En ville

Quatorze écoles fermées

Le mardi 7 octobre, les salariés étaient appelés à participer à la « Journée d’action mondiale pour un travail décent » par six centrales syndicales, CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA. Lancée par le Forum social mondial avec l’appui de la Confédération syndicale internationale, cette mobilisation s’est traduite dans l’enseignement primaire à Saint-Denis par la fermeture de 14 écoles, dont 10 maternelles et 4 élémentaires. Dans les 38 autres établissements, où l’inspection de l’Éducation nationale a relevé plus de 25 % de grévistes, un dispositif d’accueil minimum devait être assuré par la Ville. C’était du moins son obligation selon la loi n° 2008-790 du 20 août dernier. Mais Saint-Denis, comme les 25 autres municipalités de gauche du département, avait annoncé dès le printemps dernier son refus d’appliquer ce « dispositif antigrève ».

26 villes refusent le dispositif
Réunis le lundi 6 octobre, à Pantin, avec des représentants des partis de gauche, des syndicats d’enseignants (FSU, SNUipp, Unsa, Sgen-CFDT) et des parents de la FCPE, des élus des 26 villes ont réitéré leur refus dans une déclaration commune. Pour eux, ce dispositif est d’ailleurs inapplicable, comme le soulignait d’ailleurs la mairie la semaine passée dans un communiqué. « L’État demande aux communes de recruter en 48 heures un nombre d’agents vacataires et volontaires proportionnel au pourcentage d’enseignants grévistes. Pour la Ville de Saint-Denis, cela revient à recruter entre 180 et 750 agents en 48 heures. » La mesure est d’autant plus décriée que « le gouvernement a supprimé 11?200 postes d’enseignants à cette rentrée scolaire et annonce 13?500 suppressions supplémentaires pour la rentrée prochaine », dénonce le SNUipp dans la lettre type de préavis de grève que ce syndicat du 1er degré avait diffusé auprès des enseignants. D’après la loi sur le service minimum, ceux-ci doivent en effet « déclarer au moins 48 heures avant la grève [leur] intention d’y participer ». Pour protester contre les coupes budgétaires annoncées début septembre, une manifestation nationale « pour la défense du service public de l’éducation » est prévue le dimanche 19 octobre à Paris à l’appel d’une quinzaine de syndicats et d’organisations d’enseignants, parents, lycéens et étudiants.
Marylène Lenfant

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur