Portrait

Edwige Ceide / Une fille sur sa page

Depuis toute petite, elle a le goût d’écrire. Son expérience à l’étranger l’a confortée. Elle aime tout autant pratiquer seule ou en atelier. Une saga autour de son grand-père haïtien est en projet.
Edwige Ceide
Edwige Ceide


À la fin des années 1980, une petite fille rentre de l’école avec de bien bonnes notes. Pour la récompenser, sa maman l’inscrit à la bibliothèque de sa ville, Villetaneuse. Voilà comment est né son goût pour la lecture. Quelques temps plus tard, la dite bibliothèque ferme tout un été. « Alors, je me suis mise à écrire » se souvient Edwige.


Née à Port-au-Prince de parents haïtiens ayant émigré en France pour raison économique, elle entre au lycée Paul-Éluard en section littéraire, option théâtre arts plastiques « Là, j’ai découvert des gens de mon âge qui avaient la même sensibilité, les mêmes goûts. » Encouragée par sa famille, elle choisit après le bac d’étudier l’anglais et l’espagnol à Paris 8 Saint-Denis puis part un an comme jeune fille au pair à Westchester, dans l’état de New York (États-Unis).


Là, elle s’immerge dans la langue et s’éloigne du carcan académique. « Ce fut pour moi une très belle expérience, durant laquelle j’ai découvert, en participant à des ateliers de creative write, une écriture plus personnelle. » Car Edwige n’a jamais cessé d’écrire, avec toujours la même joie de jouer avec les mots. « Écrire dans une autre langue oblige à sortir de soi-même, à puiser en soi, et cela a modifié ma façon d’écrire en français » se souvient-elle.


De retour en France, elle s’inscrit en master de traduction à l’université de Pau et continue à participer à des ateliers d’écriture. Elle obtient son diplôme en 2005 et ne débute pas la vie active par le plus facile : interprète pour l’aéroport de Roissy, elle se confronte à de nombreuses personnes en transit. « Cette période m’a renvoyée à mon histoire familiale. »

Peu satisfaite, Edwige change de direction. Elle suit une formation en alternance en management et se spécialise dans le droit douanier. C’est là qu’elle trouve enfin sa voie professionnelle.


Et l’écriture, dans tout ça ? « C’est un hobby permanent. J’ai toujours au fond de mon sac un carnet, un stylo et j’écris dans le métro, dans le bus, au café… »

Depuis 2007, elle vit près de la porte de Paris et a entrepris, en 2009, un projet d’écriture sur la mémoire de sa famille. « Cela s’appellera Les six filles du père Loriès, qui était mon grand-père maternel. Il a vécu l’immigration des années 1920, est parti travailler à Cuba et a beaucoup voyagé » dévoile-t-elle.


« J’ai toujours voulu faire revivre les instants, les détails de la vie, comme une photo… » À partir d’une recette oubliée, elle fait des recherches, découvre des proverbes, des chants, des paroles enfouies et les ressort de l’ombre. Elles est désormais à la tête d’une somme de documents sonores, visuels, de témoignages d’un monde évanoui.


Et puis il y a son association, Passerelles Extra Muros, créée en 2009, « pour que les écrits vivent ». Tache d’encre, un atelier d’écriture et Entre deux rives, une revue semestrielle en sont les principales initiatives. Mais elle entend surtout rallier de plus en plus de participants autour de l’écriture, au sens très large et très vivant du terme. 


«C’est une aventure collective. Les mots ont une résonnance, une vie, un parcours. Ils sont comme une balle que l’on se renvoie et qui nous surprend. » Voilà qui est dit. Et écrit.

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur