Côté commerce

Bao Le Marché du Soleil
/ Supermarché afro-caribéen

Un beau rayon de légumes et fruits frais.
Un beau rayon de légumes et fruits frais.

C’est parce qu’il s’est dit qu’il n’existait pas en banlieue d’équivalent des Frères Tang – enseigne spécialisée dans les produits alimentaires asiatiques – pour la communauté afro-caribéenne, que Kossi Muluala a eu l’idée de monter Bao Le Marché du Soleil. Au même moment, sans se concerter, sa sœur Sona pense à la même chose. « Nous sommes métisses franco-congolais », explique la jeune femme, et pour faire le plein des produits nécessaires à la cuisine afro-créole « nos tatas nous trimballaient à Château-Rouge, à Paris ».

Le frangin et la frangine s’investissent à fond dans leur projet commun : business-plan, étude de marché, chaîne de l’hygiène… Rien n’est laissé au hasard et une évidence s’impose : « Nous n’avions aucun intérêt à faire juste de la revente. » Pour nourrir le volant importation de leur structure, ils voyagent alors pendant plusieurs mois : Sénégal, Mali, Cambodge, Réunion, Guadeloupe…

Le premier Bao nait fin 2016 à Bobigny, « un magasin pilote où on a pu tester plein de choses ». Place du Caquet – « un emplacement de malade » à deux pas du métro Basilique et de Carrefour – le Bao dionysien bénéficie de ce galop d’essai et d’un travail de près de trois ans, mené avec le soutien enthousiaste du service commerce de la Ville.

Sur les 600 m2 de surface de vente, on trouve épicerie, fruits et légumes frais – dont une machine à faire du jus de canne à sucre à la demande –, boissons, surgelés, semoule et riz en gros conditionnement… Un immense rayon boucherie traditionnelle – dont une partie viande fumée –, un espace poissonnerie et des aliments halal pour satisfaire tout le monde. Produits de beauté et de soins complètent l’offre. Le beau projet de Sona et Kossi ouvre vendredi 13 juillet, veille de Fête nationale saluée par les feux d'artifice. Un beau symbole.

Place du Caquet.