À la une Cultures

Académie Fratellini
/ Sur le fil de fer

(C) Yann Mambert
(C) Yann Mambert

Avec la saison qui s’achève plus tôt que prévue, l’académie Fratellini laisse le choix aux parents d’élèves de l’école de cirque de demander ou non le remboursement du dernier trimestre. Pour un adulte et un enfant, le tarif varie de 550 € à 470 € pour une inscription à l’année complète, et se situe entre 200 € et 170€ pour une inscription au trimestre. L’école compte plus de 300 adhérents (enfants et adultes). Les parents ont jusqu’au 30 mai pour demander ce remboursement « sans avoir à se justifier », précise Laurence Marchand, responsable communication de l’académie Fratellini. « Pour le moment, la direction a adopté la même philosophie que l’ensemble de la profession, c’est-à-dire de consolider les artistes. Nous allons donc honorer tous les contrats qui avaient été signés ou en cours jusqu’à la fin de la saison, avance Laurence Marchand. En revanche, vu la situation économique, nous nous posons des questions quant au renouvellement des contrats à durée déterminées et contrats professionnalisant… »

LIRE AUSSI : La culture au temps du corona 

Au-delà du volet administratif, la pandémie de Covid-19 menace déjà la programmation de la saison prochaine de l’académie Fratellini qui a jonglé avec les difficultés : l’incendie de sa toiture en 2017 et une baisse de la fréquentation lors des grèves survenues fin 2019.  « En France, il y a aura une reprise des activités des salles de spectacle à partir de la mi-juillet mais nous, nous serons déjà fermés. La reprise de la saison risque d’être compliquée à mettre en place tout comme nos temps forts, tel le spectacle de Noël. Tout dépendra de l’évolution de la pandémie. » En effet, durant la période de fin d’année, le Grand chapiteau a pour habitude d’accueillir jusqu’à 1 000 enfants. Il s’avère donc difficile de se projeter au vu des recommandations de distanciations sociales prodiguées par le gouvernement et d’une possible deuxième vague de contamination.

Quant aux apprentis de 3e année, ces derniers ont dû s’adapter pour valider leur année. Leur évaluation se reposera sur la base d’un contrôle continu mais l’idée de ne pouvoir présenter leur numéro de fin d’études au public est un coup au moral. C’est l’une des questions que pose la crise du Covid-19 : quel sens donner à son art sans un public pour l’apprécier ?

Maxime Longuet 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur