Cultures

Sensibles à Saint-Denis

Marie-Caroline de Baecque et Grégory Lavacherie, alors parisiens, ont eu le coup de cœur pour la ville au point d’y vivre. Et au point de lui consacrer un livre. Comme une déclaration d’amour en textes et en illustrations.

C’est d’abord un vrai petit bijou. Le livre Saint-Denis portrait sensible, dont la sortie officielle a lieu vendredi 28 novembre à 18?h?30 à la mairie, rassemble regards et talents d’artistes d’ici et d’ailleurs sur Saint-Denis. Dans un format dit à l’italienne, se succèdent aquarelles, récits, dessins, poèmes, fusains… pour composer un hymne à la ville, à sa diversité, à sa multiplicité, comprises comme une richesse. À l’origine de l’ouvrage, Marie-Caroline de Baecque, scénographe et plasticienne, et Grégory Lavacherie, cadre de la fonction publique territoriale dans la culture et grand voyageur. L’histoire de ce beau livre mérite d’être contée?: « Nous avons découvert Saint-Denis d’abord en allant au TGP, raconte Grégory Lavacherie. Puis, nous avons longé le canal, visité la basilique, nous avons marché dans la ville, nous sommes revenus plusieurs fois et nous avons eu un vrai coup de cœur au point de vouloir y vivre. » Ce qu’ils font depuis deux ans. À la grande surprise de leurs connaissances. « Moi, j’ai grandi et vécu dans le 16e arrondissement de Paris, raconte en souriant Marie-Caroline de Baecque, alors quand nous avons dit à nos proches que nous venions habiter ici, ils ont ouvert des yeux comme des soucoupes?! Cela leur paraissait incompréhensible, ils ne voyaient Saint-Denis et la banlieue qu’à travers le prisme des médias. »

Un carnet de voyage collectif

Depuis, lorsque leurs amis viennent chez eux, ils leur font visiter la ville, leur expliquent pourquoi ils l’aiment et c’est ainsi que, peu à peu, a mûri l’idée de ce livre. « Nous avons voulu faire une sorte de carnet de voyage », dit Grégory Lavacherie qui avoue, lorsqu’il rentre de voyage, ressentir fréquemment « le spleen du retour. Un tour au marché, par exemple, agit sur moi comme un sas de décompression ». Bref, nos deux ex-Parisiens sont devenus des néo-Dionysiens heureux. « Nous voulions réaliser un ouvrage collectif, avec des regards différents », précise Marie-Caroline de Baecque. Ils font d’abord appel à leur « réseau » d’artistes, mais qui ont un lien, étroit ou ténu, avec Saint-Denis. Contactée, la Ville a tout de suite adhéré au projet, suggérant que des Dionysiens ajoutent leurs visions à celles des artistes extérieurs. C’est ainsi que l’atelier de dessin de l’école d’arts plastiques Gustave-Courbet, animé par Cécile Detrez, l’association Mémoire vivante de la Plaine ou encore Grand Corps Malade viennent apporter leur pierre à l’édifice. « C’est un vrai travail de collaboration et d’échanges », insistent les deux concepteurs. Histoire, voyage en tram, marché, gisants, instantanés, commerces, slam, architectures, contrastes, cafés, mouvements sont quelques-uns des mots-clés d’où surgit cette sensibilité aux voix multiples et pourtant finalement homogène.
« Il y a ici un laboratoire sociétal qui invente la société de demain, où les cultures se rencontrent sur un territoire », affirme Grégory Lavacherie. « Nous voulons travailler sur ce qui est à la marge, entre deux, porter un regard sur la place de la diversité dans la société. Et cette diversité est un atout?! », ajoute Marie-Caroline de Baecque. Les deux complices ont monté une association, Interstices (1), qui se propose de poursuivre ce travail, à travers d’autres projets, notamment à l’échelle de Plaine commune. En attendant, ce Saint-Denis portrait sensible est un superbe objet et apparaît comme un regard à la fois novateur et familier sur la ville.
Benoît Lagarrigue

(1) http://www.interstices-dev.fr
Saint-Denis portrait sensible publié aux éditions Magellan & Cie. Prix?: 20 €.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur