En ville

Parking République : drogue et crasse à tous les étages

Depuis un an, la situation déjà peu reluisante du parking géré par Vinci Park dans le centre ville de Saint-Denis a empiré. Un gardien et des usagers témoignent.
Ambiance dégradée dans le parking République en cette fin d'année
Ambiance dégradée dans le parking République en cette fin d'année


« Tous les jours, on a une dizaine de toxicos qui rentrent, qui sortent. Souvent, quand on arrive le matin, la porte qu'on ouvre avec une carte pour accéder au parking est bloquée par une canette ou un morceau de papier afin d'éviter que la gâche électrique se referme. » C'est un gardien du parking République, 6, rue des Chaumettes, qui témoigne anonymement de ce que lui-même et ses collègues vivent quotidiennement. Un constat confirmé par les usagers de ce parking géré par Vinci Park : des excréments dans les escaliers ou devant les ascenseurs, des détritus et des préservatifs qui jonchent le sol…

« Ça dure depuis le mois de janvier. Avant, il y avait une femme qui dormait dans le local électrique qui a brûlé. Maintenant, il est muré. Depuis que le parvis de la gare a été nettoyé, les toxicos se sont déplacés ici. On les voit assis sur les espèces de bancs en béton, devant le McDo. »


Le week-end, pendant lequel un seul gardien assure l'accueil, est particulièrement pénible pour les employés. « Un dimanche, un groupe fumait devant le local. Leur fumée rentrait par le hublot. Je leur ai demandé cinq fois de sortir, ils n’ont pas voulu. Je suis allé chercher un extincteur. Quand ils ont vu que je l’ai dégoupillé, ils sont partis en courant. C'est dommage d’en arriver là », regrette-il.

« Certains squattent une voiture, une 406 break bleue qui est immobilisée depuis 4 ou 5 mois au premier étage. Ils ont fait leur maison dedans. Ça fume devant les clients, ça se shoote, il y a du deal aussi », continue un habitué du parking, qui s'étend sur quatre niveaux et un sous-sol, ouvert de 7h à 22h.

Un investissement de 70 000 euros

Plusieurs des gardiens ont demandé ou déjà obtenu leur mutation, exaspérés par la dégradation de leurs conditions de travail et les remplaçants ne se bousculent pas à mesure que la triste réputation du parking République se répand.

Les caméras donnent sur les allées, mais pas sur les véhicules, ni sur les escaliers. Plusieurs agressions ont eu lieu aux abords du parking ou bien à l'intérieur, dont la dernière en date sur une personne âgée, un dimanche au début du mois. « La police ne se déplace pas toujours quand on l’appelle », regrette un employé. « Et la direction ne fait rien alors qu'ils sont au courant de la situation », devenue « impossible à vivre ».


Contacté au téléphone, François Levert, directeur de la communication de Vinci Park, assure que la situation est connue et que des mesures sont prises. Il rappelle les travaux entrepris pour renforcer « l'étanchéité » des accès au parking, ainsi que les efforts pour améliorer la communication avec les différents partenaires concernés : « Nous travaillons avec la police, sous l'égide de Plaine commune, pour apprendre à mieux se connaître et se comprendre. La police n'était pas à l'aise pour intervenir dans des lieux qu'elle connaissait mal. Cette connaissance mutuelle, par un travail concerté, devrait permettre d'y remédier. »

Enfin, il annonce un investissement de 70 000 euros en frais de surveillance pour renforcer les rondes avec des maîtres-chiens. Cette mesure, qui devrait se réaliser dans les prochaines semaines, sera répartie sur l'ensemble des quatre parkings de la ville. Autant dire pas grand chose.

Sébastien Banse

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur