Cultures

Un tribunal détonnant

« C’est une réponse artistique au procès politique qui nous est intenté », nous disait Michel Roger, en présentant le nouveau spectacle de la compagnie Jolie Môme, Procès spectacle (JSD n° 764 du 5 novembre). Et quelle réponse?! Le théâtre devient ici la meilleure défense imaginable face à une situation absurde (1). Et la meilleure défense, on le sait, c’est l’attaque. Ce qui est visé par les Jolie Môme?: l’ordre établi, le système capitaliste, l’injustice sous toutes ses formes. Mais il ne s’agit surtout pas d’un manifeste. À la Belle étoile, on rit, on chante, on accuse dans un grand éclat d’humour potache qui fait mouche à tous les coups. Au cours d’un procès en forme de bouffonnerie qui se déroule au sein d’un tribunal détonnant, siègent le président sur son piédestal, le procureur crachant sa haine, l’avocate qui ne se laisse pas faire et Régis le régisseur qui régit.
À la barre se succèdent les témoins, figures historiques qui ont lutté contre le cours des choses, qui ont, à leur manière et à leur époque, essayé de rendre possible un autre monde?: Prométhée, enchaîné pour avoir défié les dieux de l’Olympe, Ève qui se repend de sa faute, Lilith qui témoigne pour « toutes les femmes qu’on a jeté dans les poubelles de l’histoire », ou encore Ernest Spartacus habillé en Guevara, le Grand Kiri Labah et son discours éthéré, Porte Plume, atteint d’un TOC qui le fait signer n’importe quoi, l’expert Paul Position et sa Courbe mélodieuse expliquant l’économie, la Crise, ivre dans sa robe de mariée fatiguée, Bernard Sarra, l’intermittent qui se défend en vers (et contre tous)…
À ses prouesses d’acteurs s’ajoute, chaque soir, l’intervention d’un témoin invité, venu du monde réel. L’autre soir (samedi), c’était Jean-Claude Amara, porte-parole de Droits devant?!. Sont annoncés, au hasard des dates, Patrick Braouezec, Charles Hoareau, Alain Krivine, Aline Pailler et bien d’autres encore… Le spectacle est truffé d’allusions directes à l’actualité immédiate (Obama, crise financière…) en forme de clins d’œil appuyés. Bref, on l’aura compris, l’humeur est joyeuse, la dénonciation porte d’autant plus qu’elle est amenée par la parodie, le rire et la chanson. Comme toujours, les Jolie Môme donnent la pêche et l’on ressort ragaillardis de ce procès en forme de farce réjouissante. Voilà un spectacle qui devrait être remboursé par la Sécu?!
B.L.
(1) Michel Roger est mis en examen suite à une plainte de la CFDT pour violation de domicile, après qu’avec une centaine d’intermittents du spectacle il est venu en 2005 au siège du syndicat demander aux dirigeants de la centrale pourquoi
ils avaient signé les accords Unédic. Procès le 11 décembre à Paris.
Procès spectacle jusqu’au 7 décembre, jeudi, vendredi, samedi à 20?h?30, dimanche à 16?h. Théâtre de la Belle étoile, 14, rue Saint-Just.
Tarifs?: 18 et 10 €. Réservation recommandée au 01?49?98?39?20. www.cie-joliemome.org

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur