Sports

E-Sport
/ Team Vitality, les nouveaux rois du stade

Le numéro 1 français du sport électronique, la Team Vitality, s’installe au Stade de France et en fait son camp d’entraînement pour préparer ses joueurs aux compétitions internationales. Un partenariat longue durée qui prévoit de transformer le stade en une arène du « gaming ».
Les joueurs bénéficient au sein du salon Oxygène du Stade de France d’un lieu aux couleurs noir et jaune de Vitality. © Yann Mambert
Les joueurs bénéficient au sein du salon Oxygène du Stade de France d’un lieu aux couleurs noir et jaune de Vitality. © Yann Mambert

Red Star FC, Stade Français, Racing 92, Paris Saint-Germain, Saint-Denis Saint-Leu FC… Ce sont autant de clubs que le Stade de France (SDF) a lorgnés pour régler la question épineuse de la structure résidente. Vingt-deux ans après l’inauguration du stade, le marronnier a enfin touché à sa fin. Exit le foot, exit le rugby, place au e-sport.

Dans un projet ambitieux, la direction du Stade de France s’est associée au numéro 1 français et numéro 3 européen du sport électronique, la Team Vitality. Un accord permettant à la structure de bénéficier d’un lieu fixe pour ses entraînements. « Nous étions à la recherche d’un endroit pour nous préparer mais aussi pour fédérer », explique Fabien « Neo » Devide, cofondateur et chef de la Team Vitality qui compte 50 joueurs professionnels. L’idée d’intégrer le SDF s’est faite « par le hasard des choses », confirme le jeune dirigeant de 26 ans. En effet, en un mois et demi entre la fin du printemps et le début de l’été 2019, l’affaire a été bouclée. Les discussions ont abouti sur une volonté commune, celle de faire vite et bien. Ce partenariat est «formidable mais ça ne suffit pas », commente Alexandra Boutelier, la directrice générale du Stade de France. « On ne va pas s’arrêter là, on va laisser le temps à l’équipe de s’adapter », poursuit-elle. Dans les cartons, entre autres, moduler l’antre dionysien en une véritable arène ouverte pour les compétitions de jeux vidéos.

Les pionniers du genre

Ce partenariat est unique dans le monde. Pour les entraînements, les joueurs bénéficient au sein du salon Oxygène du Stade de France d’un lieu aux couleurs noir et jaune de Vitality. PC, consoles de jeux, salle de sport, coin cuisine… Tout est optimisé pour que les « gamers » se sentent comme chez eux. « Cela change totalement des entraînements qu’on effectuait seul chez nous », estime Nicolas « Nikof » Frejavise, joueur professionnel sur le célèbre jeu vidéo Fortnite. C’est d’ailleurs l’un des objectifs des dirigeants de l’équipe : proposer un encadrement de haut niveau. « À la maison, il nous était difficile de contrôler leur préparation notamment sur un plan nutritif », explique Raynald Choquet, manager et préparateur physique de la Team Vitality.

LIRE AUSSI : Le Sdus frustré mais pas abattu

La structure souhaite se rapprocher du sport traditionnel en reprenant ses codes. Chaque compétition est donc préparée avec un coach, un manager et un analyste pour les après-tournois, soit un accompagnement global. Mais la place de Vitality va bien au-delà. Lors de ses déplacements internationaux, l’équipe à l’abeille veut laisser son antre ouvert à la population dionysienne. La création d’une académie est un grand pari sur le futur du sport électronique afin de former des jeunes et les amener vers un diplôme reconnu. Par ailleurs, toujours dans un esprit de développement, la Team Vitality travaille de concert avec le Stade de France pour créer, dans les prochaines années, une aréna. Si l’organisation de compétitions et d’événe

ments exceptionnels est effectivement à l’étude avec une configuration de 50 000 à 80 000 places, la possibilité de jouer de manière régulière en championnat comme en Ligue 1 de football ou en Top 14 de rugby fait partie aussi de l’avenir à moyen terme. « Nous voulons être le porte-drapeau du pays avec la volonté de le faire rayonner à l’international », espère Fabien « Neo » Devide. La connexion entre Vitality et le Stade de France n’est que le début d’un nouveau modèle en pleine expansion. « On apprend en marchant… », dit Alexandra Boutelier, « mais on court ! », lui répond Fabien «Neo» Devide. Le futur avance à grand pas.

Christopher Dyvrande

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur