Cultures

Une bonne vieille toile à la fac

Les films – grands classiques, expérimentaux ou oubliés – proposés par le ciné-club de Paris 8 sont accessibles à tous pour une somme modique. Et sont projetés dans une vraie salle de 80 places, avec écran permanent et cabine de projection.

Chaque année, de fin octobre à avril, nous annonçons dans le Bloc-notes ci-contre le programme du ciné-club de l’université Paris 8, ouvert non seulement aux étudiants, mais également à tous les Dionysiens. Si l’horaire de ces projections quasi hebdomadaires (le mercredi à 12 h 45) n’est pas des plus accessible pour ceux qui travaillent, c’est cependant l’occasion de découvrir des films peu connus de grands réalisateurs, voire pour certains oubliés. « Cette année, nous allons aborder la thématique de la temporalité », indique Cécile Tourneur, chargée de cours à Paris 8, qui présente ces séances avec Claudine Eizykman, responsable du master de recherche cinématographique. « C’est une notion complexe au cinéma, et nous allons montrer comme les cinéastes s’en accaparent et inventent parfois de nouvelles formes de narration. » C’est ainsi que figurent au programme de cette année 2008-2009 des auteurs comme D. W. Griffith (avec en ouverture Temps mêlés (1916), le 29 octobre), Alain Resnais, Chris Maker, Louis Lumière, Georges Pérec, le Japonais Ozu ou encore Bertolucci, Bergman, Tarkovski, Ettore Scola, Agnès Varda…
Des cinéastes expérimentaux
À côté de ces maîtres, figurent aussi des cinéastes expérimentaux comme Jonas Mekas (sur lequel Cécile Tourneur écrit sa thèse), des films d’horizons divers (l’Indien Satyajit Ray, le Malien Abderrahmane Sissako…), ou des œuvres sorties de l’oubli dans lequel les a plongées le… temps (Paris qui dort, de René Clair). Ces films sont projetés dans une vrais salle de cinéma, de 80 places, à la couleur bleu nuit tropical, avec écran permanent et cabine de projection.
« Notre seule limite, ce sont les films pour lesquels nous n’avons pas pu obtenir les droits », regrette Cécile Tourneur, qui souligne également que cette programmation est construite avec les étudiants dans le cadre de leur cursus. « Ils font des recherches, s’attaquent aux questions de droits, de distribution, effectuent les démarches nécessaires et doivent réaliser une brochure-programme et écrire un texte sur chaque film projeté. » Car si les Dionysiens peuvent aller au ciné-club de Paris 8 les mains dans les poches, ces séances font partie intégrante du master de valorisation des patrimoines cinématographiques et audiovisuels, dirigé par Guy Fihman. C’est pourquoi ces séances, qui existent depuis l’année scolaire 1994-1995, sont financées par l’université. Et qu’il n’en coûte, pour découvrir ces raretés, qu’1,50 euro par séance…
Benoît Lagarrigue

Ciné-club de Paris 8 chaque mercredi à 12 h 45, salle de projection A1 181, bâtiment A. 2, rue de la Liberté. Site : www.artweb.univ-paris8.fr

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur