À la une En ville

Insalubrité
/ Vingt hôtels épinglés

Dans le cadre d’une nouvelle stratégie de lutte contre l’insalubrité, la Ville a pointé une vingtaine d’hôtels a priori pas aux normes.
Une chambre délabrée, non proposée à la location selon le gérant de l’hôtel du boulevard Ornano. © Marine Delatouche
Une chambre délabrée, non proposée à la location selon le gérant de l’hôtel du boulevard Ornano. © Marine Delatouche

C’est un hôtel-restaurant sans prétention, situé dans le quartier Pleyel. Ce vendredi 2 octobre au matin, le maire de Saint-Denis, Mathieu Hanotin, son conseiller municipal délégué aux grands projets et bâtiments municipaux, Benjamin Meura, et un sapeur-pompier, notamment, patientent devant l’établissement. Ils font partie de la commission de sécurité venue vérifier qu’il n’y a plus de défaillances en matière de sécurité incendie ou qu’il n’existe aucun risque d’effondrement. « Un arrêté avait été prononcé en 2014 » mais l’établissement n’a pas été contrôlé « lors de la précédente mandature », insiste Mathieu Hanotin.

Une vingtaine d’hôtels seraient dans le même cas selon l’édile. En se rendant sur place ce jour-là, le maire met en avant sa détermination à « procéder à des verbalisations » et à « prononcer des fermetures administratives » si nécessaire. Cette opération de contrôle s’inscrit dans la nouvelle stratégie de la municipalité en matière de lutte contre l’habitat insalubre, présentée en conseil municipal jeudi 8 octobre.

LIRE AUSSI : Ils vivent entassés dans l'insalubrité à la Plaine

Le propriétaire ouvre timidement la porte. L’enjeu est de vérifier que les risques d’incendie sont écartés et que la sécurité des clients sera assurée en cas d’évacuation. Avec le sapeur-pompier présent, la commission passe en revue quelques documents censés attester de la réalisation des travaux de maintenance. Certains sont manquants. « Pour moi, il n’y a pas de preuve que c’est fait. S’il y a un incendie, vous engagez votre responsabilité pénale », prévient le sapeur-pompier.

« Je ne pense pas être à un niveau de fermeture »

S’en suit la visite des chambres de cette « affaire familiale depuis trente et un ans », tient à rappeler le co-gérant, avec vérification des alarmes incendie et des portes coupe-feu. Le sapeur-pompier remarque la présence d’une multiprise dans une chambre. « C’est interdit », rappelle-t-il. L’établissement est modeste et sera bientôt détruit dans le cadre de la restructuration à venir du quartier Pleyel. Parmi la dizaine de chambres louées 40€ la nuit, à peine la moitié sont occupées par des personnes qui « travaillent sur les chantiers ». Un seul client est mensualisé, « déclaré à la Caf ».

Le co-gérant l’atteste : «Je suis loin d’être un marchand de sommeil. Qu’on me donne un état des lieux des hôtels en périphérie. Il y a certaines négligences de ma part, mais je ne pense pas être à un niveau de fermeture. » Il montre le matériel acheté pour réparer la toiture de la chambre dans laquelle il dort, « l’unique qui a un problème d’infiltration », insiste-t-il. La commission enverra un rapport aux propriétaires, décidera de verbaliser ou repassera pour constater la réalisation des travaux nécessaires.

Marine Delatouche

Réactions

2 remarques = 1/Cet article - reportage est publié dans le Jsd le même jour qu'une tribune d'une demi.page paru dans Le Monde ,ce mardi 13 octobre. Tribune co signée par le président de Plaine Commune et de madame l'adjointe en charge du Logement , à la ville de St Denis. Synchronicité ? 2/article intéressant mais trop court . Il manque d'illustrations photographiques et de ''zooms'' sur les hôtels périphériques dont il est fait mention dans l'article. Ce sera dans un prochain et plus dense papier ,alors ? Cordialement !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur