En ville

Antiracisme
/ Une marche « historique » contre l’islamophobie

Dimanche 10 novembre, 13 500 personnes ont marché à Paris entre la gare du Nord et la place de la Nation. © Aziz Oguz
Dimanche 10 novembre, 13 500 personnes ont marché à Paris entre la gare du Nord et la place de la Nation. © Aziz Oguz

C’est une marche «historique », « fondatrice », « un tournant » dans la lutte contre l’islamophobie et le racisme. Les initiateurs de la manifestation pour dire « stop à l’islamophobie » savourent le « succès » et la « démonstration de force » de leur marche.

Dimanche 10 novembre, au moins 13 500 personnes ont marché à Paris entre la gare du Nord et la place de la Nation. « Merci à vous d’être là, belles et beaux dans toute votre diversité. Franchement, c’est beau à voir », lance, ému, Madjid Messaoudene (REVE-Insoumis), élu dionysien et fer de lance de cette marche, premier à prendre la parole au micro à l’arrivée du cortège à Nation. Dans la foule, des musulmans, des femmes, voilées ou non, qui pour beaucoup manifestaient pour la première fois et des habitués des organisations associatives, syndicales et politiques. « On n’aurait jamais imaginé réaliser une telle manifestation quand on s’est réuni il y a trois semaines à Saint-Denis », savoure-t-il.

LIRE AUSSI / Laïcité : deux gardes de l'espac public pointés du doigt

Ce 18 octobre, avec d’autres, il a rassemblé des figures du mouvement antiraciste pour dénoncer le climat islamophobe dans le pays. En effet, le 11, Fatima E. est prise à parti par un élu du Rassemblement National (RN) lors d’une séance au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, provoquant un tollé dans le pays. Ces initiateurs (le Collectif contre l’islamophobie en France, la plateforme L.E.S Musulmans, le Comité Adama, le Nouveau parti anticapitaliste, l’Union communiste libertaire, le journaliste Taha Bouhafs et l’élu dionysien donc) se mettent d’accord pour organiser une marche à Paris.

Le 1er novembre, ils lancent un appel d’abord sur Libération puis sur le site Mediapart où 400 signataires se joignent à eux, alors que quatre jours plus tôt un ex-candidat RN a perpétré une attaque devant la mosquée de Bayonne, faisant deux blessés. L’appel est critiqué par des personnalités de droite mais aussi de gauche. « On n’oubliera pas ce qu’a fait le Printemps républicain, ni le Parti socialiste (PS), ni l’extrême droite », critique Madjid Messaoudene. L’élu a par ailleurs reçu des menaces de morts suite à cet appel.

LIRE AUSSI : Déconstruire les préjugés racistes

« À part le PS, tout le monde [à gauche] est là. Tout le monde a appelé à manifester », remarque Éric Coquerel, député (LFI) de la première circonscription de Seine-Saint-Denis, qui a signé l’appel, comme le député communiste dionysien Stéphane Peu ainsi que le maire-adjoint (LFI) Bally Bagayoko. Lui et d’autres élus insoumis, dont Jean-Luc Mélenchon, ont marché pas loin de de la sénatrice Esther Benbassa (EELV), des maires de Stains Azzedine Taïbi (PCF) et d’Aubervilliers Meriem Derkaoui (PCF) ou encore de Benoit Hamon (fondateur de Génération.s) ou Philippe Martinez (CGT).

« L’islamophobie existe. Et il est en train de se développer en France. C’est quelque chose d’hyper dangereux qui doit interpeller tout le monde », estime Julien Attal, secrétaire de la section communiste de Saint-Denis, présent à la marche. « Excepté le PS, toute la gauche était là, souligne Madjid Messaoudene. Ceux qui nous insultent et nous calomnient sont hors d’eux parce qu’ils ne pensaient pas que l’on allait réussir une telle mobilisation. »

Aziz Oguz 

Réactions

Bonjour @Aziz Oguz. C'est assez curieux que vous fassiez un article qui ne concerne au final que Madjid Messaoudène (Maire adjoint) et Eric Coquerel (député de la partie sud de la ville). Et que vous rappeliez plusieurs fois l'absence du PS. Que faut il comprendre?? Que faut il sous entendre?? Crier et hurler contre l'islamophobie... C'est bien mais ensuite? Dire qu'on est contre, c'est facile. Agir c'est une autre paire de manche. Cela commence par la municipalité qui délègue aux minorités visibles (parlons politiquement correct) les postes de maires adjoints qui ne sont que des faire valoir (Bally en est le parfait exemple). Les postes liés à la finance, l'urbanisme, le logement, l'emploi, de tous temps à la mairie, ces postes des maires adjoints ont été chasse gardés. Alors les larmes des crocodiles des élus de la majorité (tous...) ne m'effleure absolument pas. Et encore moins celles de Madjid Messaoudène qui a vomit sur le PCF lorsqu'il voulait l'investiture pour une élection (législative ou sénatoriale... Le PCF l'a envoyé se faire....) Je me rappelle ici même dans le JSD.com, qu'un soutien de la mairie disait je devais être redevable de la mairie parce que j'avais bénéficié d'un HLM plus jeune. Et que par nature je devrais être pour le HLM, voir même redevable à la mairie... Cette condescendance d'une génération d’élus qui se prétendent de gauche me désole. Le paternalisme post coloniale... Stop. Ps: Vous avez oublié l'absence notable de Stéphane Peu. Vous ne l'avez pas mentionné. Ni même le maire Laurent Russier... Pourtant PCF. A moins qu'ils ne soient représenté par Julien Attal.
L'immense majorité des personnes qui ont suivi cette marche ne retiendront que 2 faits ...l'utilsation de l'étoile jaune et le Allah Akbar reprit par une partie de la foule ... Le même Allah Akbar qui ont été les deux derniers mots entendus par les victimes du 13 novembre 2015 ! Le point positif c'est que toute la presse, de gauche comme de droite, a repris tous les tweets de Madjid Messaoudene depuis 2012 .. tout le monde peut se faire maintenant une opinion sur ce monsieur. Tout le monde peut se faire également une opinion sur les élus de la majorité municipale qui a laissé faire pendant 6 ans. Honte indélébile sur eux. Il ne reste plus qu'aux personnes de bonne volonté à monter une marche républicaine pour dénoncer la haine anti musulmans... parce que ce racisme ambiant existe vraiment.
Les religions redeviennent obligatoires. Quel bond en arrière dans l'histoire de l'humanité. Dans le cimetière de Highgate au nord de Londres, Karl Marx doit se retourner retourner dans sa tombe, lui qui avait expliqué qu'elles constituent l'opium du peuple, que les religions sont un narcoleptique que les détenteurs du pouvoir administrent au peuple afin que celui-ci supporte sa condition.
Voir le PCF défendre une religion (l'opium du peuple en un autre siècle) est proprement ... comme dire ... abracadabrantesque !!! Marx a du se retourner dans sa tombe 10 fois ce dimanche. Quant à Mélenchon qui nous tient un discours pour nous dire qu'il ne faut pas mettre la religion au milieu du débat politique et qui s'empresse d'aller manifester pour défendre l'Islam ... alors là, alors là ... les bras m'en tombent. Comment réussit-il à faire le grand écart entre Maduro et les Frères Musulmans ? Cela reste un mystère !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur