À la une Cultures

Africolor
/ Senny Camara se joue des codes sur toutes les cordes

Elle a baigné dans la culture sérère et ses chants ancestraux, a commencé son apprentissage de la kora au Sénégal, a poursuivi son éducation musicale au conservatoire de Saint-Denis avec la harpe celtique. Et a donné des concerts « digitaux » pour la 32e édition d’Africolor.
Senny Camara et sa kora, une harpe à 21 cordes montée sur une calebasse. © Bertrand Cardot
Senny Camara et sa kora, une harpe à 21 cordes montée sur une calebasse. © Bertrand Cardot

Senny Camara n’est pas qu’une joueuse de kora. De sa voix lumineuse qui file droit comme un éclair, l’artiste dionysienne dessine les contours d’une personnalité façonnée par des mélodies ancestrales, chevillée à un désir d’émancipation caractérisé.

Avec le festival Africolor, elle poursuit son parcours entamé de l’autre côté de la Méditerranée, à l’ouest de l’Afrique. Pour découvrir comment la musique se fait l’écho de sa vie, un petit plongeon du côté du Sénégal s’impose. Née à Dakar, Senny est envoyée vivre à l’âge de 2 ans chez sa grand-mère à Tataguine, petite ville de la campagne sénégalaise située à 2 heures et demie de route au sud-est de la capitale.

« En Afrique, ça se fait beaucoup dans les familles nombreuses d’envoyer certains enfants vivre ailleurs. Pourquoi est-ce tombé sur moi ? Je me pose encore la question », confie Senny Camara qui est restée au village jusqu’à ses 15 ans. Toute une vie. Loin de ses quatre frères et de ses trois autres sœurs, la jeune Senny se construit auprès de son aïeule.

Un instrument traditionnellement masculin

« Ma grand-mère c’était comme ma mère, avec qui je n’avais plus grand-chose de commun finalement. Nous avions une relation fusionnelle. C’est elle qui m’a mise dans le bain de la musique. » Une musique omniprésente dans la culture Sérère. Les Sérères (dont sont issus par exemple Léopold Sédar Senghor ou Youssou N’Dour) font partie des plus anciennes ethnies de l’ancienne Sénégambie. En termes démographiques, les Sérères figurent aujourd’hui parmi les plus grandes ethnies présentes au Sénégal avec les Wolof et les Peuls.

LIRE AUSSI / Festival : Les 30 joyeuses d'Africolor

« Ma mère était Sérère et mon père Toucouleur. Au Sénégal, la cohabitation se passe plutôt bien entre les différentes cultures », témoigne la jeune femme qui se souvient que chaque cérémonie s’accompagne de chants : naissances, rites de passage à l’âge adulte, mariages, enterrements… « C’est dans notre culture Sérère. Il y a même des chansons pour soigner ceux qui sont “malades dans leur tête”, les Ndeup. On chante régulièrement pendant plusieurs semaines, ça peut même durer un mois. Cela m’a beaucoup marquée. Ces chansons me sont restées dans la tête. Ma grand-mère avait peur que je chante car, pour elle, chanter n’est pas suffisant. Il fallait savoir guérir ces personnes aussi. » En grandissant, Senny fait petit à petit de la place à une possibilité encore jamais envisagée : vivre de la musique, elle dont la famille ne compte même pas d’illustres griots. Qu’à cela ne tienne !

Pendant trois ans, elle fréquente assidûment le conservatoire de Dakar pour y apprendre la kora, une harpe à 21 cordes montée sur une grosse calebasse, un instrument traditionnellement « masculin ». À l’époque, les filles étaient déjà nombreuses à se défaire des codes même si cela devait impliquer de nombreuses déconvenues. « Traditionnellement, les femmes sont celles qui doivent gérer la famille et la cuisine. Quand je cherchais un professeur, on me disait que mon projet n’était pas sérieux, certains ne me calculaient pas. C’était une galère pour avoir un professeur, se souvient-elle. Finalement, c’est le fils d’un fabricant de kora qui m’a enseigné les bases de l’instrument. » Du conservatoire de Dakar à celui de Saint-Denis, il n’y a qu’une mesure.

Arrivée il y a vingt ans en France, cela fait une décennie qu’elle habite la Cité des Rois de France où elle fréquente l’établissement d’enseignement musical situé rue Catulienne. C’est d’abord la guitare qu’elle apprenait en autodidacte qui va motiver son inscription il y a cinq ans. Mais les cours étant complets, le directeur lui propose alors une place en harpe celtique. Senny retrouve le pincé de la kora, le son onirique des cordes cette fois-ci amplifiées par une caisse de résonance plus ample et de nouveaux répertoires dont les rythmes lui rappellent son Sénégal natal.

Engagement

Pendant ces années d’apprentissage, elle rejoindra différents projets à la portée politique dont O’sisters, un groupe monté par la DJ française Missill par lequel les artistes diffusent des messages positifs d’émancipation. Avec cette formation, dont les membres viennent des quatre coins du globe, elle a enregistré le projet Moussolou (femmes) aux confluents des musiques électroniques et africaines.

Chez Senny Camara, la musique rime souvent avec engagement. Cette technicienne intermittente du spectacle a été programmée par le festival Africolor pour donner un concert et pour participer à une création autour de l’Indépendance Cha Cha de Joseph Kabaselé alias Grand Kallé et son orchestre l’African Jazz, hymne qui a accompagné l’accès à l’indépendance de 17 pays africains (francophones notamment) il y a soixante ans.

La 32e édition devait se tenir en présence du public mais il a finalement été décidé de maintenir l’événement sous forme de concerts digitaux. Ainsi, on a pu voir Senny Camara en duo acoustique le 19 novembre sur la page Facebook du festival. Mardi 24 novembre, également en direct live, elle a représenté le Sénégal et « le père » de la nation, Senghor, dans le cadre du spectacle Indépendances Cha Cha. Faire vivre les différences dans l’unité, c’est une idée que Senny Camara suit tout au long de sa carrière. La chanteuse et joueuse de kora vient de publier le 26 novembre un nouvel EP dont le titre éponyme Boolo veut délivrer un message d’apaisement. « Boolo, ça veut dire l’unité en wolof. Le vivre ensemble et le partage manquent dans ce monde. C’est dans cette unité que l’on trouvera ce que l’on recherche, le respect de l’autre. »

Maxime Longuet

 

POUR ALLER PLUS LOIN : 

> Africolor : écouter l'Afrique dans son présent

> Africolor : Mé 67, rappel historique

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur