En ville

Téléphonie mobile
/ Une antenne en moins, des ondes en plus

Les problèmes de réseau téléphonique ne sont toujours pas résolus en centre-ville. Plutôt que de réinstaller l’antenne démontée boulevard Jules-Guesde, Orange a augmenté la fréquence des émetteurs voisins.
Le collectif d’habitants qui réclament une couverture réseau à la hauteur.  © Aziz Oguz
Le collectif d’habitants qui réclament une couverture réseau à la hauteur. © Aziz Oguz

C’est un problème qui dure maintenant depuis plus de huit mois. Dans le centre-ville, les abonnés d’Orange et Free rencontrent des difficultés d’accès aux réseaux mobiles. La situation « reste très mauvaise, dans le gris et souvent dans la zone blanche. Cette situation touche des milliers de personnes », écrivent les membres du collectif d’habitants « en colère ».

LIRE AUSSI : Des opérateurs peur opérationnels

Leur problème a commencé le 15 mars quand l’antenne d’Orange (utilisée aussi par Free) située sur le toit d’un bâtiment, au croisement du boulevard Jules-Guesde et de la rue Ernest-Renan, a été enlevée à la demande de 3F. Ce bailleur social a en effet débuté des travaux dans cet immeuble de bureaux qui est en cours de transformation pour accueillir des logements. Néanmoins, comme le dénoncent les habitants, ni les opérateurs, ni le bailleur, ni la Ville, ne les ont prévenus.

Suite à la protestation des membres du collectif, relatée dans un premier article début mai, Orange a reconnu avoir démonté l’antenne « sans visibilité sur le motif » dans un courrier daté du 16 juillet et adressé à un abonné. Comme solution, l’opérateur historique a procédé à « une augmentation de puissance des émetteurs voisins (…). Cette optimisation est au maximum ». En d’autres termes, la fréquence des autres antennes dans le secteur a été augmentée au « risque de perturber la santé des habitants », s’inquiète le collectif dans un courrier écrit au maire, le 30 septembre. 

LIRE AUSSI : Contre l'installation d'une antenne-relais
 

Rétablissement de l’antenne-relais

En réaction, le collectif a relancé une campagne de sensibilisation auprès des riverains et des commerçants. « Oh range, oh désespoir ! Y’a d’la Free ture sur la ligne ! », ironise-t-il sur des flyers distribuées dans le centre-ville. Il demande toujours « le rétablissement dans les plus brefs délais de l’antenne relais et l’indemnisation des usagers pour le préjudice subi. Orange et Free continuant à prélever sans scrupule les mensualités des abonnées ». Le collectif demande aussi au maire et aux élus de se « saisir du dossier » et d’interpeller « rapidement les opérateurs ».

« La mairie est bien consciente de la gêne occasionnée pour les abonnées. Mais c’est la responsabilité des opérateurs de trouver une solution pour eux », a réagi Michel Ribay, maire-adjoint énergie-air-climat et en charge du quartier Porte-de-Paris. L’élu attend d’avoir des éléments concrets avant de recevoir à nouveau les habitants. La Ville ne s’opposera pas à la réinstallation de l’antenne relais sur le bâtiment de 3F, assure-t-il. Elle demandera seulement qu’elle respecte « une insertion paysagère correcte », ce qui n’était pas le cas jusqu’ici, et réponde aux normes en termes d’ondes.

Quant à Orange, l’opérateur explique que l’installation d’un autre émetteur est « envisagée mais aucune date n’est définie pour le moment ».

Aziz OGUZ