À la une Sports

Déconfinement
/ Reprise progressive mais pas totale de la vie sportive

A Saint-Denis,  les piscines, gymnases, salles de sport et autres équipements sportifs ne reprendront pas avant le 22 juin, et ce, si la situation sanitaire le permet...  (C) Yann Mambert / Archives
A Saint-Denis, les piscines, gymnases, salles de sport et autres équipements sportifs ne reprendront pas avant le 22 juin, et ce, si la situation sanitaire le permet... (C) Yann Mambert / Archives

Jeudi 28 mai, le Gouvernement a présenté la phase 2 du déconfinement sur le territoire français. Si les zones vertes peuvent rouvrir leurs équipements sportifs depuis le 2 juin, les zones orange – dont fait partie la Seine-Saint-Denis – vont devoir patienter encore… Les autorités ayant engagé « une reprise progressive de la vie sportive », selon les dires du Premier ministre Édouard Philippe, prônent malgré tout un déconfinement « plus prudent » dans le 93.

En conséquence, les stades, les piscines, les gymnases, les salles de sport et autres équipements sportifs de loisirs ne pourront accueillir du public qu’à partir du 22 juin à Saint-Denis… Si la région passe en zone verte et que les conditions sanitaires le permettent. L’activité physique individuelle en plein air reste autorisée toujours en respectant les recommandations sanitaires : distanciation physique (10m pour la course à pied et le vélo, 5m pour la marche rapide, 4m² d’espace entre chaque personne pour les activités statiques comme le fitness ou le yoga) et limitation à dix personnes maximum si regroupement.

LIRE AUSSI / Vélo : la grande reine du déconfinement

Les sports collectifs et les sports de contact restent, quant à eux, interdits au moins jusqu’au 21 juin mais leurs pratiquants peuvent reprendre des exercices physiques et techniques tout en respectant la distanciation. D’ailleurs, pour permettre aux sportifs et aux clubs de préparer leur retour dans une pratique régulière, le ministère des Sports a mis en ligne depuis le 15 mai sur son site Internet différents guides pratiques post-confinement élaborés avec les acteurs sportifs nationaux.

« Nous sommes un peu dépités »

Sur le plan local, les annonces sont accueillies avec de l’amertume. C’est le cas notamment au Sdus. « Nous avions l’espoir au moins d’avoir la possibilité de repartir le 8 juin. En annonçant le 22 juin comme date de reprise, c’est comme si la saison était terminée. Nous sommes un peu dépités », déclare Hervé Borie, président du club. Déçu des annonces du gouvernement, il rappelle la volonté première du Sdus : « Une liste d’activités a été établie pour que le maximum de licenciés puisse reprendre. Mais avec cette date, la plupart ne le pourront pas. » Le président du Sdus compte tout de même remonter les velléités de disciplines comme le tennis, l’athlétisme ou le tai chi chuan souhaitant reprendre.

À l’Avant-Garde, la volonté de reprise reste intacte malgré la fermeture du gymnase de l’Abbé-Joly. « En relation avec la municipalité, nous adopterons dès que nous en aurons l’autorisation les règles de reprise des cours, selon les conditions qui nous seront imposées », explique le président Jean Mornet. Une réunion est prévue ce mercredi 3 juin avec la mairie, et le Sdus tiendra son bureau le lendemain. L’occasion de travailler sur d’autres dispositions.

LIRE AUSSI : Pendant la crise sanitaire, comment les sportifs gardent la forme ?

Du côté de la Ville, cette rencontre avec le mouvement sportif dionysien est l’occasion de parler reprise mais aussi perspectives, notamment économiques, pour la prochaine saison. Et aussi de ce qui sera possible de mettre en place juridiquement et techniquement à partir du 22 juin. Sur le terrain, place est au nettoyage et à la remise en condition des équipements sportifs. Pour la distribution des masques de la fin mai, les gymnases, le vélodrome municipal et le palais des sports ont été réquisitionnés par la Ville. Les agents du service des sports ont été également présents sur les lieux pour participer à l’opération, ce qui a repoussé logiquement les réaménagements prévus des sites sportifs.

Au stade Auguste-Delaune, la donne est différente. Malgré la fermeture du site, cela n’a pas empêché des «intrusions», selon Farid Mebarki, directeur du service des sports de la Ville. Les intrus y ont laissé des déchets qui doivent être nettoyés afin d’accueillir le public dans de bonnes conditions. 

La Baleine ouverte fin juin ? 

Si le 22 juin, l’ensemble des équipements peuvent retrouver une activité quasi normale en fonction des conditions sanitaires, la piscine La Baleine a de grandes chances de rester les portes closes. « Au cours de son allocution, le Premier ministre s’est exprimé avec un esprit de synthèse sans rentrer dans les détails. Mais pour la réouverture de La Baleine dès le 22 juin, techniquement ce n’est pas possible », explique Farid Mebarki. Selon lui, la piscine ne pourra rouvrir qu’à la fin juin au mieux. En cause, les examens de l’air et de l’eau et l’aspect sanitaire spécifique de l’équipement qui demandent une certaine attention et donc le temps nécessaire.

« Si les conditions ne sont pas réunies, la Ville et le préfet peuvent décider du maintien de la fermeture de La Baleine », prévient le directeur des sports. À la reprise de son activité, La Baleine ne pourra avoir en son sein qu’un tiers des 720 personnes qu’elle peut accueillir au fort de sa capacité. Une jauge réduite qu’il faudra également maîtriser surtout avec les fortes chaleurs qui s’annoncent à Saint-Denis.

Christopher Dyvrande
 

LIRE AUSSI : 

> Confinement : comment faire du sport à domicile ?

Covid- 19 : JOP reportés pour Morante et Cassin

Réactions

Une personne sportive se trouve rue Gambetta à Persan, les salles de fitness y sont fermées. Elle marche trois cent mètres traverse la D4 et arrive à Chambly, les salles de fitness sont ouvertes. Ceci démontre que le classement de notre département et du Val d'Oise en zone orange n'a pas d'objectif sanitaire. En empêchant la réouverture des stades et des salles de sport, le gouvernement maltraite la Seine-Saint-Denis et le Val d'Oise.