À la une Sports

Tournoi de foot à Joliot-Curie
/ Terrain d'entente

La rencontre sportive entre quartiers était prévue de longue date pour saluer la fin de la rénovation du city-stade. Elle a pris une tournure plus symbolique, avec la mort du jeune Luigi en septembre lors d’une rixe entre bandes.
Un graff à la mémoire de Luigi, tué par balles dans une rixe entre jeunes en septembre, orne le city stade de Joliot.
Un graff à la mémoire de Luigi, tué par balles dans une rixe entre jeunes en septembre, orne le city stade de Joliot.

Mercredi 31 octobre, environ 170 adolescents ont participé au tournoi de football organisé à la cité Joliot-Curie. Ils sont venus de quasiment tous les quartiers de la ville : Allende, le centre-ville avec Carrefour et Delaunay-Belleville, la Plaine, Franc-Moisin, Gare Confluence, mais aussi des équipes représentant les villes de Sevran, Saint-Ouen ou encore Vitry-sur-Seine. « Au total, il y a 28 équipes, ça vient des quatre coins de Saint-Denis et de l’Île-de-France », précise Idrissa Diabira, ex-footballeur de 30 ans. Originaire de Joliot, il a co-organisé l’événement avec l’antenne jeunesse de la cité et la Ville. 

Le tournoi était prévu de longue date pour marquer la fin de la rénovation du city-stade, dont une première présentation avait eu lieu en juillet dernier. Il a pris une tournure particulière avec la mort de Luigi Oliveira Silva. Ce jeune de Joliot a été tué à l’âge de 16 ans en septembre dernier dans la cité limitrophe Romain-Rolland, sur fond de rivalité entre des adolescents de ces deux quartiers. Les fonds récoltés lors du tournoi ont été donnés à la famille de la victime.

Désamorcer les tensions

« On a organisé cet événement pour rendre hommage à Luigi et contrer la violence. C’est un moyen de se rassembler, d’unir nos forces et d’en faire quelque chose de positif. C’est important de créer des liens entre les jeunes des différents quartiers », renchérit Idrissa, par ailleurs éducateur spécialisé pour l’antenne dionysienne de l’Association vers la vie pour l’éducateur des jeunes (AVVEJ). Cette année, il a fondé Urban jeunesse academy, présidé par Samir Houdria Boualem, père de famille à Joliot. Chaque jour depuis la rentrée scolaire, après l’école, il entraîne des jeunes au foot sur le terrain synthétique de la cité. Certains d’entre eux sont suivis par l’association Asafi qui fait de l’aide aux devoirs. « On fait en sorte de sortir les jeunes de leur quotidien », renchérit l’ex-footballeur qui a joué à Drancy au niveau national ainsi qu’en Suisse et en Angleterre. 

Aux yeux des éducateurs présents, ce n’est pas un tournoi de foot qui va régler les problèmes de fond, mais il est important de créer des ponts pour désamorcer les tensions. « Cela permet de renouer contact entre les quartiers, dont les liens s’étaient distendus ces dernières années, estime Abidin Khouidrat, responsable de l’espace jeunesse de Joliot-Curie. Il faut refaire des activités ensemble pour que les jeunes se retrouvent et discutent. »

Aziz Oguz