À la une Cultures

Rencontres chorégraphiques de Seine-Saint-Denis
/ Regards dansés sur le monde

Malgré la crise sanitaire, les Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis gardent le cap, avec une programmation réduite mais audacieuse, qui vibre des problématiques sociétales de notre époque. À Saint-Denis, deux pièces témoignent de ces écritures dansées contemporaines : CloseEnough, création jubilatoire autour de la chaise, et The Sadness, pièce désenchantée sur l’angoisse du futur et la solitude.
Au théâtre de la Belle Étoile, CloseEnough, de la compagnie suédoise ZebraDans, est à destination du jeune public. © Jonas Jarnebring - Rencontres chorégraphiques
Au théâtre de la Belle Étoile, CloseEnough, de la compagnie suédoise ZebraDans, est à destination du jeune public. © Jonas Jarnebring - Rencontres chorégraphiques

Malgré une amputation de son programme, due à la crise sanitaire – sur les 25 spectacles prévus, 8 sont reportés en 2021 et 5 sont annulés –, les Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis auront bel et bien lieu grâce à la ténacité et l’engagement des partenaires, dont le théâtre de la Belle Étoile et La Chaufferie, à Saint-Denis. 

Anita Mathieu, directrice et programmatrice de ce rendez-vous incontournable des écritures dansées contemporaines, s’en réjouit : « Il était primordial que les artistes que nous soutenons ne soient pas fragilisés et ne perdent pas une saison de diffusion. Surtout, ajoute-t-elle, après le séisme du confinement, les danseurs et les créateurs doivent se remettre en mouvement, retrouver leur nécessité d’expression, réinventer la façon de construire leurs œuvres, avec la fragilité de leurs corps, entravés durant la période que nous traversons. »

Alors, forcément, les propositions de cette mouture 2020 auront une cruelle résonance avec l’actualité. Ils se coloreront de nos tensions, de nos inquiétudes. Car depuis sa naissance, en 2002, sur les cendres du Concours de Bagnolet qui vit émerger les chorégraphes Maguy Marin, Angelin Preljocaj ou Joseph Nadj, le festival privilégie, avant tout critère technique, les œuvres qui font écho aux problématiques sociétales. « Ce qui m’intéresse, dit Anita, c’est la façon dont les artistes interrogent notre monde, à travers leur regard singulier et le langage de leur corps… »

Jeux funambules sur Jazz en live

 Cette année, elle observe ainsi dans les œuvres une inquiétude du futur, une violence, de même qu’un repositionnement dans son rapport à l’autre, au corps de l’autre. Ainsi, à Saint-Denis, deux spectacles témoignent de ces écritures dansées. Au théâtre de la Belle Étoile, la première œuvre, CloseEnough, de la compagnie suédoise ZebraDans, à destination du jeune public, a été créée pour un duo de danseurs et un musicien live, qui tisse son jazz à pas feutrés. Le duo part d’un objet du quotidien, la chaise, pour composer une série de mouvements : déploiements, assises, lâchés, repos, redressements…

LIRE AUSSI : Taïwan danse à la Chaufferie

Dans leurs jeux funambules, une multitude de combinaisons émergent, au cours desquelles ils font participer le public. Anita Mathieu éclaire : « Voici une pièce moins politique que ce que nous proposons habituellement. Mais j’adore son côté acrobatique, plein d’inventions, sa gestuelle gaie et délicate, ses postures audacieuses, voire savantes. Grâce à leur boîte à outils de mouvements simples ou virtuoses, de pieds-de-nez à l’équilibre, le travail de ZebraDans se voit traversé par une force jubilatoire et contagieuse, non dénuée d’une dimension comique. » L’air de rien, grâce à ses improvisations, la pièce revient sur l’importance fondamentale du jeu et des envolées de corps joyeux, qui collent parfaitement à son sous-titre : About trust and the joy of play (Sur la confiance et la joie de jouer).

Musique « performée » en temps réel

 Tout autre est le propos de la seconde pièce, à La Chaufferie, intitulée The Sadness (La tristesse). Cette sorte de « concert dansé » a été créée par la chorégraphe Ula Sickle, passionnée de cultures populaires contemporaines et digitales, formée à l’école P.A.R.T.S. de la mythique chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker. La créatrice canadienne-polonaise, Bruxelloise d’adoption, s’était déjà fait remarquer lors des Rencontres 2017 avec son époustouflant Extended Play, où des performeurs composaient sur le plateau, en temps réel, leur musique et leurs lyrics, grâce au logiciel Ableton. Avec The Sadness, pour trio, elle reprend le même dispositif. Mais cette fois, Ula Sickle explore le sadcore, le « sad rap », genre musical apparu sur des plateformes telles SoundCloud. Souvent autoproduit, le style mixe des textes chargés d’émotions fortes, qui évoquent la dépression, voire la mort ou le suicide, avec des instrumentaux mélancoliques et des beats hip-hop.

Pour l’aspect chorégraphique, elle opte pour la « lyric dance », sombre, ténébreuse. Dans cette pièce, se dégagent une sorte de noirceur, un désespoir, une angoisse vive sur l’état du monde et les chances de survie de la planète. « Triste, mélancolique, la création aborde aussi la lente dissolution des liens entre les individus, et l’inévitable solitude, exprime Anita Mathieu. Elle donne à voir la traversée d’un no man’s land : une sorte de désenchantement. Si la pièce n’avait pas été créée pendant la crise sanitaire, peut-être aurait-elle résonné différemment ? » Durant tous les spectacles, les consignes sanitaires seront, bien sûr, strictement respectées. De quoi apprécier en toute sécurité ces regards dansés sur notre époque, sur notre monde.

Anne-Laure Lemancel

 CloseEnough, au théâtre de la Belle-Étoile (14, rue Saint-Just) ven 23 octobre à 19h, sam24 à 15h30 et 19h, dim25 à 15h30. Tarif : 7€. The Sadness, à la Chaufferie (10 bis, rue MauriceThorez), jeu29 et ven 30 octobre à 20h, sam31 à 18h. Tarifs : 10-12€.www.rencontreschoregraphiques.com Tél. : 0155820801.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur