En ville

Réforme des retraites
/ Veillée d’armes

Vent debout contre le projet gouvernemental sur les retraites, les organisations syndicales appellent à une journée de grève et de manifestations jeudi 5 décembre.
© Marc Bertrand
© Marc Bertrand

A mesure qu’approche la mobilisation générale, le gouvernement fait feu de tout bois pour déminer le terrain. Interventions ministérielles, ciblage sur les seuls régimes spéciaux, spots publicitaires à la radio, séminaire dominical en tenue décontractée… et au final beaucoup d’incertitudes.

Flou artistique volontairement maintenu afin de démobiliser ? Stratégie sans effet en tout cas. Sur le terrain, les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, UNSA, SUD Solidaires, UNEF…) sont vent debout. Elles ont engagé depuis des semaines le débat avec les salariés de tous les secteurs et appellent à participer massivement à ce mouvement. Une grève interprofessionnelle qui concerne tous les travailleurs et à laquelle les organisations de retraités et les Gilets jaunes appellent à participer.

LIRE AUSSI : La mobilisation contre la réforme des retraites s'organise

Pour y voir un peu plus clair, passons en revue les propositions gouvernementales. C’est le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoy, qui le premier a levé le voile sur ce qu’il nomme « la réforme des retraites » : les salariés vont basculer dans un système de retraite à points qui remplacera les 42 régimes actuels. Le futur système sera « par points », pour « qu’un euro cotisé donne lieu aux mêmes droits pour tous ».

Les règles actuellement en vigueur des 25 meilleures années retenues dans le calcul de la pension des salariés du privé ou celle des 6 derniers mois pour les fonctionnaires, sont supprimées. C’est toute la carrière qui serait prise en compte désormais. 
 

Mobilisation tous azimuts

À Saint-Denis, l’heure est à la mobilisation dans l’unité, à l’instar de l’assemblée générale du 3 décembre, qui a réuni les agents de la Ville de Saint-Denis à la bourse du travail à l’appel de l’intersyndicale FO-SUD-CGT-FSU-UNSA.

« Il est hors de question d’accepter ces propositions ! s’insurge Nora Bachiri, déléguée syndicale CGT des Territoriaux. Pour remplacer le calcul sur les six derniers mois, on veut nous imposer le calcul sur toute une carrière marquée au démarrage par des jobs à mi-temps, des petits boulots et des congés de maternité. Ce n’est pas possible ! Nous allons droit dans le mur ! »
 

LIRE AUSSI / RATP : un syndicaliste entravé

Du côté des cheminots souvent stigmatisés et traités de privilégiés, on ne décolère pas. Karim Dabaj, responsable de SUD-Rail au technicentre du Landy, souligne qu’il s’agit d’une grève reconductible. « Nous descendrons tous les jours, s’il le faut, jusqu’au retrait de la contre-réforme Macron-Delevoye. Les cheminots vont être impactés directement en perdant entre 400 et 600 € par mois sur leur pension de retraite. »

Romuald Ternisien, secrétaire général CGT des cheminots de Saint-Denis, rappelle de son côté les obligations de service public et les conditions de travail particulières qui accompagnent le régime mis en place chez les cheminots. Il réfute tout corporatisme. « Notre confédération appelle tous les corps de métier, privés comme publics, à rejeter les propositions gouvernementales. » 

A la RATP, « la mobilisation sera forte dans tous les dépôts, selon Hassan Hemmouche, chauffeur de bus au dépôt de Saint-Denis, élu au CSE et au CSST. Notre retraite est calculée sur les six derniers mois pour justement compenser l’absence d’augmentation de salaire depuis très longtemps. » Chez les enseignants aussi on a sorti la règle à calculer et l’on a procédé à des simulations. Grégory Thuizat, co-secrétaire départemental du SNES-FSU, est formel : « On estime entre 30 et 40% la perte sur la future pension de retraite si le système était en mis en place à partir de 2025. » 

LIRE AUSSI / Paris 8 : un mouvement étudiant orienté vers une convergence des luttes
 

« Un projet totalement flou »

Le 5 décembre, policiers, pompiers, avocats, personnels aériens, routiers, hospitaliers seront aussi dans la rue. « Ce qu’on nous a présenté est un projet totalement flou, déplore Jacques Noaille, pompier, secrétaire général adjoint de l’UNSA Ile-de-France. Nous surcotisons pour pouvoir gagner un an de bonification tous les 5 ans. Mais pour bénéficier de cet avantage, il faut être pompier au moment où l’on prend sa retraite. Si on quitte avant pour des raisons diverses, tout est perdu… »

Quant à la CFDT, si elle refuse au niveau de sa confédération de participer au mouvement, en revanche sa fédération de cheminots a déposé un préavis de grève reconductible… De quoi semer le trouble chez certains. Pour la retraitée dionysienne Monique Jeffroy « beaucoup de gens de la CFDT vont être dans le mouvement, car il y a un profond mécontentement. Changer l’âge de la retraite, la retraite par points, tout ça n’est pas acceptable… »

Claude Bardavid

Jeudi 5 décembre à 12h, six cars affrétés par la Ville et les syndicats partiront de la bourse du travail en direction de Paris. Mercredi 11 décembre à 19H30, la bourse du travail accueillera un grand meeting à l'initiative du PCF avec toutes les forces de gauche et des organisations syndicales pour défendre les retraites. 

 

Perturbations jeudi 5 décembre

Ecoles : 43 seront fermées

Accueil pause méridienne : 59 seront fermés sur 71. 4 seront assurés avec pique-nique fourni par les parents.

Accueil de loisirs en soirée : 33 seront fermés sur 38. 32 goûters sur 36 seront assurés dont 2 avec pique-nique fourni par les parents

Aide aux leçons : 29 sur 35 ne seront pas assurées.

Transports : Les différents moyens de transport seront très impactés par le mouvement à partir du 5 décembre et au moins jusqu’au dimanche 8. Jeudi 5 décembre : T1 : un tram sur trois aux heures de pointes, T8, un sur trois toute la journée. Métro lignes 12 et 13 : trafic interrompu. RER D quatre trains par heure en heure de pointe. Un bus sur tois en moyenne. 

Réactions

J etais à côté de Nora Bachiri à l assemblée générale et elle n a pas prononcé un seul mot ! Médiatisation pour qui ?
Cet article me choque car vous citez Nora BACHIRI qui n a jamais pris la parole pour dire quoi que ce soit , et vous inventez un discours qui n existe pas . Le journalisme n est plus ce qu il était .
@Bassi et Nathalie Dopp, si l'article est illustré par l'assemblée général des territoriaux de mardi 3 décembre, il ne s'agit pas d'un compte rendu de cette assemblée, comme vous avez pu le constater à la lecture. L'article donne la parole à différents représentants, de différentes centrales syndicales et de différents métiers avant le mouvement qui démarre demain. Je ne vois donc rien de choquant à voir Nora Bachiri s'exprimer. Cordialement Yann Lalande.
En 2025 le Ministère du Budget ajustera la valeur du point afin que les dépenses du régime universel de retraites restent à 14 % du produit intérieur brut. Par conséquent en 2025 les pensions de retraite des 19 millions de salariés du secteur privé baisseront. L'art de la communication de Macron et LREM consiste à focaliser l'attention sur les régimes spéciaux lesquels ne concernent que 350000 personnes par rapport au régime général utilisé par 19 millions de salariés du secteur privé. D'autre part le trou de la Sécurité Sociale constitue une escroquerie intellectuelle propagée par LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE. Sur l'exercice comptable 2018, si on enlève le remboursement de la dette sociale imposée par le gouvernement (CADES), alors la Sécurité Sociale est excédentaire de 11 milliards d'euros. Lors des élections municipales 2020 et des élections régionales 2021 il faut détruire LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE au sens nucléaire du terme.
@jsd. 6 cars affrétés par la ville, est ce légal?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur