À la une En ville

L’Humanité
/ Tous au soutien du journal

Placé en redressement judiciaire depuis le 7 février, le quotidien l’Humanité voit tous ceux qui l’aiment se mobiliser pour sa survie. Une soirée de soutien organisée samedi 6 avril salle de la Légion d’honneur a permis de récolter 5 000 €.
Patricia, abonnée à l'Huma depuis 1989 : « Je me fais suivre l'Huma quand je pars en vacances »
Patricia, abonnée à l'Huma depuis 1989 : « Je me fais suivre l'Huma quand je pars en vacances »

La prochaine audience au tribunal de commerce est fixée au 7 août pour l’Humanité. D’ici-là, le journal, cornaqué par deux administrateurs judiciaires, doit faire la preuve qu’il est sur le chemin du redressement financier. Objectif : obtenir a minima une reconduction de six mois de la procédure de redressement judiciaire. Si l’on s’en tient à ce que l’on a vu et entendu samedi 6 avril au soir salle de la Légion d’honneur, les motifs d’espoir ne manquent pas. La souscription lancée dès novembre a permis de rassembler à ce jour plus de 2,5 millions €. L’Huma dispose de nouveau de trésorerie, ce qui n’était plus le cas en janvier. Les différentes campagnes d’abonnement, dont celle à 9,90€/mois, vont bon train. Mais surtout il semble que les difficultés du titre aient ressoudé la communauté de ses lecteurs et amis.
 

« Rien ne pourrait remplacer l'Huma »

« Un comité dionysien des amis de l’Huma va très prochainement voir le jour, annonce Josiane Comet, Dionysienne et ancienne du journal. Nous sommes déjà une trentaine. L’idée c’est d’organiser des cafés débats notamment. » L’artiste Lamyne M est venu en voisin, mais aussi en lecteur mobilisé ce samedi. « L’Huma fait partie de notre patrimoine, de notre histoire. C’est une cause importante à défendre parce qu’on y lit des infos qu’on ne trouve pas ailleurs. C’est un journal sans filtre. » Patricia, Dionysienne de fraîche date mais lectrice fidèle du quotidien fondé par Jaurès, ne conçoit pas la vie sans l’Huma. « Je suis abonnée depuis 1989 et je n’imagine pas qu’il puisse disparaître. Je me le fais suivre quand je pars en vacances. Je l’ai trouvé à Londres, Madrid ou Milan. J’y trouve des réponses à mes doutes. Je suis abonnée à Mediapartet je lis Le Monde diplomatiqueaussi, mais rien ne pourrait remplacer l’Huma.» Et Fatou, en 6e au collège Fabien, semble savoir pourquoi : « Bah c’est le journal de tout l’univers non ? De tout le monde quoi », improvise-t-elle tout en lorgnant la tombola tenue par Julia Hamlaoui, journaliste au service politique. Samedi, l’humanité sortait aussi de la bouche des enfants.

Yann Lalande

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur