@ vous

Manifestations
/ Sud Solidaires… avec les oligarques européistes ?

Nom ou initiales: 
Damien Martineau

Depuis 20 ans je suis aide-soignant. Dans ma boite, et spécialement dans mon service, j’étais le seul à faire grève ce 5 décembre pour défendre le système des retraites face aux politiques libérales d’Emmanuel MACRON et Édouard PHILIPPE qui répondent avec zèle aux grandes orientations des politiques économiques (GOPÉ) de l’Union Européenne. Étant dans une situation financière précaire, perdre une journée de salaire, ce n’est pas rien. C’est un vrai effort. J’étais seul à faire grève et je suis le seul syndiqué, à SUD Santé Sociaux, rattaché l’Union Locale (UL) de Saint-Denis.

Même si j’ai demandé à mon UL des renseignements pour converger vers Paris, je n’ai pas eu de réponse. Mon syndicat Santé Sociaux Paris ne me contacte pas. C’est un pote coopérateur de la Dionycoop (une coopérative anarchiste de Saint-Denis) qui m’a informé des lieux de rendez-vous possibles. Quand je me suis rendu à la Porte-de-Paris pour aller prendre un bus, il n’y en avait plus. Je suis donc parti finalement avec mon UL SUD, avec celles de la CNT et de la CGT. Nous avons marché vers et sur Paris dans une union syndicale.

Arrivé à Paris, j’ai rejoins mes amis de l’UPR, qui de facto est une union plus large que celles des syndicats. J’ai choisi de participer à la manifestation avec mes amis du Frexit.

Alors que je discutais avec un sympathisant retraité ingénieur informaticien d’Aubervilliers ayant longtemps travaillé avec la Commission européenne, un jeune homme m’a arraché mon fanion UPR et m’a traité de « chauvin ». Première violence gratuite qui fut pour ma part une surprise. Qui connaît le parti UPR sait que nous ne sommes pas du tout chauvins.

Nous n’avancions pas. Je suis allé voir à l’avant ce qu’il se passait. Et là j’ai découvert le service d’ordre de ma centrale syndicale, Solidaires. J’ai demandé pourquoi ils nous poussaient… On m’a répondu que nous étions « fascistes ». J’ai tout de même essayé de discuter avec mes camarades syndicaux. C’est ridicule de tenir de tels propos quand on connaît le discours et surtout les analyses de l’UPR. J’ai essayé de discuter mais ces hommes en noir ne voulaient pas. Ils ont même essayé de m’empêcher d’entrer et de rejoindre mon syndicat SUD Santé Sociaux…  J’étais face à des brutes épaisses qui me disaient à moi (qui suis l’inverse d’une brute épaisse) que j’étais fasciste… C’est choquant. C’est à mes oreilles diffamant, insultant.

Je suis allé voir le secrétaire fédéral de SUD Santé Sociaux (que je ne connaissais pas). J’ai discuté avec lui : son unique argument, c’est que « Asselineau aurait parlé d’émigration récemment ». Tout est basé sur une rumeur, du on-dit, du conditionnel. Il ne pouvait de toute manière « rien faire ». Je l’ai donc remercié (par réflexe) et je suis retourné un peu groggy auprès des militants de l’UPR. J’ai de vielles habitudes de soignant qui s’excuse quand une famille ou un patient vient de l’agresser de ses paroles. Je garde tout en moi et je continue. Parfois j’endosse (et je vais voir le rebouteux quand ça coince) et parfois je rebondis. Ma résilience a fait que je suis retourné près de mes unionistes populaires et républicains.

Les pseudo-antifa de Solidaires étaient près à lever les mains sur les militants de l’UPR. Les encadrants du parti ont fait reculer les gens afin de les protéger de ces nervis au bord de la rupture.

C’est la première fois de ma vie que je faisais une manifestation où l’on m’a empêché de manifester non pas par des flics ou des CRS (comme pour les manif de Gilets Jaunes) mais par des syndiqués. Et de surcroît par les miens. Qu’est-ce que je vais dire à mes collègues de travail ? Mon syndicat s’est retourné contre moi ! Comment je me maintiens dans mon UL si SUD Saint-Denis considère que je suis fasciste ?

Je suis tellement droit dans mes convictions politiques avec l’UPR que je suis la tête de liste de mon parti aux élections municipales de Saint-Denis. Mes camarades de combat syndical vont-ils s’opposer à moi au nom du prétendu combat antifasciste ?

Je suis un coopérateur de la Dionyversité. Les antifa vont-ils m’empêcher de participer désormais à la coopérative ?

Je suis un des fondateurs de « LGBT pour la Palestine », qui participe à la semaine des Fiertés de Saint-Denis. Les prétendus combattants du fascisme vont-ils venir casser du pédé facho pendant la gay pride ?

J’ai fait un jardin « incroyable comestible » dans la rue (sans autorisation de la mairie). Vais-je découvrir un jour que le jardin sera dévasté à coups de pioche sous prétexte que j’en serais à l’origine ?

Je suis un des membres vifs de l’AMAP de La Plaine. Trouvera-t-on un jour des graffitis sur les murs de l’ancienne gare parce qu’il y aurait un supporteur d’Asselineau qui fréquente ces lieux ?

Si j’aime bien Bernard Friot, Jacques Sapir ou Frédéric Lordon, je suis plutôt un disciple d’Étienne Chouard. Et s’il y a bien quelqu’un dont la pensée complexe est réduite par les antifa, c’est bien lui.

J’invite mon syndicat à se dissocier de ces soi-disant combattants du fascisme et même à présenter des excuses à l’UPR. On ne peut pas appeler à l’union contre Macron et, en même temps, s’opposer à l’Union populaire républicaine, qui est le seul parti à avoir appelé ouvertement à sa destitution. On ne peut pas prétendre combattre les politiques néolibérales de Macron et, en même temps, opprimer le parti du Frexit, qui dénonce sans relâche la responsabilité initiale de l’Union Européenne dans ces politiques-ci. Il ne faudrait pas se tromper d’adversaire. En barrant la route à l’UPR et au Frexit, c’est objectivement l’Union Européenne et son oligarchie que mon syndicat soutient.

Manifestations

Réactions

vous avez eu a faire à des fachos d'extrême gauche tout simplement
le fascisme n'est pas le monopole de l'extrême droite

Fascisme d'extrême gauche, d'extrême droite, religieux ou économique, même combat
no passaran

Des fachos d'extrême gauche ? Diable ! Ainsi lorsque les communistes me traitent de facho, c'est qu'ils me reconnaissent comme un camarade et lorsque les frontistes m'appellent communiste c'est qu'ils pensent que je suis un des leurs. Bon sang ! Mais c'est bien sûr ! Voila pourquoi Braouezec vote Macron et Melenchon cajole Marine. Et lorsque le service public emmerde le public, c'est le privé qui se met à son service. Privatisons donc le service public pour qu'il serve le public. C'est tout simple !

Quel intérêt? Un e organisation politique essaie d'entre en cortège dans une organisation syndicale et se fait bloquer? où est le souci?
Tout le monde sait qu'il y a un ordre des cortèges-syndicats puis associations puis partis- d'autant que le cortège de Sud-Solidaires était le premier de tous les syndicats...
Il faut attendre son tour, monsieur de l'UPR...
Par ailleurs, toutes ses médailles et breloques mises en avant (membre de ceci et cela) pour un épiphénomène... Ca sent le coup monté pour tenter de faire parlé de l'upr, qui n e mérite (au mieux) qu'un silence poli...

A partir du moment où l'on pointe du doigts les vrais responsables de la politique néo-libérale Française depuis 40ans, on est traité de fachos. Oui c'est l'Europe qui demande la réforme des retraites depuis des années, de la privatisation des aéroport, des barrages, des autoroutes, qui demande plus d'immigration..Vous avez juste à faire à des collabos, qui souhaite garder leur gamelle. Mélenchon a voté Oui à Maastrich en 2005 alors que 54% des Français ont voté contre, mais nos politique l'ont quand même fait. L'Europe néolibéral, la plupart des Européens ont voté contre, mais on l'a quand même. Ce sont des oligarques Européens aux mains de nombreux lobby, élu par personne, qui dirige la politique Française, l'assemblée nationale n'est qu'une caisse enregistreuse.
Merci à vous de remonter aux cause des problèmes, et arrêter cette manipulations qui ne parle que des conséquences. C'est comme le type enrhumé en plein hiver, fenêtre ouverte, qui se gave de médicaments pour soigner les symptômes.

Triste d'agresser des gens qui viennent manifester.

Au-delà de la question de l'UPR et son discours nationaliste à l'opposé des valeurs de notre union syndicale, un parti politique n'a pas à s'imposer dans notre cortège syndical, notre service d'ordre a juste fait respecter cela.

@union locale so, UPR a de nombreux soutiens dans toutes les organisations syndicales cgt ... Vous ne semblez pas connaître ce parti et vois répétez bêtement ce qui est relayé par les journaux.

@Raphaël
Il s'est parfaitement de quoi il parle et de quoi il est question..Ces syndicats collabos, sont financé par le gouvernement, s'il sort des clous, il aura plus le droit à sa gamelle. Il s'en contre-fiche du peuple, ce qui l'intéresse c'est sa gamelle. si vous lui demandez des arguments aux âneries qu'ils débittent, vous verrez qu'il sera aux abonnés absents. Les syndicats sont vomis par les gilets jaunes, vomis par le peuple..leur seul objectif: orienter la colère du peuple vers les marionettes en nous divisant..une partie des syndicat (sud education) est dans le racialisme, il essaye nous diviser même par notre couleur. Mélenchon, le super gauchiste dans les manifestations a voté pour cette Europe néo-libérale. Il suffit de voir Ruffin dans une vidéo récente, comment il complote avec Macron contre des salariés d'Amiens.

https://www.lefigaro.fr/politique/quand-ruffin-et-macron-se-partageaient...

CGT, Solidaires...etc, même combat syndiacal européiste.

CGT : pour que les choses soient dites (Jean-Pierre Page) avec Aymeric Monville (éditions Delga) à propos des frexiteurs syndicalistes :
https://www.youtube.com/watch?v=q2BmwsQsWI4

Verbatim à 52.30mn de la vidéo.
- Aymeric Monville :
"Mais c'est vrai que c'est lié aussi, j'ai l'impression, à une stratégie générale (de la CGT) ou l'on a vu aussi des directives comme quoi il faudrait éliminer des partisans du FREXIT des manifestations?!
- Jean-Pierre Page :
"Oui, bien sûr ! Absolument, absolument, absolument !
C'est à dire pour rentrer plus dans le détail (…) il faut savoir que maintenant depuis quelques années, a été mis en place un groupe de travail dans la CGT qui s'occupe de TRAQUER, je ne peux pas utiliser une autre expression que ça, de TRAQUER les militants de la CGT qui auraient selon eux des sympathies pour les thèses : sortie de Union Européenne, de l'euro et qui sont évidement amalgamés avec les thèses de l’extrême droite.
C'est absolument inacceptable.
Cette chasse aux sorcières est absolument inacceptable, mais il faut dire qu'elle est organisée.
Quand je veux dire qu'elle est organisée, c'est avec des moyens matériels et humains. Il y a un groupe de travail, il y a des publications. D'ailleurs, la note qui fait référence à Annie Lacroix-Riz et aussi à Jean Bricmont(…) Cette note s'appelle numéro 17 !
Donc, je suppose qu'il y en a eu beaucoup d'autres avant ! "

Je vais parler au nom de ma section Solidaires 78. J'apporte tout mon soutien à SUD Santé Sociaux du 93 et félicite mes camarades pour avoir éjecté un ou plusieurs membres de l'UPR. Ce parti est fasciste, monomaniaque nationaliste et doit être balayé comme beaucoup de groupuscule de l'extrême droite.

Solidarité avec les antifas de région parisienne également en cette période difficile.

Je vous encourage aussi à lire l'excellent article, écrit par un responsable d'UL Sud Solidaires, sur larotative avec 5 bonnes raisons de virer l’UPR de nos manifs.

Myriam

Tout a été dit par mes camarades Sud Solidaires. Aucune excuse à l'UPR bien entendu. Les militants de ce parti pourraient plutôt s'excuser de venir dans nos cortèges vu leurs positions nauséabondes.

Solidairement,

Franck

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur