guylain Chevrier, des militants du mrap local, constatant l’omniprésence de ses écrits sur le site de Riposte Laïque ont interpellé le collectif contre l'extrême droite et les droites extrêmes. Ce sont les articles de fond de Guylain Chevrier qui marquent bien ce personnage dans une dérive identitaire de gauche. Elle contribue à donner une caution de gauche au front national, sous couvert de "laïcisme" La gravité et la complexité de la situation actuelle nécessite l'organisation de véritables échanges ayant pour but et vocation de mieux comprendre les enjeux et lutter efficacement contre le climat de haine, de stigmatisation, de clivage qui sont les vrais freins au développement des luttes sociales.

Saint-Denis, le 1er juin 2015 Agnès Cluzel, Corinne Coloneaux, Pascal Lacroix et Zahia Oumakhlouf MRAP SAINT-DENIS



DEBAT INTERDIT A SAINT DENIS

Un groupe d’individus menaçants a empêché la tenue de la réunion-débat sur la laïcité organisée par l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis le mercredi 27 mai à l’Hôtel de ville

L'Observatoire de la laïcité de Saint-Denis organisait le 27 mai à Saint-Denis une conférence-débat sur le thème : “Combat laïque, combat social : indissociables”, avec Guylain Chevrier, chargé d'enseignement à l'Université, formateur en travail social, ancien membre du Haut conseil à l'intégration, républicain engagé et militant de la gauche laïque, membre du Comité Laïcité République.

Guylain Chevrier ainsi que les organisateurs et les participants à la réunion ont été insultés, diffamés, agressés par ces individus qui ont empêché que se tienne notre initiative. Un courriel mensonger et diffamatoire de Jean Brafman (animateur d’un collectif dionysien contre l’extrême-droite et soutien des Indigènes de la République) avait circulé dans l'après-midi pour organiser cette agression qui visait en réalité le thème abordé, « la laïcité ».

On a pris le prétexte que notre intervenant a écrit à une autre époque sur le site Riposte laïque. Ce site a depuis rejoint l’extrême droite, ce que Guylain Chevrier a condamné sans ambiguïté publiquement en 2010 ! On sait combien les amalgames sont toujours le fait des extrêmes pour justifier leur violence contre la liberté.

Les responsables de la municipalité ont été incapables de rétablir la liberté d’expression dans la salle du conseil municipal mais les organisateurs ont décidé de suspendre la réunion pour éviter tout débordement.

La démocratie a été bafouée au sein même de l’Hôtel de Ville. Il s’agit là d’une nouvelle atteinte à la laïcité, au vivre-ensemble et aux valeurs républicaines. La municipalité doit condamner fermement ces agissements et s’engager à assurer la liberté d’expression à Saint-Denis.

Communiqué Observatoire de la Laïcité St Denis






Conférence-débat du 27 mai. Et maintenant ?

Les acteurs.Une conférence-débat organisée mercredi 27 mai en Mairie par l’Observatoire de la laïcité a été perturbée et n’a pu se tenir.L’Observatoire de la laïcité est une association dionysienne qui comme de nombreuses associations perçoit une subvention de la ville de Saint-Denis.Partie prenante des débats sur la laïcité, le vivre ensemble, l’Observatoire de la laïcité concourt au débat d’idées, et c’est à ce titre que le conseil municipal dans le cadre de l’attribution des subventions aux associations a voté à la quasi-unanimité moins 3 voix (2 contre émanant de conseillers appartenant à la majorité municipale, un de l’opposition) une subvention à cette association.

Michel Ribay

Communiqué des socialistes de Saint-Denis


Le 27 Mai a eu lieu à la mairie de Saint-Denis, un débat organisé par l’observatoire de la laïcité de Saint-Denis, ce débat sur le thème « combat laïque, combats social, combats indissociables » fut violemment perturbé par une dizaine de manifestants opposés à la présence de Guylain Chevrier, le conférencier choisi par l’Observatoire. Perturbation qui a mené à l’annulation de ce débat sous la pression des manifestants.

Nous dénonçons la passivité de la Mairie qui a accepté d'accueillir cette conférence dans la salle des séances du conseil municipal sans qu’aucune mesure n’ait été prise pour prévenir ce type d’incident et assurer la sécurité du public composé de militants et sympathisants de gauche. Après que le dernier conseil municipal fut perturbé, là aussi, par quelques manifestants, aucune mesure de sécurité n’a été prise afin que la conférence reprenne dans le calme.

Les socialistes de Saint-Denis réaffirment leur attachement à la laïcité, ciment du vivre ensemble dans une ville comme la nôtre. Nous refusons qu'elle serve d'alibi pour diffuser des idées d'extrême-droite en stigmatisant les pratiquants d'une religion, et elle ne doit pas être remise en cause par ceux qui s'opposent en réalité à une société fondée sur la liberté, l'égalité et la fraternité pour tous les citoyens quelque soit leurs origines, leurs opinions et leurs croyances ou non.




Communiqué du Conseil National des Associations Familiales laïques

Un groupe d’individus menaçants a empêché la tenue de la réunion-débat sur la laïcité, organisée par « l’Observatoire de la laïcité » de Saint Denis, le mercredi 27 mai à l’hôtel de ville. Guylain Chevrier ancien membre du Haut Conseil à l’Intégration et Président du CDAFAL du Val de Marne, devait y intervenir en tant que conférencier.

Le CNAFAL considère et a toujours considéré qu’il n’y a pas de démocratie sans culture du débat, sans liberté d’expression qui ne peut être à sens unique, sinon c’est l’avènement du totalitarisme. Les arguments menaçants sont une marque de faiblesse pour ceux qui les emploient ! L’Etat laïque protège toutes les religions dans le cadre de la République et de la loi de 1905. Elle garantit aussi le droit de n’en avoir aucune et de les critiquer toutes.

Ce n’est pas par la violence, l’invective ou l’anathème que l’on abolit les idées !

Rosa Luxembourg disait que « la liberté c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement ».

La loi du débat démocratique, c’est que nous avons toujours quelque chose à apprendre de l’autre.

Les positions du CNAFAL sont connues : la loi, toute la loi, rien que la loi. Dans les débats qui agitent depuis trop longtemps, non seulement la galaxie laïque, mais l’ensemble du pays, le CNAFAL s’est positionné contre la théorie « des accommodements », pour le droit des enfants à une éducation laïque, pour l’intégration à la française et pour le droit de vote des étrangers établis régulièrement en France, depuis 5 ans, aux élections locales.

Le CNAFAL



="msonormal">

Collectif antifasciste Paris-Banlieue

Saint-Denis antifa ! Une action le démontre une nouvelle fois !

2 juin 2015, 03:54

Ce mercredi 27 mai 2015, une conférence était organisée par l’Observatoire de la Laïcité et relayée par la Dionyversité (auto-proclamée « université populaire »). Ce débat qui devait se tenir dans la salle du conseil municipal de la mairie de Saint-Denis (FdG) avait pour intervenant unique Guylain Chevrier, « historien », ancien membre de la mission laïcité au Haut Conseil à l'intégration et ancien « pilier de Riposte laïque ».

Un militant d’extrême-droite repenti ?

Outre que ses articles soient constamment relayés par les sites des fachos de Riposte laïque, Fdesouche, Agoravox ou encore Atlantico, il suffit de parcourir ses gribouillages pour constater son obsession pour les thèmes chers à l’extrême-droite (immigration et délinquance, communautarisme, islamisation, viande halal, victimisation des minorités, contre la repentance d’Etat, soutien à la police), développant les idées qui nourrissent les combats des fascistes et justifient les agressions racistes et islamophobes qu’ils commettent régulièrement.

Qu’un islamophobe notoire intervienne à Saint-Denis est une véritable provocation. En réaction, une vingtaine de militant-e-s de la ville, dont des militant-e-s du CAPAB, informé-e-s à peine une heure avant le début de la conférence, se sont invité-e-s à la mairie pour empêcher le discours d’extrême-droite de s’exprimer. Face à notre mobilisation, les organisateurs ont dû annuler l’événement.

Quatre ans après avoir dégagé Gollnisch qui voulait parader dans la ville pour faire sa promotion en vue du congrès du FN, trois ans après s’être invité-e-s à la « galette » de Marine Le Pen pour en barrer l’accès et refouler les fascistes qui voulaient y accéder, c’est une nouvelle victoire antifasciste à Saint-Denis.

Hier, aujourd’hui, demain, Saint-Denis est et restera une ville antifa ! Nous ne laisserons les fachos ni parader, ni diffuser leurs idées de haine dans des pseudos « débats » !

P.S. : Quelques articles ont fleuri sur internet de sites d’extrême-droite jusqu’à Marianne (l’Union sacrée islamophobe) pour dénoncer la « censure », le « stalinisme » et viser particulièrement Jean Brafman, un militant de la ville, l’insultant « d’islamo-collabo stalinien ». D’autres en ont profité pour viser une nouvelle fois le Parti des Indigènes de la République. Les militant-e-s antifascistes présent-e-s ce jour-là n’étaient ni membres du P.I.R., ni proche de Jean Brafman. Juste des individus issus de différents réseaux, attachés au combat antifasciste et contre l’islamophobie. Nous apportons toutefois notre soutien aux groupes et personnes accusées à tort d’avoir organisé notre action.


Communiqué de la Ligue des droits de l'Homme Saint-Denis/Plaine Commune


Suite à l’interruption de la conférence-débat prévue le 27 mai dans la salle du Conseil municipal de Saint Denis la section LDH de St Denis Plaine Commune rappelle son attachement à la liberté d’expression et de réunion ainsi qu’à la laïcité telle que définie par la loi de 1905. Elle dénonce les insultes et attaques personnelles intervenues dans ce contexte. Elle appelle au respect des valeurs de la République! (Saint-Denis, le 2 juin 2015).


Communiqué du MRC de Saint-Denis


Le Mouvement Républicain et Citoyen de Saint-Denis constate que les libertés sont menacées à Saint-Denis.

La liberté de réunion tout d’abord, puisque certains s’arrogent le droit d’interdire, avec violence, un débat politique.

La liberté d’expression, en traitant de fasciste celui qu’ils refusent de laisser parler, et en refusant d’argumenter sur ces accusations mensongères.

La liberté de conscience aussi puisque la laïcité est assimilée à une critique des religions.

La qualité du débat démocratique n’a pas progressé à Saint-Denis. En effet, qui n’est pas d’accord avec la ligne défendue par cette minorité est forcément un suppôt du Front National. C’est un syndrome bien connu qui touche tous ceux qui refusent le débat républicain. Au lieu de débattre sur le fond, on préfère manier l’anathème.

Après les menaces de mort contre Samuel Mayol, directeur de l’IUT, les menaces à l’encontre de Patrick Vassallo, président du conseil de l’IUT, il s’agit là de signes inquiétants pour notre démocratie locale. Il appartient à chacun de prendre ses responsabilités pour retrouver le sens de nos valeurs républicaines.

L e MRC de Saint-Denis


Une réaction de Guylain Chevrier :

Expliquons-nous ! Réponse aux détracteurs de la Conférence organisée par l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis sur la laïcité, le 27 mai dernier.


Un certain nombre d’organisations ont pris des positions diverses concernant l’interdiction de cette Conférence qu’il me parait absolument nécessaire de commenter, puisque je suis dans un certain nombre de déclarations injurié et diffamé, pour justifier des atteintes aux libertés fondamentales que sont la liberté d’expression et de réunion. J’ai déjà répondu au communiqué du collectif Ensemble, sur le site de Saint-Denis ma ville (http://www.saintdenismaville.com/index.php?post/2015/06/03/R%C3%A9ponse-...) à quoi je renvoie le lecteur. En faisant ce travail de décryptage, je n’entends pas simplement me défendre de quoi que ce soit car mes engagements réels et non fantasmés parlent pour moi, mais à faire un travail de clarification essentiel d’intérêt général concernant des enjeux de société fondamentaux mis en cause à cet endroit.

L’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis a mis en cause M. Brafman comme étant à l’origine des troubles qui ont amené à l’annulation de la Conférence-débat organisé le 27 mai dernier dont j’étais l’invité. Il se pose aujourd’hui en victime d’une campagne odieuse, mais tout est bien parti de lui. Il est sans conteste l’initiateur de ces troubles, preuves à l’appui. De plus, il l’a fait en me diffamant, chauffant à blanc les esprits (voir l’article de Mariannehttp://www.marianne.net/reunion-publique-laicite-censuree-mairie-saint-denis-100233991.html).Ce qu’il continue de faire dans le texte intitulé « Le retour au pilori » publié sur le site du JSD.

C’est ainsi que je me trouve rebaptisé « d’extrême droite », parce que j’ai été un rédacteur du site Riposte laïque avec lequel j’ai rompu violemment en 2010 lors de son tournant identitaire, et dont je condamne la formule attribuée à M. Brafman depuis les derniers événements, que je me refuse d’ailleurs de citer pour ne pas la relayer ! M. Brafman identifie dans son propos, « refus de la repentance » et « négationnisme », ce qui n’a rien à voir, par un jeu de glissement sémantique sans vergogne. Il parle de « propos que trop souvent le FN nedémentirait pas (pas de repentance à propos de la rafle du Vel D’Hiv, négation de la reconnaissance de l’abolition de l’esclavage, dénonciation des sans-papiers comme « cheval de Troie du libéralisme », refus du droit de vote des immigrés (sic) ».


 Le plus fort est avec la formule « négation de l’abolition de l’esclavage » (sur le reste je me suis déjà expliqué sur le site de Saint-Denis ma ville) de faire ainsi croire que je suis contre l’abolition de l’esclavage et donc pour l’esclavage, ce qui relève de la diffamation de la pire espèce. On ne saurait impunément m’attribuer d’être pour la reproduction d’un crime contre l’humanité !

L’exagération ne sert ici qu’à justifier l’annulation de l’initiative laïque. Il n’y a rien d’autre derrière l’usage de ces procéder déloyaux, que de tout faire pour empêcher sur certains thèmes le débat d’idées en en éliminant, par tous les moyens, ceux qui sont considérés comme des adversaires.Ce monsieur n’assume décidément rien en se présentant comme victime alors qu’il n’a cessé de jeter de l’huile sur le feu. Rien ne peut me relier à ce courant de politique qu’est l’extrême droite, rien de ce que je défends, sur des thèmes de société qui sont ceux de tous les chroniqueurs de France, alors que je n’ai jamais été inquiété par la moindre plainte mettant en cause ce que j’écris ou dit sur I Télé, BFM TV, France 2, Europe 1... J’ai pourtant publié au moins 500 articles sur la toile ou dans des revues et collaboré à de nombreuses publications et ouvrages.


Mais le pire est encore à venir. Il dit : « Mr Chevrier pour qui, je cite, en date du 24 juin 2013 dans Atlantico et mis en exergue dans nombre de sites d’extrême-droite :«Comment se manifeste la paupérisation des Blancs ? »« En France, il s’agit surtout de la classe ouvrière, ou peu qualifiée, et des populations rurales. Ces Français de souche sont installés dans des zones avec un fort chômage, ou dans des enclaves en banlieue. Leurs enfants réussissent moins bien à l’école que ceux des immigrés, situés dans des zones plus urbaines. Cette population blanche pauvre souffre surtout de la mondialisation et du libéralisme à outrance, avec une main‑d’œuvre immigrée à bon marché qui réduit ses perspectives d’emploi. Et les Blancs ne comptent pas sur les trafics en tous genres pour fournir leurs revenus. »J’ose espérer que nombre de participantes et participants au débat annulé d’hier partage pour le moins mes interrogations sur la qualité de militant de gauche de Mr Chevrier. »


Il m’attribue en réalité ici un extrait de texte que je n’ai jamais écrit, il s’agit donc d’un faux. Il reprend un propos libre du site NOVOPRESS, d’orientation identitaire, avec lequel je n’ai rien à voir et dont j’ignorai même qu’il avait repris mes propos en les déformant ainsi de façon stigmatisante, bien loin des miens, sans guillemets et donc sans me citer, qui étaient donc clairement les propos d’un commentateur. (http://fr.novopress.info/139717/la-pauperisation-des-blancs-est-egalemen...) Mais c’était sans doute tentant de les utiliser contre moi en me les attribuant. On peut comparer ce que je dis dans l’article d’Atlantico sur ce thème (http://www.atlantico.fr/decryptage/blancs-et-pauvres-etudes-qui-montrent... ) et ce que dit en le commentant ce site, personne n’étant à l’abri d’une récupération dans le contexte des tensions actuelles sur ce sujet (voir l’interview que j’ai donné à Europe 1 sur le holdup que réalise le FN sur la laïcité : https://www.youtube.com/watch?v=-DjaH2GDYOg). Epouvantable !


Cette organisation d’une méprise collective autorise le groupuscule Saint-Denis antifa dans un communiquéà me comparer à Bruno Golnich, membre notoire du FN, alors que certains membres de cette organisation ont été mis en cause pour négationnisme, avec quoi je n’ai de près ou de loin rien, absolument rien, en commun ! J’ai toujours combattu le FN et bien mieux que pseudo-antifascistes qui recyclent l’extrémisme sous un masque de gauche tout aussi obscène. Cela leur permet même de se vanter de cette action contre la liberté et la démocratie. Comme l’expriment Les élus Socialistes de Gauche(PSG) qui condamnent sans ambiguïté cela : « Il s'agit-là d'une atteinte intolérable à la démocratie qui garantit les libertés de réunion et d'expression. Ce n'est pas la première fois que des opérations fondées sur la pression et la menace de violences sont organisées par ce même groupe d'individus. On ne peut laisser s'instaurer un climat de tension et de violence dans la vie publique locale. Les opinions doivent pouvoir s'exprimer, les désaccords être abordés, les confrontations d'idées s'exposer, cela en toute sérénité. » Voilà ce qui s’appelle défendre « nos biens communs républicains. »


Le MRAP condamne l’Observatoire, pour avoir dit le vrai sur le sujet, mais n’ont rien à dire sur les graves atteintes aux libertés d’expression et de réunion en cause ! On retrouve les mêmes procès en extrême droite qui me sont fait que dans d’autres communiqués. Il dénonce un climat de haine et de stigmatisation envers M. Brafman, mais la mauvaise foi peut-elle véritablement atteindre ce point de paroxysme ! J’ai été jeté à travers mille fausses accusations et manipulations en pâture à la vindicte populaire et menacé physiquement (j’ai du être raccompagné par la police à ma voiture) mais cela ne dérange nullement cette association pourtant censée défendre les droits de l’homme ! On y dit que mes écrits marquent«une dérive identitaire de gauche » donnant une « caution de gauche au Front National, sous couvert de "laïcisme" ».La nouvelle extrême droite est « identitaire de gauche », il fallait le trouver pour justifier des atteintes aux libertés ! Quant à mon « laïcisme » servant le FN, je renvoie à l’interview que j’ai donnée à Europe 1 dénonçant le holdup que réalise le FN sur la laïcité, citée ci-dessus. Ce que l’on me reproche, c’est de défendre une laïcité sans concession à aucune religion, parce que je participe de la lutte contre le communautarisme que certains soutiennent à travers l’islam politique, qui est un poison diviseur pour les forces sociales et ramène un pouvoir politique de la religion sur la société et les citoyens contre leurs libertés.


Le PCF apporte son soutien à M. Brafman dans le même sens, à contre sens de la réalité. Dont acte ! Il met aussi en cause une récupération politique et des médias… L’événement de la mise au ban de libertés fondamentales à Saint-Denis ne le mérite-il pas ? Tout en prétendant défendre la liberté du débat, on ajoute « La présence d’un intervenant contesté et sans doute contestable aurait dû être combattue s’il y avait lieu dans l’argumentation. Il parait également important sur des sujets devenus malheureusement sensibles d’être attentif aux personnalités intervenant dans ces débats. » Là encore, on s’arroge un droit de préemption concernant qui peut ou pas être invité par telle ou telle association ! Invraisemblable ! Faudrait-il faire des listes rouges ou noires des personnes non-désirables à Saint-Denis sur ce modèle d’accusation. La liste risque d’en être longue !


Il parle de « crispations orchestrées entre islam et laïcité, islam et république », qu’il dénonce avec force. Tout d’abord, le débat ne portait pas sur l’islam, contrairement à ce qui est ici induit. Pour autant, quel déni encore, et quel aveuglement ! Pourquoi dénier que la majeure partie des revendications visant l’aménagement de la règle commune à la religion viennent d’organisations se réclamant de l’islam, CFCM, UOIF, et d’une partie des musulmans de plus en plus visibles dans cette attitude qui consiste à refuser de faire passer les valeurs de notre société avant celles de la religion, 56% d’entre eux selon une enquête récente de l’institut Sociovision. Est-ce de la stigmatisation ou de la prise de conscience utile à tous ? Qu’est-ce qui peut le mieux aider nos concitoyens de religion musulmane, sinon de les soutenir à résister à ce mouvement pour les préserver d’une logique communautaire qui risque d’aboutir à leur assignation et privation du libre choix de leur façon de vivre. Refuser de voir un problème par idéologie, c’est se préparer des réveils douloureux. Evidemment dans ces conditions je ne peux être qu’un « laïciste »… Terme dont il reste à définir le contenu mais participe d’une campagne de dénigrement publique insupportable, qui devrait faire écho dans l’esprit de certains à d’autres procès, staliniens ceux-là, qui usèrent des mêmes procédés de suspicion pour détruire des réputations, des individus.


M. Michel Ribay,pour les verts, s’il ne converge pas dans la recherche d’excuses pour justifier l’injustifiable, use aussi d’amalgames gravissimes. Il prend pour exemple l’extrait d’un article où je fustige l’islam salafiste intitulé « Loi burqa : Tolérance zéro pour l’islam liberticide et communautariste », écrit en 2010, alors que l’actualité à ce moment relaie des violences en banlieue, pour m’accuser de discrimination de façon insupportable ! Je souligne alors, qu’à faire passer la République pour liberticide vis-à-vis de l’islam parce qu’elle impose des libertés qu’aucune religion n’a dans ses références, on encourage des jeunes issus de l’immigration au rejet de celle-ci, et donc, des lois républicaines, conduisant à justifier la délinquance, ce que certains politiques et médias n’hésitent pas à faire d’ailleurs sans retenue. Je ne rêve donc pas en disant cela et en mettant en garde vis-à-vis de ce risque d’auto-exclusion de ces jeunes et des risques que cela comprend pour notre société, notre vivre ensemble, notre cohésion sociale. J’y dénonce un islam salafiste liberticide et conquérant à travers le voile intégral, cette abjection contre les droits de femmes que l’on ne saurait tolérer sur notre sol!


Rappelons que plusieurs contrôle de police concernant le voile intégral interdit pas la loi, ont dégénéré comme à Trappes en violences urbaines pendant plusieurs jours, liant refus des lois de la République et délinquance contre elle. Je ne rêve encore pas ! Le rédacteur en vient alors à une interprétation aberrante diffamatoire, qui passe la ligne rouge : «On se frotte les yeux, on relit et l’on y comprend sous la plume de ce monsieur que les discriminations à l’adresse, à l’embauche, à la consonance des patronymes ne sont que la manifestation des résistances de la France à ne pas se laisser dominer par l’Islam ! » C’est ignoble et une fois de plus calomnieux, d’ainsi interpréter ce que je dis pour me faire passer comme justifiant de telles discriminations ! Ces propos sont une invitation à la haine contre moi et me mettent violemment à mal, tombent sous le coup de la loi, qui ait toujours défendu le principe d’égalité et ait aussi écrit largement contre le racisme et les discriminations et qui plus est, enseigne régulièrement ce thème sans concession à mes étudiants. J’accompagne les étudiants au Diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) où l’on retrouve toute la diversité de notre société, et je les encourage à prendre leur place et leur chance, à ne pas se laisser intimider par la logique de classe, les discours de discrimination et de haine, je me mets le plus que je peux à leur disposition pour les soutenir dans leur réussite! J’ai récemment écrit dans les colonnes d’Atlantico, pour dénoncer la préférence nationale promue par le FN qui n’est rien d’autre qu’une discrimination à combattre avec force.J’ai aussi dénoncé sur Atlantico ou Agoravox la remise en cause du droit du sol qu’avait avancé François Copé dans une surenchère avec le FN par clientélisme électoral, alors que ce droit est au fondement de l’égalité républicaine !

Les socialistes de Saint-Denis dénoncent le coup de force en demandant à la municipalité de jouer son rôle pour permettre la tenue d’actions publiques menées par des associations qui ont la liberté de s’organiser comme elles l’entendent, à partir du moment évidemment où cela ne tombe pas sous le coup de la loi. Maisà travers l’idée de leurs refus que la laïcité « serve d'alibi pour diffuser des idées d'extrême-droite en stigmatisant les pratiquants d'une religion », il ne faudrait pas laisser planer l’idée qu’il aurait pu en être ainsi lors de cette Conférence. Ils rappellent leur attachement « à une société fondée sur la liberté, l'égalité et la fraternité pour tous les citoyens quelque soit leurs origines, leurs opinions et leurs croyances ou non. » C’est précisément ce que je défends dans le numéro de ce trimestre de « Communes », revue des élus socialistes et républicains où je suis publié, dans un dossier consacré à la laïcité, auquel je les renvoie pour mieux me connaitre et lever toute ambiguïté.


La Ligue des droits de l'Homme Saint-Denis/Plaine Communesuiteà l’interruption de la conférence-débat a rappelé « son attachement à la liberté d’expression et de réunion ainsi qu’à la laïcité telle que définie par la loi de 1905. Elle a aussi dénoncé les insultes et attaques personnelles intervenues dans ce contexte. « Elle appelle au respect des valeurs de la République! »


M. Brafman n’aurait jamais été mis en cause s’il n’avait fait le choix d’initier l’interdiction de cette conférence-débat selon des méthodes condamnables, qu’il justifie d’ailleurs en faisant chorus avec Saint-Denis antifa.

Avoir pris la responsabilité de faire de moi un fasciste au service de la discrimination et du rejet des musulmans, un négationniste, un « islamophobe » avec tout ce que ce terme comprend de combat contre la laïcité, ne restera pas sans que l’histoire demande un jour des comptes, j’en suis sûr. Cela a été fait sans précaution aucune, dans un contexte dangereux, comme les événements de janvier l’ont tristement trop bien souligné, faisant de moi une cible de la violence d’extrémistes dont ils légitiment l’atteinte aux libertés et à l’Etat de droit.


Merci à mes amis de l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis que les choses n’aient pas plus dégénérées ce 27 mai, qui ont su faire preuve de fermeté et en même temps de beaucoup de maitrise comme de responsabilité, en ne tombant pas dans cette provocation et en me protégeant.

J’ai reçu le soutien du CNAFAL, première association familiale laïque de gauche où j’ai des responsabilités départementales, dans le Val-de-Marne, une association qui a entre autre passé accord avec Droit au logement, pour mener des actions en commun en faveur des mal logés. Je suis pour le CNAFAL membre du CA de l’UDAF 94.http://www.cnafal.org/pas-de-democratie-sans-debat-et-sans-culture-du-debat/

J’ai reçu le soutien du Comité laïcité république dont je suis membre, lors du dernier colloque organisé par l’association à l’Assemblée nationale. Association dont ne peut remettre en cause l’engagement dans la défense des libertés et de la République laïque et sociale pour tous, ainsi que son rejet de toutes les discriminations. http://www.laicite-republique.org/#&panel1-1

On a appris que l’Union des familles laïque a du faire son Assemblée générale annuelle sous la protection de la police, qui a mis en lien dans un communiqué ce fait avec ce qui s’est passé à Saint-Denis. Ce qui ne peut que faire réfléchir nombre de citoyens !

Certains appellent aujourd’hui à refaire cette Conférence-débat. Il me parait une évidence que cela soit au calendrier prochain, à moins que Saint-Denis ne soit devenue une zone de non-droit.

Pour avoir une information complète, je vous incite à lire un article que j’ai publié dans Franc Maçonnerie magazine en kiosque en mars dernier, qui se trouve mis en ligne :La République laïque et sociale est plus que jamais l’avenir, dans l’ordre des progrès de l’homme !http://www.fm-mag.fr/article/societe/interview-de-guylain-chevrier-929

Ainsi que le suivant :Omar Sy, Gad Elmaleh et Jamel Debbouze personnalités préférées des Français : mais alors l'intégration, ça marche ou pas ?

http://www.crif.org/fr/tribune/omar-sy-gad-elmaleh-et-jamel-debbouze-per...

Pour plus d’information sur le sujet, voir le site de l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis. http://www.observatoire-laicite-saint-denis.org


Guylain Chevrier, Docteur en histoire, chargé d’enseignement à l’Université, formateur et consultant en travail social, ex-membre de la mission laïcité au Haut Conseil à l’Intégration (2010-2013).


="msonormal">
="msonormal">
="msonormal">

="msonormal">

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur