En ville

Urbanisme-Logement
/ Quelle ville et pour qui ?

Derrière les ratios d’urbanisme et les pourcentages de logements sociaux, se cache une des questions fondamentales de la campagne électorale à Saint-Denis : quelle ville demain et pour qui ?
Bally Bagayoko (LFI) penche pour la réhabilitation des grands ensembles plutôt que de leur démolition-reconstruction. © Yann Mambert
Bally Bagayoko (LFI) penche pour la réhabilitation des grands ensembles plutôt que de leur démolition-reconstruction. © Yann Mambert

Dans la ligne de mire des aspirants maires « le bétonnage » intempestif de la ville, entendez par là sa densification, et son « manque de mixité sociale », lisez surreprésentation du logement social.

« La grande question c’est comment on continue de garder une ville où chacun et chacune puisse garder sa place, répond celui qui occupe le fauteuil de maire. Si d’un côté on souhaite que la ville arrête de croître tout en faisant la place à de plus en plus de propriétaires de classe moyenne, ça veut bien dire qu’il faut que d’autres habitants partent. Ceux qui disent, « il faut vendre du logement HLM » aspirent à un changement de population, s’emporte Laurent Russier (PCF) qui note au passage que la population n’a augmenté que de 4% ces six dernières années.

« Si on ne construit plus rien, on est dans un égoïsme local alors que les besoins, avec 8000 demandeurs de logement sur la ville, sont là, regrette également le maire. Ne plus rien construire au nom de l’écologie dans des villes bien dotées en transports serait synonyme d’étalement urbain. Il faut intensifier la construction, mais uniquement autour des moyens de transport. L’équilibre pour moi passe par moins de HLM là où on est à 100%. Et dans les Lumières Pleyel ou au Village Olympique on se battra pour qu’il y ait 40% de logement HLM. »

LIRE AUSSI : Permis de louer : 9 refus et 33 obligations de travaux
 

« On rénove l’existant »

À l’autre bout du spectre politique dionysien, Houari Guermat (UDI) propose lui un moratoire sur l’ensemble des constructions nouvelles : « On sature à Saint-Denis. Les services publics ne suivent plus. Il faut dire stop. 120 000 habitants ça suffit. On rénove l’existant et on le met aux normes écologiques. » Et au passage on arrête aussi de construire du logement social :

« Toute personne qui souhaitera acheter son logement social doit pouvoir le faire avec une décote maximale de 30% en fonction de l’ancienneté. On doit être capable de vendre 1% du parc social par an. Le but de mon engagement politique c’est d’arriver à une vraie mixité sociale. » Au risque peut-être de voir se multiplier à terme les copropriétés dégradées.

LIRE AUSSI : Entretien avec Sébastien Longin, directeur de PCH
 

Mixité à toutes les sauces

Même ambition et mêmes solutions chez Alexandre Aïdara (LREM) : « Compte tenu du parc de logements insalubres sur le territoire, la priorité absolue est de rénover. Concernant le logement social on est arrivé à un taux très élevé à certains endroits. Il faut introduire de la mixité pour faire en sorte que les classes moyennes puissent s’installer. Je pense que 40% de logements sociaux dans les programmes neufs c’est trop. On a un stock de logements sociaux déjà très important. Saint-Denis a besoin de classes moyennes pour casser la ghettoïsation. » Mais le candidat macronien ne s’arrête pas là.

LIRE AUSSI : La cité de la Ruche, l'un des premiers ancêtres des HLM

« Le sujet clé c’est l’accession à la propriété. Moi je veux que les personnes précaires qui occupent des logements sociaux puissent devenir propriétaires de leur logement. Pour lutter contre les inégalités il n’y a rien de plus important que d’avoir un patrimoine. Parce que c’est là que les inégalités se répercutent de génération en génération. On créera un office foncier libre pour séparer le foncier du bâti afin de diminuer de 40% le coût du logement à l’achat. »

Une proposition également retenue par Laurent Russier, qui précise que ce dernier doit être public cependant. Le logement social n’a décidément pas que des supporters dans cette campagne puisque Mathieu Hanotin (PS) veut réviser « les dogmes » en la matière : « Il faut sortir du 40% de logements sociaux dans tout programme de construction. La loi dit 25%, et c’est déjà très ambitieux pour beaucoup de villes qui se battent pour l’atteindre. Cette loi a été créée pour qu’on évite les effets de concentration de la pauvreté, via le logement social. Dans un premier temps, il faut mieux entretenir, mieux rénover les logements sociaux existants. Nous n’aurons pas une approche comptable mais pragmatique, quartier par quartier. On construira des logements sociaux, mais je ne prendrai aucun engagement chiffré parce que ça aboutit à une logique de spécialisation. »

Bally Bagayoko (LFI), partisan par ailleurs de la réhabilitation des grands ensembles plutôt que de leur démolition-reconstruction, « parce qu’on détruit des grands logements en PLAI qu’on ne sera pas en capacité de reconstruire », voit les choses sous un autre angle :

« On doit densifier. On n’aura pas le choix si on veut répondre au besoin de logement. Sinon on organise la surpopulation dans les logements et le bordel général. On doit s’adapter à la réalité et prendre des dispositions plutôt que de présenter le futur comme on voudrait. Nous sommes favorables à la production de logements sociaux pour répondre à l’urgence de l’insalubrité, et de la division pavillonnaire. Mais il faut détruire la mauvaise image du logement social. Notre objectif c’est d’atteindre les 40% que nous n’atteignons pas. Mais on veut 40% de logements sociaux de qualité. »

Yann Lalande

Réactions

Le problème des maires bâtisseurs comme ils aiment le rappeler, c'est qu'ils se souci peu de l'avenir. Comment bâtir plus de logements sans soucier des à cotés indispensables pour ne pas créer de "la mal vie" comme dit souvent Stéphane Peu. Qui dit bâtiment d'habitation dit école, collège, espace verts, espaces sportif, parking rue supplémentaires. Et je ne sais pas s'il se rends compte mais la ville est saturée d'habitants et d'usagers de la ville. On estime à 300 000 personnes à l'instant T sur la ville. Densifier alors que les gens vivent déjà mal à Saint Denis, c'est ne pas admettre que les attentes des habitants sont fortes. Quand à Bally Bagayoko, je ne comprends pas. Un jour il dit qu'il veut une ville à taille humaine, et maintenant il veut densifier la ville. Quand au bordel, il en est responsable avec Laurent Russier. C'est pas parce 8000 demandes sont à Saint Denis qu'elles doivent être satisfaite. C'est aussi une manipulation de chiffres. Les demandes HLM sont se font sur plusieurs villes. Et vue ce qu'il se passe à Dourdan... Je ne suis pas sur que les gens fassent la queue pour y habiter (mais surtout pour y acheter de la drogue). Personnellement, il faut un moratoire sur les constructions sur la ville. Je comprends que les promoteurs loi Pinel tape à la porte du maire pour avoir des permis de construire mais la ville n'a pas à vocation à fournir un patrimoine défiscalisé aux plus aisés. Alors Patrick Braouezec, un quartier 100 % HLM... c'est pas un ghetto?? Ca fait longtemps qu'il est pas venu dans la ville la plus criminogène de France....
Les propositions de Bally Bagayoko sont tellement loufoques que je suis obligé de lire et relire pour être certain d'avoir bien compris ... il veut poursuivre la "densification" mais comment ? En sous-sol ? En apesanteur ? En lévitation ? Et il y a des écolos derrière lui ... et les espaces verts, il faut les prévoir dans les sous-sols aussi ? Burlesque.
Je reprends les mots du maire : "il faut intensifier la construction" et ceux de Bally Bagayoko : "on doit densifier". J'avais publié un post intitule y a t il un ecologiste dans la ville? En tout cas ces deux là sont éliminés d'entrée. Ce que je n'arrive toujours pas à comprendre c'est le soutien de certains EELV à ces deux listes... A part par calcul politique, je ne vois pas.
Qui a lu les propositions de Russier sur le logement ? C'est insensé. Il veut tout gérer ( les prix à la vente et à la location). Il se croit véritablement à Moscou
Je remercie le JSD pour ses différents comparatifs croisés des programmes des candidats. Cela permet de peser la dangerosité voire la malignité de la candidature Bagayoko.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur