À la une Cultures

Vendredi 4 et Samedi 5 octobre
/ Une Fête de Saint-Denis à donner le tournis

De l’école Jean-Vilar à la place Jean-Jaurès en passant par le square Robert-de-Cotte et le jardin Pierre-de-Montreuil attenant à la basilique, la Fête de Saint-Denis prendra ses quartiers dans le centre-ville pour un week-end de fête.

VENDREDI 4 OCTOBRE

Cirque. Vendredi 4 octobre, le coup d’envoi sera donné avec la traditionnelle parade des associations dont le départ est prévu à 18h45 place Victor-Hugo. Après une demi-heure de déambulation, la Fête de Saint-Denis accueillera la Compagnie La Meute. Ce collectif acrobatique interprétera 78 Tours, un spectacle époustouflant construit autour d’un agrès rare du cirque traditionnel : la roue de la mort. Rare car non enseigné en école de cirque, mystérieux aussi car les plans pour sa construction circulent très peu. Il existe d’ailleurs relativement peu d’initiés en France. 78 Tours nous conte l’histoire de trois personnages qui entrent dans cette roue et explorent le sens de la vie perchés à plus de 10 mètres de hauteur…

Concert. Après ce numéro hypnotique et acrobatique, les Dionysiens pourront assister à 20h à la Petite Messe Africaine de Rossini. Comme son nom l’indique, ce concert hybride explorera le jazz, le chant lyrique et les musiques africaines. La chorale amateur La belle Zoé et l’orchestre La Grande Soufflerie seront sous la direction de la chanteuse Marion Gomar et de l’organiste Emmanuel Bex. Ils accompagneront les percussionnistes Mamadou Traore, Abdoulaye Traore et le saxophoniste Olivier Temime. Ce concert sera présenté dans le cadre du Festival de Saint-Denis. À noter que, à l’instar de près de 130 associations, le Jazz Club tiendra son stand pour présenter sa saison. Bal De 21h30 à minuit, pour terminer en fièvre du vendredi soir, la place Victor-Hugo accueillera un bal musette, animé par Le Bal des ELPHTS (lire ci-dessous Concert et théâtre). 


SAMEDI 5 OCTOBRE

Samedi 5 octobre, de 11 h à 21 h, la Fête de Saint-Denis battra son plein avec des dizaines de spectacles dans les rues du centre-ville. Danse, déambulation, théâtre burlesque, cirque, concert… Pour toutes les humeurs et tous les âges. Une grande scène associative verra défiler toute la journée les jeunes talents locaux qu’ils soient slameurs, chanteurs, danseurs ou humoristes.

Concert et théâtre. Le batteur, compositeur et créateur sonore Braka présente La Rumba trop puissante ! accompagné par sa formation Le Bal des ELPHTS, un orchestre atypique composé de 12 musiciens français et congolais. Dans le cadre de la Fête de Saint-Denis, le groupe présente un concert sur le parvis du TGP (59, boulevard Jules-Guesde) samedi 5 octobre à 18h30 qui inaugurera un projet de réalisation signalétique du théâtre. 

Mené par le collectif Bonjour Cascade sous la forme d’un chantier d’insertion professionnelle, le projet « Le théâtre plus près » a été réalisé par une dizaine de jeunes. Grâce aux ateliers du TGP, ils ont conçu des scènes mobiles ainsi que des arches pour indiquer la direction du théâtre. Ces arches, disposées aux quatre coins de la ville, seront inaugurées dès 11h30 au cours d’une déambulation musicale et festive. Le projet dans son ensemble sera présenté à 17h30 sur le parvis du TGP en présence du maire Laurent Russier et du directeur du théâtre Jean Bellorini, avant de laisser place aux rythmes endiablés de La Rumba trop puissante !

La fête au musée. Le musée d’art et d’histoire Paul-Éluard ouvrira ses portes à l’occasion de la Fête de Saint-Denis pour trois événements samedi 5 octobre. En premier lieu, à 14h30, l’inauguration du second volet du projet Empreintes se tiendra dans le jardin des Cinq Sens comme ce fut le cas pour la première édition. Le chemin d’empreintes sera prolongé de trente carreaux supplémentaires, fabriqués par des habitants participant au projet et surnommés les empreinteurs. « Cette restitution d’Empreintes mettra en avant des éléments de l’espace urbain que les habitants, en tant qu’usagers de la ville, considèrent comme une valeur patrimoniale », résume Lucile Chastre qui a chapeauté le projet avec l’Unité d’archéologie de Saint-Denis et l’association Franciade. 

LIRE AUSSI : Où donner de la Fête ?
 

C’est d’ailleurs l’ancienne potière de Franciade, Maëlenn le Clainche, qui a supervisé les ateliers de céramique. Quant à la partie sérigraphie, c’est Antoine Petit, artiste de la Briche, qui en a animé les ateliers. Samedi, six rideaux sur lesquels seront posées des sérigraphies compléteront la restitution du projet. Elles seront exposées de manière pérenne dans l’aile est du cloître. D’autres sérigraphies tirées sur papier et des réalisations de céramique en trois dimensions seront également accrochées pour l’occasion. Dans le même temps, se tiendra la remise du prix Osez le Musée décerné par le ministère de la Culture au musée dionysien pour son travail d’ouverture aux habitants.

« Les projets qui ont permis ce prix, ce sont des projets portés par les collectivités publiques et qui ont été travaillés avec et pour la population », tient à rappeler Lucile Chastre. Pour la médiatrice culturelle, c’est là la reconnaissance officielle du travail mené depuis des années par les équipes du musée.

Enfin, l’ancien carmel organisera le lancement de la résidence du bédéiste Boris Hurtel dans le cadre du dispositif Écrivain en Seine-Saint-Denis. Lors d’une conférence qui clôturera la journée de samedi, l’auteur reviendra sur son choix de s’installer au musée. Boris Hurtel animera des visites et ateliers toute l’année. Son univers est à découvrir à travers deux expositions. La première, L’avenir des hasards, se tiendra jusqu’en août 2020 au musée avec un vernissage ce samedi 5 octobre dès 16 h. La seconde, Contes névrotiques, jusqu’au 23 novembre à la médiathèque Centre-Ville, présentera des crayonnés, des planches à l’encre de Chine et des notes de scénario tirés du travail préparatoire de son dernier livre L’avenir est ailleurs. 

L’art aux fenêtres. Parmi les projets participatifs de ce début de saison, Fenêtre sur rue s’illustre par le circuit urbain original qu’il propose. Samedi 5 octobre, à l’occasion de la Fête de Saint-Denis, le MUR 93 et l’Office de tourisme de Plaine Commune Grand Paris inaugureront ce nouveau parcours d’art. Au total, 70 portraits de Dionysiens réalisés par 25 artistes habillent des fenêtres aveugles du centre-ville de Saint-Denis. Deux visites guidées gratuites avec les médiateurs du MUR 93 seront proposées à 14 h et 16 h au départ de l’Office de tourisme. Ce parcours Fenêtre sur rue pourra se visiter durant un an grâce à un livret de médiation à retirer à l’Office de tourisme contenant les récits de ces habitants. Des visites guidées payantes seront programmées tout au long de l’année, la première aura lieu le 27 octobre. 
 

À FAIRE AUSSI…

Nuit blanche. Pour les noctambules, il sera possible de prolonger la fête jusqu’au petit matin. Pour la première fois depuis sa création, la Nuit blanche s’installe dans le 93 sur les berges du canal Saint-Denis à Aubervilliers avec une programmation dédiée à l’art urbain. Au programme, la performance en live inédite du Dionysien Marko 93 réalisée à 360°, Soleil Nocturne, de l’artiste tunisien « Shoof » et son œuvre lumineuse suspendue sur l’eau et baptisée Résonances, les graffitis de Manyak projetés en mapping par Mysterious Kid… Spectacles de théâtre de rue, light painting, hip-hop et DJ set viendront animer cette soirée qui fera date.

Acteur important de la vie culturelle dionysienne, la Ligne 13 participera également à cette première. Pour cet événement, son équipe n’a pas lésiné sur les moyens et a concocté une programmation hip-hop avec DJ et breakdancers parmi lesquels on compte Evi’Dance, Hikm’Art et Kids Creation. Plusieurs fois championne du monde de hip-hop, la célèbre compagnie Wanted Posse partagera un extrait de son dernier spectacle Dance N’Speak Easy, un show burlesque alliant la house, le charleston, le breakdance, le lindy hop, le hip-hop free style et le jitterbug. Le rappeur dionysien Despee Gonzales viendra balancer également ses punchlines sur scène. Ambiance chill et street-party assurée. 
 

Olivia Kouassi et Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur