Cultures

Festival de Saint-Denis
/ Requiem pour l’édition 2020

D’abord reporté à l’automne, le festival de Saint-Denis est finalement annulé. Une première depuis sa création. Les organisateurs espèrent malgré tout pouvoir proposer trois concerts à la rentrée.
(c) Yann Mambert
(c) Yann Mambert

Finalement, la basilique se met en sourdine. Après un premier report prévu à l’automne, il a été décidé d’annuler l’édition 2020 du Festival de Saint-Denis. Une première depuis sa création en 1969. En revanche, trois concerts vont être donnés dans la cathédrale dionysienne en septembre pour patienter avant l’édition 2021.

Le 16 septembre, Angélique Kidjo sera présente, sans le violoncelliste Yoyo-Ma, mais avec des invités tels que le pianiste Alexandre Tharaud, la soprano Julie Fuchs et le trompettiste Ibrahim Maalouf. Le 23 septembre aura lieu la reprise du concert Jazz Symphony avec le national d’Île-de-France sous la direction du chef Troy Miller et qui accompagnera la chanteuse britannique Laura Mvula et la trompettiste Lucienne Renaudin Vary. Le programme autour de Gerswhin et Bernstein sera identique à celui prévu initialement. Enfin, ce cycle de concerts se clôturera avec la venue du chanteur sénégalais Youssou N’dour le 30 septembre.

À lire aussi :  Zone sensible, dans mon jardin ouvert

« On a essayé de maintenir le principe d’un report. Mais on s’est trouvé face à plusieurs incertitudes. La persistance de l’épidémie de Covid-19 entraîne la difficulté d’atteindre un niveau de financement suffisant, la maison d‘éducation de la Légion d’Honneur n’aurait pas été disponible non plus, or nous avons l’habitude d’y programmer des récitals. Le report que l’on annonçait concernait six concerts dans la basilique et trois récitals, ce qui était le minimum pour nous. Descendre en dessous, ce n’est plus le festival tel qu’on l’aime. On a donc préféré aller dans une autre direction », explique Nathalie Rappaport, la directrice du festival.

Trois concerts maintenus 

« Économiquement, nous ne voulions pas non plus prendre trop de risques et ainsi préserver la structure pour élaborer sereinement l’édition 2021. Comme, les tutelles publiques maintiennent leurs subventions, cela nous semblait difficile de ne rien proposer d’où ce choix de programmer ces trois concerts qui seront gratuits pour la population locale », précise Mme Rappaport qui y voit là l’occasion de renouer le lien avec les habitants après des mois de crise sanitaire. Ces trois représentations auront une capacité réduite à 40% par rapport à la jauge habituelle. Privé de sa billetterie, le festival a pu compter sur le soutien d’une dizaine d’entreprises partenaires et les collectivités territoriales (ville, département, région) pour organiser ces trois rendez-vous.

Mais l’épidémie de SARS CoV-2 menace toujours la tenue des concerts. « Je reste sur le principe énoncé dès le départ, on évitera de mettre qui que ce soit en danger, on réagira en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, nous saurons nous adapter », assure Nathalie Rappaport. Cette crise sanitaire a mis en péril festivals et salles de concert. Dans le cas du festival de Saint-Denis, elle a aussi coupé court aux actions de sensibilisation menées auprès des habitants. L’équipe du festival travaille sur le maintien des concerts dans les maisons de quartier. Quatre concerts auront lieu à partir du 26 septembre avec une première escale à Franc-Moisin, puis Pierre Sémard et la Plaine en octobre, avant une représentation à Floréal d’ici la fin novembre. À l’inverse de son grand frère, le festival Métis reporté du 1er au 16 octobre, est bien maintenu. 

Maxime Longuet