À la une Cultures

Quartiers nord
/ Un vivier d'artistes cité Jacques-Duclos

Créee en 2007 par le directeur artistique burkinabé Wenceslas Balima, la compagnie « Écho des sans mot » œuvre pour démocratiser la culture en banlieue, animant ateliers et spectacles pluridisciplinaires.
Wenceslas Balima
Wenceslas Balima

Dans les méandres de la cité Jacques-Duclos, un petit local sobre au B16 accueille désormais l’antenne de l’association. Wenceslas et son équipe s’attèlent déjà à son ravalement en bonne et due forme afin de conférer à la salle de spectacles la splendeur qu’elle mérite. Installé à Saint-Denis depuis 2008, le metteur en scène de formation a constaté une dégradation au sein du quartier. La banlieue française, il la découvre d’abord depuis son Afrique natale, dans la pièce « Bintou » de l’auteur franco-ivoirien Koffi Kwahulé qui y dépeint une atmosphère corrosive. Une fois sur place, Wenceslas accuse le coup, il est confronté à la réalité. Malgré une expérience théâtrale solidement forgée, aucune compagnie ne souhaite le recruter. Il s’inscrit finalement à la Sorbonne en Master 2 de médiation culturelle. Le fraichement diplômé décide de poursuivre l’aventure « Écho des sans mot » en France et anime des projets d’accompagnement culturels dans un lycée de ZEP. Dès lors, il se familiarise aux problématiques locales et s’engage dans un combat éducatif.

« Occuper l’espace public permet de créer du lien social »                                      

Objectif : éveiller la conscience des habitants des quartiers. « On ne leur donne pas assez la parole et ils n’ont pas toujours les mots justes pour s’exprimer, » note l’artiste, d’où le nom de son association. Cette dernière sillonne l’Île-de-France et organise des évènements festifs et participatifs autour de thèmes sociétaux : discriminations, racisme, immigration, banlieue. L’humain est placé au cœur de la démarche. Théâtre, musique, danse, chant, comtes…  Permettre à tout à chacun de révéler sa fibre artistique. Depuis deux ans, l’association est très active dans le quartier DDF.  Elle organise ce type de manifestations « pour se réapproprier les lieux, admet Wenceslas Balima. Notamment  à cause des dealers, tout le monde rase les murs, il faut mettre en place des actions pour plus de vie culturelle et sociale. On doit échanger entre habitants. Agir et s’investir davantage. Occuper l’espace public permet de créer du lien social. » Troquer le deal contre la comédie, c’est l’alternative proposée.

La culture pour tous      

« On se bat pour la vulgarisation de la culture. En tant qu’acteur du quartier il faut faire un travail de terrain. Les scènes nationales sont réservées à une sorte d’élite, elles ne sont pas assez représentatives des habitants des banlieues. Ces derniers ne se reconnaissent pas alors ils ne viennent pas, donc on vient à eux. On déplace les spectacles dans les quartiers »  déclare le fondateur de la compagnie. Il milite pour que les disciplines culturelles soient d’avantage mises en avant par l’Education nationale. « Les jeunes des cités ont un réel potentiel. Il y a un vivier importants d’artistes, il faut l’exploiter. » conclue Wenceslas Balima.

Wanice Kouri

Réactions

Trop fort cet article après le lynchage survenu dans la même cité où un jeune est entre la vie et la mort.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur