En ville

Place du 8-Mai-1945
/ Un drôle de numéro

Faute de pouvoir s’installer le long du canal Saint-Denis comme prévu, le cirque Lydia Zavatta des frères Caplot s’est installé, sans autorisation, place du 8-Mai-1945 et entend bien s’y produire à compter du 19 septembre. La Ville, de son côté, a décidé de verbaliser les circassiens.
Des camions du cirque Lydia Zavatta stationnés sur la place du 8-Mai-1945
Des camions du cirque Lydia Zavatta stationnés sur la place du 8-Mai-1945

J’y suis j’y reste. C’est en somme le message adressé par Steeve Caplot, directeur du cirque Lydia Zavatta, à la mairie de Saint-Denis. De fait, ce vendredi 18 septembre, la quinzaine de salariés s’affaire à dresser le chapiteau en vue des représentations programmées du 19 au 27 septembre. Et pourtant, les camions et les remorques rouges arborant l’un des noms les plus célèbres du cirque français n’ont normalement rien à faire sur la place du 8-Mai-1945. Le lieu doit d’ailleurs accueillir samedi 19 septembre la deuxième Chasse aux déchets organisée par la Ville. Comment en est-on arrivé à cette improbable cohabitation ?

C’est sur la place de l’Écluse (Porte de Paris), le long du canal Saint-Denis, que devait s’installer initialement le cirque Lydia Zavatta. Une autorisation de voirie a été délivrée à cet effet par la mairie le 28 août. Problème, ce lieu est depuis plusieurs semaines occupé par un campement d’exilés qui continue de grossir. « La municipalité m’a certifié que les migrants seraient partis avant notre arrivée, assure Steeve Caplot. Le 15 septembre, nous avons attendu toute la journée pour savoir où nous pouvions nous installer à Saint-Denis alors qu’on nous sommait de quitter l’endroit où nous étions installés à Saint-Maximin (60). Il a fallu trouver un plan B et nous nous sommes installés sur la place du 8-Mai-1945. » Mise devant le fait accompli, la mairie a alors tenté de jouer la carte de la conciliation, proposant quatre autres sites alternatifs. « Aucun n’était en capacité de nous accueillir », rétorque Steeve Caplot.

« Au lieu de nous aider, on nous enfonce  »

Après la conciliation, place à la coercition. « La municipalité, en lien avec les services de l’État, met tout en œuvre pour que cette occupation illégale cesse, explique la mairie de Saint-Denis par la voix de son attaché de presse. Des verbalisations ont été effectuées par la police municipale et seront renouvelées quotidiennement tant que le cirque ne sera pas parti. Un arrêté d’évacuation a été notifié ce vendredi, sur la base de constats effectués hier par un huissier de justice dûment mandaté. » Steeve Caplot confirme avoir été verbalisé et avance le chiffre de 28 000 € d’amende. Une sanction qui paradoxalement le renforce dans sa volonté de se produire. « Il faut bien qu’on se nourrisse et en plus maintenant il faut qu’on paie nos amendes. Depuis le 8 mars, nous sommes sans activité suite au confinement. Saint-Denis est seulement notre deuxième étape depuis que nous avons repris notre tournée. Financièrement, c’est très dur. Je ne sais même pas comment on va pouvoir repartir d’ici. Mais au lieu de nous aider, on nous enfonce. Nous ne sommes pas là pour faire le forcing. Nous avions une autorisation mais la place de l’Écluse est occupée et personne ne veut trouver un arrangement. »

La Ville pour un cirque sans animaux sauvages

« On ne va pas virer le campement de migrants pour mettre un cirque à la place, s’étonne Antoine Mokrane, adjoint au maire à la voirie (la Ville de Saint-Denis a pris un arrêté de mise en demeure de quitter les lieux à l’intention des personnes de ce campement le 27 août, ndlr). Ce cirque s’est installé en pleine nuit sans autorisation. Par ailleurs, ils se sont un peu moqués de nous puisqu’ils nous avaient dit ne pas détenir d’animaux sauvages. » C’est là l’autre nœud du problème. En décembre 2017, la précédente majorité avait fait adopter, à l’unanimité du conseil municipal, un vœu interdisant aux cirques avec des animaux sauvages de se produire à Saint-Denis. En mars 2018, le cirque Europa avait fait fi du vœu et s’était installé avec ses fauves, place du 8-Mai-1945 déjà. Le tribunal administratif de Montreuil avait donné raison au cirque, considérant que le vœu n’avait aucune valeur juridique. Les arrêtés interdisant les cirques avec animaux, pris par quelques dizaines de villes en France, ont d’ailleurs été régulièrement cassés par la justice ces derniers mois.

Fausse attestation ?

La nouvelle majorité, qui compte en son sein une membre du Parti animaliste (Sandrine Jamar-Martinie, adjointe au bien-être animal), continue cependant de défendre la position anti-cirque avec animaux sauvages : « Le cirque s’était engagé à ne pas avoir d’animaux sauvages (attestation fournie avant l’arrêté du 28 août 2020, qui conditionnait l’autorisation). Or les cages placées illégalement sur la place du 8-Mai-1945 contiennent des zèbres et des buffles (Le JSD n’a vu que des camélidés). Le cirque a donc sciemment signé une fausse attestation. » « Nous n’avons pas pris nos fauves avec nous, répond Steeve Caplot. J’ai le sentiment d’une sorte de racisme à l’égard des gens du cirque. La Ville essaie de nous faire passer pour des vilains, alors que nous avons réservé 200 places gratuites pour les enfants défavorisés », poursuit, amer, le circassien. Et l’avocat de l’Association de défense des cirques de famille de conclure : « Ces professionnels ont un certificat national de capacité qui les autorise à détenir des animaux sauvages partout en France. Un maire ne peut pas leur interdire de travailler. Ou alors cela reviendrait à dire que votre permis de conduire qui est valable au Mans ne l’est pas à Saint-Denis. » Si les petits cirques à l’ancienne n’ont plus d’avenir, il faudra un jour qu’un responsable national le leur dise. Pour éviter que ce drôle de numéro ne se répète.

Yann Lalande

Ce mardi matin 22 septembre plusieurs voisins immédiats de la place du 8-mai-45 nous ont rapporté avoir reconnu en ce début de semaine (ce n'était pas le cas les jours précédents) l'odeur caractéristique des fauves ainsi que ce qui s'apparentait à des rugissements. Par ailleurs, le camion-sono du cirque qui circule en ville depuis samedi, invite les Dionysiens à venir voir un "lion blanc". Autant d'éléments qui laissent à penser, que contrairement à ses déclarations de vendredi, le directeur du cirque Lydia Zavatta a bien pris ses fauves avec lui à Saint-Denis. 

Réactions

Eliminer les cirques, les zoos, et en finalité les êtres humains. Dans des villes où vivent (survivent) des milliers de personnes défavorisées, le pauvre zèbre (que l'on chasse ailleurs) ne dispose pas de tout le confort que quelques dépressifs nantis, voudraient le voir équipé. Pauvre décadence d'un monde en déclin qui cherche à éradiquer purement et simplement les humains ! "heureux les pauvres d'esprit, le monde leur appartient"
Stop aux animaux dans les cirques ! Que diraient ceux qui enferment ces animaux si on les mettait eux-mêmes en cage !
Ce n’est pas seulement les animaux sauvages qu il faudrait interdire au cirque , mais les animaux tout court !!! Le parti animaliste devrait s’y employer si il veut être crédible .
J'ai toujours vu, depuis bientôt 15 ans que je vis dans cette ville, un cirque s'installer pendant le temps d'une ou deux semaines sur la place du 8 mai. Pourquoi ce changement de lieu? Concernant le positionnement sur les animaux: je pense aussi que les circassiens doivent évoluer sur cette question. Non à l'usage des animaux sauvages ou non a des fins lucratives sans respect de l'animal qui passe son temps enfermé et baladé de ville en ville. Globalement, pour avoir amené une fois (ce qui m'a suffit) ma fille dans ce cirque, le prix exorbitant qui y est pratiqué devrait peut être amener à faire un choix plus décisif: ne pas accepter du tout ce cirque s'il ne veut pas s'adapter à la sociologie de notre ville. Mon constat : ce sont les moins riches qui y dépensent une fortune pour faire plaisir à leurs enfants, et franchement, pour un piètre spectacle! Faire venir plutôt le cirque Romanès ? je peux toujours rêver.....
Je préfère voir cette place occupée par un cirque que par les zonards habituels...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur