Cultures

Steve Shehan, la musique en partage

Samedi 1er novembre, ce musicien était l’invité de l’association Altamira à la résidence Croizat. Une rencontre intergénérationnelle pour mêler poésie et musique.

Grosse affluence, samedi 1er novembre sur les coups de 15 h à la résidence Croizat. L’association Altamira y organisait une rencontre avec le musicien poly-instrusmentiste Steve Shehan. Une rencontre extraordinaire, qui avait été fort bien préparée en amont. « Steve Shehan est un musicien du monde, pour qui la musique est avant tout un moyen de partage » constate Boris Lelong, responsable d’Altamira et musicien lui-même. « Et c’est aussi notre philosophie. C’est pourquoi cette rencontre est finalement naturelle » ajoute-t-il. Et c’est vrai qu’entre La mémoire en chantant, sur la chanson française, Génération slam et son atelier d’écriture intergénérationnel ou le prochain projet à Isorana (Madagascar), qui associera poètes et musiciens locaux et de Saint-Denis, Altamira ne rate pas une occasion de travailler sur l’échange et la rencontre. Et celle-ci n’est pas un coup isolé, mais s’inscrit dans un projet durable : une veillée avait été organisée à la résidence Croizat, en octobre, afin de faire connaître Steve Shehan aux retraités et à l’association Jeunes espoirs de paix, à travers notamment la projection d’Assikel, de Bali à Baly, film qui retrace le parcours du musicien. Et, le 29 novembre, un déplacement en car, fourni par la ville, leur permettra de se rendre au Cap d’Aulnay pour assister à l’un de ses concerts.
Mais revenons à ce samedi pluvieux qui n’avait pas freiné les enthousiasmes. Dans cette résidence « pas comme les autres » soulignait en souriant Boris Lelong, le public devient acteur et l’auditeur poète. Car c’est sur un texte écrit et dit collectivement par les résidents que le musicien est entré : « la musique est un chemin vers l’autre […] comme les voyages de Steve Shehan. […] Tu viens faire escale dans cette maison où nous sommes réunis… » Visiblement ému, celui que tout le monde appelle désormais Steve les a remerciés du fond du cœur avant de donner un bref mais intense aperçu de son talent sous forme d’une balade insolite avec de bien curieux instruments : le hang et ses sonorités étonnantes de fraîcheur, un morceau épuré lancé par le likembé, d’autres instruments et percussions recueillis au cours de ses voyages en Afrique, Asie, Maghreb, dont ces balais berbères en raphia conçus pour la vie de tous les jours… La magie s’installe, le plaisir est commun et les applaudissements de plus en plus chaleureux. Et comme il s’agissait de partage, Philippe Vallin, Boris Lelong, Larbi et sa darbouka, Joon Claudio et sa flûte l’ont rejoint sur plusieurs morceaux et impros. De nombreuses surprises ont encore émaillé cette rencontre, venues du public comme de l’artiste qui ne cachait pas son émotion. « Je suis bouleversé. Il y a ici une générosité, un plaisir qui s’exprime qui est pour moi le cadeau suprême ! C’est pour ça qu’on fait ce métier : on est là, vivant, aimant et aimé, on donne et on reçoit mille fois plus et c’est universel… » « Steve Shehan nous perce l’âme » ont dit dans un poème les Jeunes espoirs de paix, traduisant bien le sentiment de tous. C’était samedi sous la pluie. Mais à Croizat, il faisait beau…
Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur