En ville

Sarah, Maurice, Louis et les autres…

Neuf jeunes Dionysiens, de 13 à 18 ans, ont participé à une initiation à l’audiovisuel pendant une semaine au centre de vacances de la Ville situé en Indre-et-Loire. De cette expérience ludique et studieuse est née une solide amitié.

Il y a un mois, ils ne se connaissaient pas ; ils sont devenus inséparables. Il y a un mois, ils n’envisageaient l’image qu’à travers ce qu’ils en voyaient sur l’écran, grand ou petit ; ils ont appris ce qu’étaient une caméra, un cadre, un plan, une séquence, le montage… Ils sont neuf, âgés de 13 à 18 ans, viennent de Floréal-Saussaie-Courtille, Cosmonautes, Allende, Pleyel, et ont passé une semaine, du 18 au 24 avril, au centre de vacances de Fondettes (Indre-et-Loire), dans le cadre d’un projet d’initiation à l’audiovisuel orchestré par Martine Barraud, Pascal Bergeron et Sébastien Hilaire, les piliers du service audiovisuel de la Ville. « Tout est parti d’une demande de la direction de la jeunesse, qui souhaitait donner la possibilité à des jeunes de Saint-Denis de pouvoir s’exprimer à travers l’image et le son », explique Pascal Bergeron.

« Le matin était consacré à la théorie»

C’est ainsi que la petite troupe (les neuf nouveaux copains et copines, trois animateurs et les trois de l’audiovisuel) s’est embarquée dans cette aventure à la fois ludique et studieuse. « Le matin était consacré à la théorie et à la technique, l’après-midi au tournage et la soirée au montage », précise Martine Barraud. Pas de quoi flemmarder. Ils ont écrit, tourné, monté des sujets sur le centre et ses activités, puisque des enfants y séjournaient durant ces vacances, mais aussi des fictions, des reportages, tout cela avec un enthousiasme qui ne s’est pas démenti au fil des jours. « Nous avons d’abord appris comment nous servir d’une caméra, de son pied, d’une perche. Puis nous avons tourné de petits plans de dix secondes pour les analyser, avant de nous lancer dans le grand bain », raconte Louis, mi-sérieux, mi-rigolard. « Ce qui était bien, c’est qu’on avait tous un regard différent, et donc fait des films différents », poursuit Sarah, qui avoue dans un grand sourire préférer être devant que derrière la caméra. D’ailleurs, elle a joué à la journaliste lors des reportages.

« Un véritable esprit d’équipe »

Quant à Mélanie, elle explique la fiction que son groupe a tournée, une histoire qu’il a fallu bien sûr écrire avant de la filmer. Maurice, quant à lui, est danseur. Il a donc proposé une break-visite de Tours pleine de rythme. Imane et Louis étaient plus attirés par les sujets sur le centre de vacances lui-même, les enfants, leurs activités. Les animateurs, Yolande, Samir et Tony, se sont eux aussi essayés à l’image. Aidés de Camille, étudiante en cinéma à Paris 8, ils ont tourné un sujet sur les gargouilles de la cathédrale de Tours. « J’ai vraiment appris beaucoup de choses, semble s’étonner Tony. Et l’ambiance, entre ces jeunes qui ne se connaissaient pas auparavant, était super ! » Ça, on l’a bien compris. « Un véritable esprit d’équipe », ajoute Alexandre.

« J’ai adoré cadrer. Par contre, le montage, ça m’a saoulé »

À les voir réunis, quelques jours après leur retour, complices et rieurs, se chambrant gentiment, prêt pour continuer l’aventure, « n’importe où pourvu que ce soit avec la même équipe », s’écrie Hichem, on imagine aisément qu’il s’est passé quelque chose à Fondettes. Ce groupe vit, et ça se voit. Pourtant – ou plutôt parce que ? – ils sont différents, et ne sont pas tous attirés par les mêmes choses. « J’ai adoré cadrer. Par contre, le montage, ça m’a saoulé », avoue sans ambages Louis. « Moi, c’est la prise de son avec la perche qui m’a intéressée », témoigne Mélanie. « En fait, on s’est rendu compte qu’en apprenant ces techniques, c’est l’imagination qui travaille », remarque l’animatrice Yolande. « Ces jeunes m’ont sidérée ! » Et comme les meilleures choses n’ont pas de fin, ils ont déjà filmé le concours de danse de la Fête des tulipes (remporté, cerise sur le gâteau, par Maurice !) et n’envisagent l’avenir qu’ensemble et la caméra au poing.
Benoît Lagarrigue

Les films réalisés par les jeunes Dionysiens à Fondettes sont visibles sur le site de la ville : http://www.ville-saint-denis.fr

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur