@ vous

Demande urgente de rdv
/ Sécurité le long du canal

Nom ou initiales: 
Jean-Pierre Patrix (Vélo à Saint-Denis) et Stéphane Ragot pour le collectif AmiCanal

Monsieur le Maire,

Nous, collectif AmiCanal, qui regroupons les usagers du canal Saint-Denis, cyclistes et piétons, membres de la Dionyversité, de l'AMAP, membres de l'association Vélo à Saint-Denis, nous nous adressons à vous en tant que garant de l'ordre public, de la sécurité et de la tranquillité des citoyens de notre ville. Nous sommes des centaines à utiliser chaque jour pour notre travail ou nos loisirs cet axe dédié par nature aux circulations douces, qui nous permet de traverser Saint-Denis, le territoire de Plaine Commune et qui nous relie à Paris en évitant les dangers de la circulation et les méfaits de la pollution. Cependant depuis plusieurs mois, entre le pont tournant et la gare, le canal Saint-Denis est devenu le théâtre d'agressions de plus en plus violentes, provoquées semble-t-il par un ou plusieurs groupes de mineurs qui tendent de véritables guet-apens en coupant la route des cyclistes qui empruntent la piste : rackets, agressions sexuelles, vols avec violences, les témoignages deviennent chaque jour plus alarmants. En septembre Léa était victime d'attouchements, début octobre Tom se faisait frapper pour un téléphone et quelques pièces de monnaie, dix jours plus tard Stéphane se faisait rouer de coups et casser les côtes pour une sacoche... Nous craignons qu'un accident aux conséquences dramatiques finisse fatalement par se produire. Une marche blanche ne sera plus de mise tant les signaux d'alarme auront été tirés. Plusieurs courriers vous ont déjà été adressés par l'association Vélo à Saint-Denis et nous pensons que le moment est venu de prendre le problème à bras le corps sous tous ses angles, préventifs et répressifs. C'est la raison pour laquelle nous sollicitons d'urgence un rendez-vous avec vous, avant la tenue des Assises citoyennes « ensemble contre les violences » qu'organise la ville du 26 novembre au 2 décembre. Vous l'écrivez dans la plaquette de présentation de l'événement : « Nous avons besoin de cette intelligence citoyenne pour agir collectivement et aller plus loin. » Nous vous prenons au mot. A l'instant de conclure cette lettre nous arrive la nouvelle d'une agression de cycliste sur la piste du canal au abords de la gare : Gwenaël a réussi à échapper de justesse à un groupe de 4 jeunes hommes qui ont tenté de le faire chuter de son vélo... Il y a urgence !

Certain de l'attention que vous porterez à cette alarme citoyenne, et dans l'attente de la confirmation d'une date de rendez-vous, nous vous prions de croire,

Monsieur le Maire, à l'expression de notre considération distinguée.

Pour le collectif AmiCanal,

Demande urgente de rdv

Réactions

Vous vous fatiguez pour rien. Il y a 3 ans, j'avais signalé le va et vient des scooters et la dangerosité qui en découle. Jamais eu de réponse.

En tant que dionysien depuis plus de trente ans, je me permet de vous donner quelques conseils. Votre requête qui comportera obligatoirement votre nom et vos coordonnées (la carte du PC ou de LFI est un plus) doit être adressée au conseiller Bagayoko ou mieux Messaoudene. Ceints de leurs écharpes, ils décideront si elle doit être transmise à Braouezec. Le président de Plaine commune réunira alors un aréopage d'universitaires et de sociologues de Paris 8. Si cette assemblée est favorable, un arrêté municipal sera transmis au Maire Russier pour signature et publication dans le JSD. Mais pour la mise en place d'une action et d'une solution (attention, la solution le plus souvent proposée est d'abord d'éduquer les consciences !) compter 3 à 4 ans. Ces délais sont réduits à l'approche d'une élection. Bon courage

Valérie Pécresse va créer sept mille places de stationnement dans des abris sécurisés Véligo. La Présidente de la Région Île-de-France a compris le problème. Le vol de vélo constitue le premier obstacle aux déplacements en bicyclette. L'absence de pistes cyclables interdépartementales constitue le second obstacle. Exemple : aucune piste cyclable entre le Stade de France et le quartier de La Défense dans les Hauts-de-Seine. Les élus décideurs du Conseil Départemental se déplacent en voitures de fonction payées par nos impôts locaux, donc elles et ils ignorent les vélotaffeurs.

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur