Cultures

Valère Staraselski exhume octobre 1793

L’écrivain, enseignant à Paris 8, s’attache à cet épisode de l’histoire de France et de la basilique dionysienne où les dépouilles des rois et reines ont été exhumées de leur nécropole.
Valère Staraselski rencontré à l'heure de la rentrée littéraire… dans la basilique de Saint-Denis.
Valère Staraselski rencontré à l'heure de la rentrée littéraire… dans la basilique de Saint-Denis.


L’écrivain Valère Staraselski consacre son septième roman, L’Adieu aux rois, à un épisode de la Révolution française qui a fait couler beaucoup d’encre : l’exhumation, en octobre 1793, des cadavres des rois et reines de France de leur nécropole de la basilique de Saint-Denis. Symbole d’inhumanité pour les uns, de la naissance d’un nouveau monde pour d’autres, ces journées sont en fait mal connues.


« J’aime bien chercher pour comprendre », sourit Valère Staraselski. Il a donc cherché et trouvé, parmi les rares documents sur ces événements, le journal d’un certain Ferdinand Gautier, titulaire des orgues de l’abbatiale Saint-Denis. « Il y raconte ce qu’il a vu et c’est à partir de ce journal que j’ai reconstitué ce qui s’est passé. » Mais l’auteur est ici romancier. Il imagine alors trois personnages (qui figuraient dans l’un de ses précédents romans, Une histoire française), Marc Antoine Doudeauville, André Maisonseule et Georges de Coursault écrivant à l’un de leurs amis parti en Amérique, Sébastien Bréhal, pour lui raconter les événements en cours en France. Ils invitent donc Gautier à raconter ce qu’il a vu à Saint-Denis.


L’action se déroule chez Doudeauville, à Paris, aux premiers jours de 1794 alors que Robespierre, six mois avant qu’il bascule dans la Terreur et qu’il soit guillotiné, affirme sa haute vision politique. Et c’est là la belle trouvaille de l’auteur : alors qu’un monde est abattu, un autre émerge, dont on ne sait pas encore bien ce qu’il adviendra.


« Robespierre n’est pour rien dans ce qui s’est passé à Saint-Denis, affirme Valère Staraselski. C’était un défricheur qui inventait au fur et à mesure qu’il avançait. » De fait, la relation de Gautier et la lecture par Doudeauville de passages de discours de Robespierre devant le Comité de salut public témoignent du bouillonnement de l’époque, « une époque de grande création politique » ajoute-t-il.


Le style de Valère Staraselski, précis et alerte, reconstitue avec une minutie d’orfèvre jamais pesante ces années qui sont de fait le fondement de la France d’aujourd’hui. Ancien étudiant et enseignant à Paris 8, il voue une tendresse particulière à Saint-Denis et avoue avoir voulu écrire sur ces journées, « d’abord pour les Dionysiens », lance-t-il.

Benoît Lagarrigue


L’Adieu aux rois, de Valère Staraselski, édition du Cherche midi, 240 pages, 16 €.


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur