Cultures

Librairies Folies D’Encre
/ Un nouveau chapitre

Il y a vingt-deux ans, Sylvie Labas ouvrait seule Folies d’Encre en centre-ville. Aujourd’hui elle quitte cette désormais institution. Mais le départ de sa directrice emblématique ne sonne pas le glas de la librairie : ses salariés Laure-Marie Legay et Aurélie Dalmar ont à cœur de poursuivre l’aventure.
Laure-Marie Legay et Aurélie Dalmar entendent bien conserver l’état d’esprit de la librairie insufflé par Sylvie Labas. © Yann Mambert (Archives)
Laure-Marie Legay et Aurélie Dalmar entendent bien conserver l’état d’esprit de la librairie insufflé par Sylvie Labas. © Yann Mambert (Archives)

Après vingt-deux ans de compagnonnage, de lectures, de partages, de conseils avisés et de rencontres, Sylvie Labas a annoncé qu’elle quittait Folies d’Encre pour se lancer dans de nouvelles aventures loin de la région parisienne, dans le sud de la France. C’est une secousse, forcément, pour toutes celles et ceux qui ont fréquenté cette institution. « Quand j’ai ouvert seule la librairie, il y a vingt-deux ans, je ne mesurais pas ce qu’il me serait donné de parcourir. J’ai beaucoup grandi, beaucoup appris, ai trouvé une magnifique liberté de travail. Au fil des années, ma position sur la question de la librairie s’est affinée et affirmée, écrivait-elle dans une lettre en décembre.

Dans une société en mutation qui tend à privilégier le virtuel, la réalité d’une librairie de quartier reste un défi que nous nous devons de relever tous les jours. Il me semble qu’en plus d’un lieu dédié à la création littéraire, j’ai tenté de construire un lieu d’outils, un espace comme miroir possible de la complexité humaine, un endroit de multiples petites surfaces à ouvrir, à découvrir, mais aussi un lieu de rencontres, d’interrogations, confrontations, doutes et partages. Je n’ai jamais été seule, des libraires y travaillent ou y ont travaillé et vous, ami-e-s fidèles, qui depuis le début avez également participé à faire de cette librairie un lieu du vivant, un lieu essentiel. » Mais que les lecteurs et clients assidus se rassurent, cette annonce n’est pas synonyme de fin !

Apporter de nouvelles choses

Avec le départ de son emblématique directrice, Folies d’Encre ouvre un nouveau chapitre avec à sa tête Laure-Marie Legay et Aurélie Dalmar, respectivement salariées de la librairie depuis six et huit ans. Sylvie Labas les épaulera encore quelques mois pour les tâches administratives et la gestion de la comptabilité. Le binôme sera le nouveau visage de la boutique le temps que s’opère cette transition au terme de laquelle les deux libraires décideront de reprendre définitivement le flambeau ou non. Mais, assurent-elles, quoiqu’il advienne par la suite, elles mettront tout en place pour que l’activité de la boutique se poursuive. Et malgré le contexte, elles ont à cœur de conserver l’identité de Folies d’Encre.

« S’il fallait définir l’état d’esprit de la librairie, je parlerais d’exigence et de tolérance, résume Laure-Marie Legay. La volonté de Sylvie était de faire de ce lieu un lieu où la culture et les mots sont accessibles à chacun. » « Si nous décidons un jour de reprendre l’affaire, il faudra que l’on reste dans la continuité de ce qui a été fait ici, tout en s’appropriant ce projet, mais il faut pouvoir lui apporter aussi de nouvelles choses qui nous ressemblent. Tout cela, ça se construit, développe Aurélie Dalmar. Quand on a appris le départ de Sylvie en novembre, on s’est dit toutes les deux que la librairie devait continuer à exister. » Pour l’heure, elles doivent gérer « l’urgence » liée à la crise sanitaire et guider les lecteurs dans leurs quêtes littéraires. « Ce qu’il nous faut, c’est surtout du temps. On sera là avec notre énergie pour pérenniser la librairie », temporise Aurélie.

LIRE AUSSI : Folies d'Encre, 20 ans de résistance

« Avec la crise Covid, on n’a aucune visibilité. Tout ce qui faisait notre spécificité, c’est-à-dire la convivialité, l’échange, le partage, dont on va avoir tous besoin car on crève de solitude, on ne peut pas le faire », déplorent les deux femmes, qui sont aidées dans leur mission par Héloïse, habituellement salariée par le TGP. Même si le binôme estime que la librairie est en « bonne santé économiquement », elle reste fragile et devra s’appuyer sur la solidarité de sa clientèle, des habitants et des institutions publiques. « Maintenant, nous allons maintenir nos partenariats notamment avec le TGP, l’Écran, Maths en Ville ou encore la mission du droit des femmes, qui ont été renforcés par la crise malgré tout, souhaitent-elles. Les liens avec ces structures sont apparus encore plus évidents pendant la crise. »

Maxime Longuet

Folies d’Encre (14, place du Caquet). Nouveaux horaires d’ouverture (susceptibles d’évoluer) : les lundis de 14h à 18h, les mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis de 9h à 18h. Commandes possibles sur www.placedeslibraire

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur