À la une En ville

L'Humanité
/ Une rédaction mobilisée

Une dizaine de journalistes de l'Humanité étaient dissimulés dans la foule ce samedi 6 avril salle de la Légion d’Honneur.
Une dizaine de journalistes de l'Humanité étaient dissimulés dans la foule ce samedi 6 avril salle de la Légion d’Honneur.

Ils sont une petite dizaine, dissimulés dans la foule ce samedi 6 avril salle de la Légion d’Honneur. Pour certains ils habitent Saint-Denis, au plus près de leur rédaction située à Pleyel. Les 120 journalistes de l ’Humanité se battent eux aussi pour la survie de leur média.

« On ne défend pas seulement nos emplois mais l’avenir d’un titre qu’on juge unique dans le panorama médiatique. L’Huma, c’est la voix des sans voix, lance Julia Hamlaoui, journaliste au service politique et préposée à la tombola ce 6 avril. La période est forcément un peu compliquée. Ça nous demande beaucoup d’énergie, mais on reçoit beaucoup de messages de soutien en retour depuis le début de la mobilisation. C’est porteur et ça nous encourage à travailler à un projet qui nous permette de passer le cap et de se développer. » Développement, le mot est lancé. L’Humanité doit conquérir de nouveaux lecteurs, pour survivre à moyen et long terme et éviter trop de casse à court terme. 

LIRE AUSSI : L'Humanité, tous au soutien du journal

 

 

« Nous sommes déjà à l’os »

« En août pour la prochaine audience au tribunal de commerce, le journal devra présenter un plan d’économie et un plan de recettes, explique Marion D’Allard, journaliste et représentante syndicale CGT. Les deux administrateurs judiciaires ont déjà fait des préconisations en vue de réduire la masse salariale. Il y a un vrai risque de menace sur l’emploi (l’Humanité compte 170 salariés), car nous sommes déjà à l’os. Depuis quatre ans les départs à la retraite ne sont plus remplacés. Notre but est de maintenir nos trois médias (le quotidien, l’Huma dimanche et le site Internet) sans que la qualité du contenu ne pâtisse d’un manque de personnel. »

Caroline Constant, une autre journaliste résume ainsi l’enjeu des prochaines semaines : « Il faut qu’on fasse plus d’abonnements. » 4 000 nouveaux abonnés ont rejoint le listing de distribution depuis le début de la mobilisation, dont 9 samedi soir à Saint-Denis. 
 

Enfin prendre le virage du numérique

Mais pour maintenir la dynamique, les membres de la rédaction sont conscients que les choses vont devoir évoluer en interne. « On a bien raté le virage du numérique, concède Grégory Marin représentant de la société des journalistes de l’Huma. Il y a encore débat dans la maison pour savoir si les journalistes doivent produire du contenu pour plusieurs médias. » « Nous sommes montés en puissance sur notre offre en ligne depuis un an avec 6 000 abonnés numériques, se réjouit Caroline Constant.

On a toujours trop de sujets que pas assez dans notre besace de journaliste. C’est donc juste une question d’organisation du travail pour gérer le flux sur nos trois médias. » On aurait pu les penser abattus et inquiets, les journalistes de l’Huma se montrent donc combatifs. « Nous sommes ambitieux pour le journal. Ce qui nous intéresse c’est l’Humadans 5 ans, dans 10 ans, conclut Caroline Constant. On a envie d’être vu et d’être lu. Nous sommes à un tournant et pas seulement pour L’Humanité. » « Aucun journal n’est à l’abri. Ce qui se joue c’est l’avenir de la presse tout court, » prévient Grégory Marin.

Yann Lalande

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur