À la une Cultures

Edition
/ Une déclaration d'amour à Saint-Denis

Michel Migette est l’auteur du livre Rues de Saint-Denis. Il est décédé l’été dernier, mais la société d’édition qu’il a créée l’a édité début avril, selon sa volonté. Au travers de l’histoire des rues de sa ville adorée, il laisse le témoignage d’un amoureux sans faille de Saint-Denis.
Mercredi 3 avril, salle des mariages en mairie, la sortie de Rues de Saint-Denis a été l’occasion de rendre hommage à son auteur Michel Migette, décédé l’été dernier.
Mercredi 3 avril, salle des mariages en mairie, la sortie de Rues de Saint-Denis a été l’occasion de rendre hommage à son auteur Michel Migette, décédé l’été dernier.

« Rues de Saint-Denis est le dernier compagnon de route de Michel, ce livre respire son amour pour Saint-Denis, un amour qu’il a cultivé toute sa vie. À travers lui, Michel nous guide vers le Saint-Denis de demain. » L’éloge est signé Laurent Russier. Le maire de Saint-Denis a rendu un vibrant hommage mercredi 3 avril à Michel Migette, décédé l’été dernier d’une longue maladie et dont le dernier livre paraissait le jour même. Pour accompagner cette sortie, famille, amis proches, camarades, se sont réunis pour célébrer sa mémoire et son héritage. Parmi eux Didier Paillard, ancien maire de Saint-Denis, qui décrit, comme beaucoup d’autres, un amoureux de Saint-Denis.

« Quand nous avions besoin d’une précision sur un aspect de notre ville, nous pouvions nous adresser à lui, a-t-il rappelé dans son discours. Les femmes et les hommes de ce pays et du monde ont droit à la justice, à la liberté et à la fraternité, c’était sa morale. Toute sa vie il s’est efforcé à faire avancer cet idéal. Il était fidèle en amour et à sa ville. » Fils d’un père ouvrier chez Renault et d’une mère gérante d’une coopérative ouvrière, Michel Migette était un enfant de la Plaine. Un pur produit du territoire dionysien. Adhérant au PCF à 15 ans, puis trésorier fédéral de la section de Seine-SaintDenis dans les années 1980, sa vie est intimement liée à son combat politique. Il espérait un jour que l’humanité se réveille et privilégie le « rapport d’intelligence au rapport de force » rappelle l’une de ses filles, Carole.

« Il était d’une bienveillance critique, il ne se laissait pas enfermer dans une case, retient quant à lui Pierre Trovel, photographe à l’Humanité et ami. Il a toujours été très attentif à l’évolution de sa ville, en restant toujours conforme à ses convictions politiques. »

 

 

« Un passionné d’Histoire  »

Michel Migette était un militant, actif dans sa ville, mais pas seulement. « C’était un passionné d’histoire et un chef d’entreprise locale » à la dimension humaine se remémorent ceux qui l’ont côtoyé. « Je débarquais de province, il m’a tout de suite intégré et m’a trouvé une famille ici. Il a fait en sorte que je me sente à ma place », reconnaît Wilfrid Lunel, actuel directeur de PSD, société d’édition et de communication fondée en 1989 par Michel Migette et qui édite, en plus de nombreux ouvrages, le Journal de Saint-Denis et Rues de Saint-Denis, justement. À l’époque de leur rencontre en Bretagne il y a une dizaine d’années, lors d’une édition bretonne de la Fête de l’Humanité, Michel Migette réfléchit déjà à l’évolution de son entreprise PSD. Ce n’est que bien plus tard que germe l’idée d’une relève assurée par Wilfrid. « Sa maladie a accéléré les choses », convient ce dernier. Malgré tout, il a fallu abattre un travail colossal pour achever ce livre, dernière lettre d’amour adressée à Saint-Denis. Nicole Rodrigues a participé à la commission des dénominations des rues. Aussi, notamment en sa qualité de directrice de l’Unité d’archéologie de Saint-Denis, elle a contribué à l’écriture de l’ouvrage.

« Michel aimait la précision, explique Nicole Rodrigues qui avait déjà collaboré avec lui pour Paysages de Saint-Denis édité dans les années 1990, un livre qui fait aujourd’hui référence. Il avait une approche nouvelle de l’histoire. Il ne voulait pas s’arrêter aux faits établis. Il voulait toujours apporter de nouvelles informations, les mettre à jour en s’appuyant sur des données scientifiques. »

En atteste cette nouvelle publication donc qui vient enrichir celle parue en 1993 Saint-Denis aux coins des rues du photographe Pierre Douzenel (Éditions PSD).
 

Un livre 100% dionysien

Michel Migette s’est entouré d’experts et d’artistes locaux comme le célèbre peintre et affichiste dionysien Michel Quarez, qui a réalisé la couverture du livre. « J’avais carte blanche. J’étais très inspiré par ce thème, les rues de Saint-Denis, contrairement au théâtre par exemple », raconte Quarez en se référant à l’ouvrage pour lequel Michel l’avait approché, Théâtre Saint-Denis : TGP, 100 ans de culture en banlieue co-écrit avec Étienne Labrunie (Éd. PSD, 2016). Car Michel Migette était aussi l’un des plus fervents défenseurs de la culture de ce territoire.

« Saint-Denis a de multiples facettes. Cela peut être très violent, très dur mais il ne voulait pas retenir ça, se souvient Wilfried Lunel. Il voyait dans la culture un levier pour cette ville. Ce n’est pas pour rien qu’il nous quitte avec deux livres. D’ailleurs, je trouve que le dernier apporte à Saint-Denis ce qu’elle mérite. » Bien plus qu’un glossaire des rues de Saint-Denis, l’ouvrage condense son histoire, couchée sur papier par l’un de ses habitants les plus passionnés.

Maxime Longuet

Rue de Saint-Denis de Michel Migette (316 p., 20€). En vente à PSD (121, rue Gabriel-Péri. Tél. : 0142431212), à la librairie Folies d’encre (14, place du Caquet), à l’Office de tourisme (1, rue de la République), au musée d’art et d’histoire (22 bis, rue Gabriel-Péri).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur