En ville

Covid- 19
/ Un collectif cycliste demande la réouverture des berges des canaux de l'Ourcq et de Saint-Denis

Lundi 20 avril, Vélo Ile-de-France a interpellé dans un courrier le préfet de Seine-Saint-Denis sur son arrêté interdisant la fréquentation des berges des canaux passant par le département. Et demande la réouverture de ces voies pour ceux qui se rendent au travail à vélo. Mais selon la Ville, la Préfecture a fait savoir que cette réouverture a été considérée comme impossible à mettre en oeuvre cette semaine.
© AmiCanal
© AmiCanal

MISE À JOUR : Pas de réouverture des berges du canal aux cyclistes d’ici la fin du confinement

Lors d'une conférence de presse lundi 27 avril, la Préfecture a avancé qu'il n'y aura pas de réouverture des berges du canal pour les cyclistes d'ici la fin du confinement prévue le 11 mai. Des pistes de réflexions sont néanmmoins en cours cette semaine au sujet des déplacements cyclables dans le cadre du déconfinement. 

« Un groupe de travail rassemblant les communes volontaires, le département et l’Etat doit se réunir pour étudier la mise en place d’itinéraires cyclables et pédestres dédiés et temporaires », a expliqué Anne-Claire Mialot, préfète déléguée pour l'égalité des chances. Le département a notamment proposé 60 km de pistes cyclables temporaires.
 

Pour le collectif Vélo Ile-de-France qui rassemble plusieurs associations cyclistes du département dont Vélo à Saint-Denis et Paris en Selle Plaine Commune, l'arrêté interdisant « la fréquentation générale des berges des canaux passant en Seine-Saint-Denis », pris par la Préfecture quelques jours après la mise en place du confinement liée à l'épidémie de Covid- 19 - le 20 mars - et renouvelé deux fois depuis, le 31 mars puis le 15 avril, « pénalise fortement les soignants et autres professionnels mobilisés qui se déplacent aujourd’hui à vélo afin d’éviter les transports en commun, où le risque de contamination est particulièrement élevé. »

Dans son courrier envoyé lundi 20 avril à Georges François-Leclerc, préfet de Seine-Saint-Denis, le collectif cycliste qui dit comprendre la mesure prise par la Préfecture durant cette période de confinement demande toutefois la réouverture des berges des canaux de l'Ourcq et de Saint-Denis en particulier « aux déplacements utilitaires à vélo », car ces axes de déplacements « permettent une circulation plus sûre et sans confrontation avec les véhicules motorisés. »

LIRE AUSSI / Porte de Paris / Carrefour Pleyel : la nouvelle piste cyclable réjouit

Par ailleurs, « les canaux de l’Ourcq et Saint-Denis seront encore plus empruntés à l'issue du confinement annoncée le 11 mai », argue Vélo Ile-de-France qui rappelle dans sa lettre l'importance et l'utilité du vélo dans ce contexte de crise sanitaire : « ce mode de déplacement est une solution de mobilité efficace qui permettra aux actifs de Seine Saint-Denis de se rendre au travail tout en respectant l’objectif de distanciation sociale. ». 

Impossible à mettre en oeuvre cette semaine 

Mardi 21 avril, lors d'une réunion entre des élus du département et la préfecture, le maire Laurent Russier et le président de Plaine Commune, Patrick Braouezec ont interrogé le préfet sur cette question des réouvertures des berges aux vélos utilitaires. 

« Cette réouverture à destination des vélo a été considérée par la préfecture comme impossible cette semaine, malgré les enjeux qu'il y a à favoriser les mobilités douces et les circulations cyclables », résume le cabinet du maire. Dans ce contexte de crise sanitaire et en vue du déconfinement, la municipalité « entend engager aux côtés de Plaine Commune un dispositif d'aménagement provisoire pour favoriser les mobilités actives face à l'éventuelle augmentation des densités de voyageurs dans les transports en commun et/ou des trajets motorisés. » De quelle façon se mettra en place ce dispositif ? Pour la Ville, il « pourrait s'inscrire comme une préfiguration du renforcement de la politique vélo voulue par la ville de Saint-Denis sur le territoire », et ce, en concertation avec « les différentes institutions et en cohérence avec les avis exprimés par les usagers. »

Le Canal Saint-Denis, un « axe majeur »

Mathieu Hanotin (PS), conseiller départemental de Seine-Saint-Denis et candidat vainqueur du premier tour des élections municipales à Saint-Denis le 15 mars, a de son côté écrit au préfet de Seine-Saint-Denis il y a deux jours pour lui demander de « réviser » son arrêté préfectoral interdisant toute circulation le long des berges du département et ce « en lien avec le préfet de Paris. ».

L'ancien député de la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis souligne que le vélo « est du point de vue sanitaire un mode de déplacement beaucoup plus sécurisant que les transports en commun ». Et il rappelle au passage dans sa missive la mission récemment confiée par le gouvernement à Pierre Serne, élu EELV de Seine-Saint-Denis, et président du réseau « Villes et territoires cyclables », destinée à favoriser les déplacements à vélos en vue du déconfinement du 11 mai. 

« Le Canal Saint-Denis est un des axes majeurs du futur réseau dit ''RER Vélo'' conçu par le monde associatif et qui semble faire consensus entre toutes les autorités locales », développe encore Mathieu Hanotin. Ce dernier recommande donc sa réouverture « au plus vite aux cyclistes (...) selon les modalités à définir en lien notamment avec les associations de cyclistes, de façon à limiter une promiscuité non souhaitable dans les transports en commun ». Hanotin précise enfin qu'il entrera en contact avec le président de Plaine Commune et le maire de Saint-Denis afin « d'entreprendre en urgence » des démarches pour « accélerer le déploiement des infrastructures cyclistes » sur d'importants axes routiers et des rues du territoire de Plaine Commune en cette période de crise sanitaire. 

LIRE AUSSI / Municipales : le vélo croise la route de la campagne

Yslande Bossé

 

Réactions

Bravo pour cette demande de réouverture d'un axe important du RER Vélo. Imagine-t-on qu'un préfet décide par arrêté de fermer une partie du RER A ? Un axe majeur du RER Vélo ira de La Plaine Saint-Denis à La Défense en longeant la Seine. Ce sera le tronçon le plus emprunté en vélo par les travailleuses et les travailleurs d’Île-de-France.