À la une Cultures

Journées cinématographiques dionysiennes
/ Un voyage calé dans un fauteuil

L’Écran a choisi cette année pour thématique de ses 19es JCD L’Invitation au voyage. Le cinéma art et essai a comme toujours composé un programme alléchant et des rencontres de qualité.
Katsuya Tomita, invité d’honneur des JCD, sur le tournage de son film Bangkok Nites.
Katsuya Tomita, invité d’honneur des JCD, sur le tournage de son film Bangkok Nites.

 « Le cinéma par définition est une proposition de voyage. Ça commence dès les frères Lumières avec le film L’Arrivée d’un train en gare de la Ciotat (1896) et Georges Méliès avec le fameux Voyage dans la lune (1902) », rappelle Boris Spire, directeur du cinéma l’Écran. Avec Olivier Pierre, ils ont concocté pour les 19es Journées cinématographiques dionysiennes (JCD) une programmation autour de L’Invitation au voyage, titre hommage au poème de Baudelaire.

« Le thème choisi est intéressant par rapport à la ligne éditoriale de notre festival qui est d’interroger une grande question de société à l’aune de la production cinématographique. On peut voir le voyage comme un déplacement géographique, psychologique mais aussi onirique…», explique Boris Spire. Du 6 au 12 février, les festivaliers exploreront du nord au sud, d’est en ouest, ce que le cinéma recèle de perles rares. Cela a débuté dimanche dernier par la rencontre organisée avec le réalisateur mexicain Carlos Reygadas à l’occasion de l’avant-première de son nouveau film Nuestro Tiempo. 
 

Quelques inédits

Le festival, doué pour offrir des rencontres exceptionnelles, accueillera le réalisateur japonais Katsuya Tomita en sa qualité d’invité d’honneur pour une rétrospective et une masterclasse organisée le dimanche 10 février en compagnie de son coscénariste Toranosuke Aizawa. 

« En seulement quatre films, il est devenu un des plus importants auteurs contemporains japonais, précise Olivier Pierre, le programmateur des JCD. Son parcours est d’ailleurs très atypique. Il a été chauffeur routier pour pouvoir financer ses trois premiers longs-métrages. Il n’a pas fait d’école de cinéma, il a juste suivi des cours du soir. C’est un autodidacte qui a monté un collectif, le Kuzoku, avec lequel il produit des films et les distribue. » Son cinéma, axé sur les désaxés du système, ausculte un Japon à la marge : ex-détenu (Above the Law, inédit en France), ancien membre de gang (Off Highway 20, inédit en France), rappeur underground (Saudade) ou habitué des bordels thaïlandais (Bangkok Nites), les héros anticonformistes de Tomita sont constamment en quête de paradis artificiels. Voire de paradis perdus. « Il y a une ouverture au monde que l’on retrouve dans tous ses films, poursuit Olivier Pierre. Ses personnages sont surtout des déclassés de la société japonaise confrontés à la mondialisation. Le film Bangkok Nites, hormis l’histoire d’amour qu’il raconte, est une fresque politique de l’Asie du Sud-est ». 

Le festival proposera aussi quelques inédits comme le très expérimental ★ (prononcer étoile), de Johann Lurf (08/02), un patchwork composé d’extraits de plus de 500 films, ou First Light de Jason Stone, présenté en avant-première en clôture du festival. Seront projetées également un grand nombre de raretés comme le film culte de la blacksploitation Space is the place (12/02) ou encore West Indies ou les Nègres Marrons de la liberté (11/02) de Med Hondo, une comédie musicale politique racontant la naissance du peuple antillais. Une rencontre est organisée avec son réalisateur à l’issue de la projection.

Sera montré aussi dans sa version spécialement rabotée pour le festival, White Noise (9/02) du sulfureux photographe de l’agence Magnum Antoine D’Agata, autour du thème de la prostitution mondiale. La projection sera précédée d’une discussion autour de la parution de Fleurs du Mal (2019), fac-similé du recueil éponyme de Baudelaire illustré par le célèbre photographe. 
 

Gatlif, Rozier, Guédiguian

… Des échanges, toujours des échanges ! À quoi ressembleraient nos voyages s’ils n’étaient enrichis de rencontres humaines ? Nous les trouverions sans doute un peu ternes. Notons la venue aux 19es JCD de Tony Gatlif, un habitué, pour la projection de son classique Latcho Drom (09/02) qui sera suivi d’un concert de musique tzigane ; de l’immense Jacques Rozier, artisan de la Nouvelle Vague, pour son film loufoque, drôle et vif, Maine Océan (10/02); du punk F.J. Ossang, un autre habitué, qui présentera son décapant Dharma Guns (06/02) ; de Robert Guédiguian pour son incontournable Voyage en Arménie (06/02) ; de la réalisatrice monteuse et actrice Franssou Prenant pour le focus qui lui est consacré (07/02); ou enfin de Rachid Nougmanov pour L’Aiguille, seul film dans lequel Viktor Tsoï, star du rock underground de la Russie soviétique et découvert grâce au biopic Leto, a tenu un rôle principal. Heureux qui comme les Dionysiens vont faire un beau voyage. 
 

Maxime Longuet

JCD du 6 au 12 février au cinéma l’Écran (14, passage de l’Aqueduc). Programmation complète sur www.lecranstdenis.org

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur