À la une En ville

Municipales 2020
/ Résultats du second tour : les réactions politiques fusent

Dimanche 28 juin, Laurent Russier (PCF) battu par Mathieu Hanotin (PS) annonce les résultats définitifs de l'élection municipale. (c) Yann Mambert
Dimanche 28 juin, Laurent Russier (PCF) battu par Mathieu Hanotin (PS) annonce les résultats définitifs de l'élection municipale. (c) Yann Mambert

Stéphane Peu (député PCF de la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis) : « Le résultat était prévisible. Ce n’est pas tellement étonnant. Le péché originel, c’est la désunion dès le premier tour. Ce n’est pas l’échec de la fusion [de la liste PCF-EELV et LFI] entre les deux tours. Cela a cassé le bloc majoritaire en deux. [Quand il y a deux listes], vous êtes obligés d’exacerber vos points de différences, qui ne sont pas nombreux, et de minimiser vos points communs. Et vous mettez la dynamique du côté de votre concurrent. » Pour lui, cette défaite ne signifie pas la fin du communisme municipal à Saint-Denis. Il prend comme exemple les exemples de Bobigny et de Montreuil. » 

Éric Coquerel (député LFI de la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis) : « Cette défaite est la conjonction de trois facteurs. La cinquième République s’avère un régime de plus en plus censitaire, avec une abstention qui touche particulièrement un électorat populaire, qui soutient traditionnellement des forces comme la France insoumise ou le PCF. L’accident nucléaire de la fusion ratée a également compté. Et enfin le candidat socialiste a récupéré les voix d’En Marche et de la droite. Ces trois éléments font l’écart constaté. Même si nous n’avions pas de tête de liste dans ce second tour, pour LFI l’objectif n’est pas atteint. Nous avons deux ans pour reconstruire une alternative avec la population. Deux ans pour relancer la machine. »

LIRE AUSSI : Mathieu Hanotin, vainqueur avec 59% des voix

Stéphane Troussel (Président socialiste du conseil départemental de Seine-Saint-Denis) : « J’avais estimé la victoire entre 55 et 60%. Mathieu Hanotin a créé une dynamique et un débat qui témoignaient d’un besoin d’alternance. Il a porté un projet de gauche, de solidarité et d’écologie. C’est un projet qui se tourne vers l’avenir mais qui reste en prise avec les problématiques du quotidien.  Ça fait plus de 10 ans que nous sommes alliés donc oui je suis heureux de cette victoire. »

Patrick Braouezec (Maire PCF de Saint-Denis de 1991 à 2004 et président de Plaine Commune depuis 2005) : « Les électeurs – malheureusement trop peu nombreux - ont fait leur choix. Les résultats ne sont pas ceux que j’espérais, ni pour la Ville de Saint-Denis, ni pour le territoire de Plaine Commune et ils viennent naturellement interroger notre bilan d’élus locaux en responsabilité. Comment qualifier ce tournant ? Ce n’est pas une « perte », car la ville de Saint-Denis n’appartient qu’à ses seuls habitants, mais c’est une défaite (…) Saint-Denis ne se conquiert pas. Elle se cultive, à partir de son histoire, des cultures qui s’y mêlent, de la richesse, de la générosité et de la force de tous ses habitants. Ceux qui la gouverneraient sans prendre appui sur ces identités profondes, ceux qui, s’estimant vainqueurs, feraient le choix de la fondre dans la métropolisation, feraient fausse route (…) »

Didier Paillard (Maire PCF de Saint-Denis de 2004 à 2016) : « Je ne suis pas triste, plutôt furieux. Furieux après moi-même. C'est la défaite de notre capacité à construire avec les gens. C'est la démocratie et il faut la respecter. Il y a six ans c'était sans doute un avertissement sans frais. Nous n'avons pas réussi à faire le pas de côté et à nous renouveler suffisamment vite. Et ce n'est pas qu'une question de personnel politique mais aussi de façon de faire. On a loupé des marches. Nous nous sommes peut-être endormis sur nos lauriers et j'ai peut-être trop tardé à transmettre le bâton. »

« Mathieu Hanotin a été élu, mais mal élu »

Zaïa Boughilas et Kader Chibane (Chefs de fil EELV élus sur la liste Vivons Saint-Denis en grand) : « C'est une forte déception. On avait espéré porter une dynamique de transition écologique et sociale. On se réconforte avec le gain de grandes villes. Maintenant, tout en reconnaissant la victoire de Mathieu Hanotin, c'est une grande défaite pour la démocratie. Nous sommes inquiets pour l'avenir. C'est un défi pour nous tous. Mathieu Hanotin a surfé sur l'envie de changement et notre majorité a explosé. Certains ont fait des choix, il faut les assumer. Nous mènerons une opposition constructive. Quand ça ira dans le bon sens nous le dirons et si ce n'est pas dans l'intérêt des Dionysiens nous nous opposerons. C'est une nouvelle page politique qui s'ouvre. »

Bally Bagayoko (Tête de liste, Faire Saint-Denis en commun au premier tour, LFI) : « Ce résultat est la confirmation de ce que l’on sentait. A chaque fois que les anciens réflexes ont primé nous nous sommes éloignés de la victoire. Quand on s’écarte de l’évidence citoyenne on provoque sa propre mort politique. Avec Saint-Denis en commun, nous offrions au PCF la possibilité de créer une dynamique. Je pense que cela aurait fait la différence. Il y a eu une série de fautes politiques et le parti communiste a eu peur de gagner sans avoir ensuite les mains libres pour gouverner. Cette élection renforce également la responsabilité dans laquelle nous nous sommes engagés avec le mouvement Saint-Denis en commun. La question de l’urgence démocratique reste entière. On ne peut pas se satisfaire d’un tel niveau d’abstention. Mathieu Hanotin a été élu, mais mal élu. Enfin cette élection marque la nécessité d’avoir un courant progressiste sur la ville pour faire prospérer cet idéal à long terme même si nous ne siégeons pas au conseil municipal. Le projet politique de Mathieu Hanotin n’est pas le nôtre. Nous serons en résistance et sommes déterminés à ne rien lâcher. »

LIRE AUSSI : Au local de campagne du PCF, des militants KO debout

Houari Guermat, (Tête de liste Saint-Denis autrement au premier tour, centre-droit) : « La victoire de Mathieu Hanotin est une bonne nouvelle pour la ville. Elle est synonyme de changement. Mais si Hanotin a gagné c’est surtout Russier qui a perdu. Ce vote c’est le rejet massif de la politique de la municipalité. J’espère que le futur maire profitera de son état de grâce pour appliquer sa politique. Nous resterons vigilants. »

Alexandre Aïdara (Tête de liste Changeons Saint-Denis au premier tour, LREM) : « Même si ce n’est pas l’alternance que nous avions espérée, la respiration démocratique est une bonne chose et l’effet de bastion n’est jamais une bonne chose. Comme toujours l’abstention est le grand vainqueur. J’invite donc le futur maire à faire preuve de beaucoup d’humilité puisqu’il a été choisi par seulement 18% du corps électoral. Sa légitimité démocratique est faible. Il ne faudra pas diviser davantage la ville et simplement remplacer un clan par un autre. Si les élus ne tiennent pas rapidement parole la confiance va vite disparaître. Nous serons les vigies. Enfin je voulais rendre hommage à Laurent Russier pour son acte de courage républicain. Il est tombé les armes à la main pour avoir refusé le communautarisme. »

Georges Sali (Tête de liste Décidons le changement au premier tour, Parti socialiste de gauche) : « Je pensais que l’alternance aurait lieu mais pas à ce niveau. Le niveau d’abstention est terrible également. C’est une tendance très lourde. La crise de la gouvernance publique en France est grave. On risque d’avoir de gros problèmes. Cette victoire est aussi le reflet d’une vraie modification sociologique de la ville selon moi. Maintenant il fallait du changement (…) Si on prend de la distance ce mouvement de protestation de la gestion de la ville a été enclenché par ma candidature aux élections de 2008. Je n’avais pas voulu rompre avec les communistes à l’époque. Le PCF m’avait dit non. Au bout d’un moment les choses se paient. J’espère que Mathieu Hanotin et son équipe associeront la société civile et les autres forces politiques au changement car il faut être à la hauteur de la demande des citoyens. »

Sophie Rigard (Place publique, élue sur la liste Vivons Saint-Denis en grand) : « Il faut laisser passer la déception et la surprise liée à l’ampleur de l’écart afin de prendre du recul et voir ce que ce résultat signifie. Mais déjà on peut dire que cette élection a été capturée par l’abstention et la lame de fond dégagiste. Pour ma part je sors de cette élection avec la conviction d’avoir été à l’endroit où je devais être. Je sais où j’habite politiquement, dans une gauche qui n’aurait pas porté les projets de Mathieu Hanotin. J’ai l’intention désormais de faire un travail sérieux d’élue d’opposition pour faire entendre les voix des forces de gauche et des collectifs citoyens. »
 

Recueillis par Yann Lalande 

Réactions

Mouais... Le seul éclair de lucidité vient de Didier Pailard bizarrement. Les autres se défaussent encore une fois. Même Bally Bagayoko. Je le cite ". On ne peut pas se satisfaire d’un tel niveau d’abstention"... Pendant des années, ce fut le cas. Et à chaque victoire PCF... il y a eu le champagne d'ouvert. Je l'ai jamais entendu sur Stéphane Peu qu'il vu mal élu. Lui même a été mal élu au départemental. Enfin bref. le changement est salutaire pour tous le monde. Y compris pour le PCF qui devra profondément se renouveler et arrêter de s'acoquiné avec n'importe qui pour garder le pouvoir. Et surtout s'affranchir des vieux barons... Bonne change à Mathieu Hanotin. Il en faudra avec les requins qui restent à la mairie.
En une phrase, Sophie rigard vient d'expliquer leur défaite : "Je sais où j’habite politiquement, dans une gauche qui n’aurait pas porté les projets de Mathieu Hanotin." Voilà qui résume tout. La majorité sortante a toujours été dans l'idéologie. Sauf que diriger une ville et a fortiori comme St Denis, c'est savoir se dégager de l'idéologie pour davantage de réalisme...on voit le résultat aujourd'hui !
Quelle tristesse que ces élus qui se permettent de juger une élection au suffrage universel. Si les citoyens de Saint-Denis ont été voter c’est parce qu’ils voulaient du changement. Ceux qui ne se sont pas exprimés 9nt été dégoûtés de la politique par la troupe de guignols mafieux qui a pourri notre vie depuis tant d’années. Marre de ces combines politicardes qui ont piétinées notre cadre de vie et nos espoirs d’une vie meilleure. On se fout de la politique, on veut juste une municipalité qui s’occuppe des habitants et de la ville, sans demagogie et sans ambitions politiques. Mais non ces personnes ne pensent qu’à défendre leur camp sans penser à nous. Ils n’ont pas perdu à cause de la non fusion d’une liste. Ils ont perdu à cause de leur attitude pendant des années. Et ils sont eux-mêmes les responsables de leur défaite. Si on n’a pas voté pour eux c’est à cause d’eux. Mais à les lire ils manquent complètement de cette lucidité, envore une fois ils mentent et se mentent. J’en ai le cœur au bord des lèvres.
Vous avez surtout transmis le bâton pour vous faire battre en prenant <la société civile Dyonisienne=> "La Vraie" de haut pas celle que vous aviez choisi et qui ne propose que du vent et en profite pour souffler sur les braises de l'incompétence, du mépris, des faux combats. Je vous rappelle que votre bilan en plus d'être calamiteux a fait de nombreuses victimes dont certaines ont perdus la vie (incendie, insalubrité, violences). Alors, votre soi-disant réveil est surtout pour nous la fin d'un cauchemar, malheureusement nous ne pouvons pas revenir en arrière ce qui est fait est fait. Un simple conseil, à vous, mais aussi aux individus qui ont "profité" de la misère des Dyonisiens, car c'est ça la vérité, sachez que dorénavant en plus de notre mémoire nous vous offrons à notre tour le mépris.
Ce que l'équipe sortante n'a pas vu venir, c'est la révolte des propriétaires. Or c'est bien ce qui s'est produit dimanche.
Je suis ravie que monsieur Hanotin est reporter c’est élection municipale j’espère qui vas arrivee à faire sont programmes le parc Marcel cachin l’a propreté des rue et faire le ménage avec plaine commune habitat de c’est magouilles et que l’ancienne municipalité PC vas mettre des bâtons dans les roue du nouveau maire je pense que les prochaines conseille municipales vont est être chaud
Certains avaient mis leurs chemises blanches !!!!!

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur