À la une Cultures

Académie Fratellini
/ Un monstre sous le manteau

Le collectif Sous le Manteau présente Monstro. Un spectacle qui réinvente le mât chinois.
Formé de sept acrobates et d'un musicien, le collectif Sous le Manteau repousse les limites du mât chinois.
Formé de sept acrobates et d'un musicien, le collectif Sous le Manteau repousse les limites du mât chinois.

C’est une aventure humaine et artistique qui prend corps sur la piste. Il aura fallu deux ans de préparations, de questionnements intérieurs et de blessures à l’épiderme pour arriver à créer Monstro, le premier spectacle du collectif Sous le Manteau. C’est à Saint-Denis, à la terrasse du bar le Pavillon, qu’est née l’idée de cette appellation mystérieuse. Et c’est à l’académie Fratellini que sera présentée cette première création du 14, 15 et 18 mars prochain. Entité formée de sept acrobates et d’un musicien, le groupe repousse sur scène les limites du mât chinois. Spécialistes de cette discipline née en Chine en 400 avant J-C, les jeunes équilibristes se contorsionnent, sautent, évoluent ensemble sur sept poutres verticales rattachées au sol par des sangles. Une disposition qui permet des enchaînements aussi périlleux qu’impressionnants et des figures inédites où s’entremêlent les corps de ces garçons, et de ces filles, suspendus à trois mètres au-dessus du sol.

« Le mât chinois est une discipline traditionnellement pratiquée par des hommes, mais nous voulions vraiment qu’il y ait de la parité au sein des acrobates. Les femmes amènent une autre sensibilité et nous devons nous y adapter, ça nous enrichit énormément, confie Valia Beauvieux, l’un des fondateurs du collectif et membre du Chapiteau Raj’ganawak. Dans ce spectacle nous travaillons l’horizontalité, et ça aussi c’est quelque chose d’unique. Tout comme habiter les hauteurs: on ne fait pas que monter et descendre sur les mâts, on voulait casser ce truc-là. On va au bout de l’expansion de cette discipline.» 
 


Le mât de Babel

Valia a le CV long comme le mât chinois sur lequel il s’exerce depuis des années. Lauréat Cricus Next en 2012 et prix du jury au festival mondial du Cirque de Demain, il a cofondé la compagnie Sisters. Sa formation auprès de maîtres du mât chinois en Suède lui a permis de saisir très tôt les enjeux futurs de cette discipline : comment la faire évoluer et créer un nouveau langage. Surtout avec les autres circassiens du collectif, venus d’horizons géographiques et disciplinaires différents.

Le Flamand Jesse Huygh a suivi une formation à l’ESAC de Bruxelles, la Danoise Cathrine Lundsgaard Nielsen a découvert le cirque au centre catalan Rogelio Rivel avant d’atterrir à Rosny-sous-Bois et de parfaire sa technique au Centre national des Arts du cirque de Châlons-en-Champagne. Passée elle aussi par Rosny-sous-Bois et le CNAC, la Portugaise Patricia Dias a développé une technique autour d’un mât chinois tournant. Anatole Couety est un ancien élève diplômé de l’académie Fratellini. Dans le collectif Sous le Manteau, il a retrouvé la Norvégienne Lisa Lou avec qui il avait travaillé au sein de la compagnie des Colporteurs. La formation classique de Lisa à Copenhague et son expérience au Lido de Toulouse lui procurent une lecture hybride de la discipline. Enfin, Benjamin Kuitenbrouwer, dit « Monki », a développé, comme son alias l’indique, une approche simiesque du double mât chinois qu’il a peaufinée à Rotterdam (Pays-Bas).

Mention spéciale au beatmaker Saï-T, membre depuis les débuts, qui habille Monstro de ses compositions, bruitages et nappes musicales. Clara Marchebout de l’académie Fratellini et Maxime Burochain, artiste de la Briche et chef constructeur du plateau de Monstro, ont apporté aussi leur expertise technique et un regard extérieur essentiel dans la création du spectacle. Monstro est une introspection acrobatique qui nous remue et qui nous fait découvrir le monstre qui vit en nous, celui que le collectif révèle, celui qu’on impose au collectif, dans les bons et les mauvais côtés. Sous le Manteau a fait sienne la devise défendue depuis des années par la compagnie XY qui réunit 20 acrobates et voltigeurs, « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

Maxime Longuet

Monstro, à l’académie Fratellini (1-9, rue des Cheminots), jeudi 14 et vendredi 15 mars (19h30), dimanche 17 mars (16h). Dès 8 ans. Durée : 1h10. Tarifs : 4€ > 15€. Billetterie : 0184039390; www.academie-fratellini.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur