À la une En ville

Construction
/ Pulse, bâtiment modèle

Avec sa construction mixte bois-béton, et l’utilisation de matériaux recyclés en provenance d’autres chantiers, Pulse, le nouvel immeuble d’Icade, a fait le pari de respecter l’environnement.

La construction immobilière rime souvent avec pollution. Le béton déversé par centaines de mètres cubes, les allers-retours incessants des camions, tous ces éléments ont un coût environnemental indéniable. Les chiffres sont d’ailleurs impressionnants : en 2012 (1) le secteur de la construction dans le bâtiment représentait environ 40 % des émissions de CO2 des pays développés, 37 % de la consommation d’énergie et 40 % des déchets produits. Et pourtant, il faut bien construire.

En particulier à Saint-Denis, où la croissance et l’attractivité sont toujours plus fortes. La réponse viendra peut-être du bois. C’est en tout cas ce que pense Icade, géant de l’immobilier, à l’origine de l’immeuble Pulse qui a poussé ces derniers mois place du Front-populaire. Cet immeuble de bureaux de 28 695 m² sur 7 étages a la particularité d’être issu d’une construction mixte bois-béton. Concrètement, cela signifie que cet immeuble possède des fondations et une colonne vertébrale en béton, sur laquelle a été posé un assemblage en bois qui forme les étages, les murs et la charpente.
 

Six jeunes formés aux métiers du bois

Pulse est le premier immeuble de cette dimension à jouer la carte de la construction mixte bois-béton, ce qui a d’ailleurs poussé Icade à faire appel à des corps de métiers qui ne sont pas habituels sur un chantier de cette taille, comme des charpentiers et des menuisiers. L’entreprise de BTP a même formé six jeunes aux métiers du bois. Ce matériau a permis au chantier d’avancer rapidement, les pièces étant prêtes à être montées, comme un gigantesque Lego. Quand l’immeuble sera terminé, en janvier prochain, cela fera seulement 2 ans que le chantier aura débuté. Au moment de notre visite, début décembre, il restait globalement à poser les moquettes, certains parements extérieurs, et à faire les dernières finitions.
 

 

Un gigantesque piège à carbone

Le bois a aussi l’intérêt de présenter des principes très écologiques. Non seulement il permet de limiter l’utilisation de béton mais en plus il a l’avantage de transformer l’immeuble en un gigantesque piège à carbone. Pulse a d’ailleurs reçu le label BBCA (bâtiment bas carbone).

En grandissant dans sa forêt, l’arbre capte le CO2 environnant et relâche de l’oxygène. Le bois continue à piéger ce gaz carbonique absorbé alors qu’il était vivant une fois qu’il est coupé à maturité, et ce durant toute la durée de vie des produits manufacturés à partir du bois. Un mètre de cube de bois correspond à 0,74 tonne de carbone stocké. Donc, dans le cas des 6 000 m³ de bois utilisés pour la construction de Pulse, il y aura quelque 4 400 tonnes de carbone stocké. C’est l’équivalent de 1 120 Paris-New York en avion. Une économie de carbone qui n’est pas négligeable. Au rayon écologie, Pulse a d’ailleurs fait la part belle au réemploi de matériaux d’autres chantiers : quasiment tous les planchers techniques du bâtiment sont issus de la démolition d’autres immeubles, tout comme les mains courantes des escaliers.

Les isolants intérieurs sont eux faits à 85% en coton, c’est-à-dire en vieux vêtements déchirés et transformés. L’utilisation du bois et des produits recyclés n’a en tout cas pas été un handicap pour faire de Pulse un bâtiment impressionnant, marqué principalement par un atrium de 28 mètres sous verrière, et assez large pour accueillir un terrain de tennis. À chaque étage, des open spaces de 18 mètres de large et d’une centaine de mètres de long, très lumineux, grâce au bois lasuré clair, accueilleront prochainement des salariés.

En tout cas, c’est ce qu’espère Icade, puisqu’au moment où nous écrivons ces lignes, Pulse est livré « à blanc », sans occupants (la Société du Grand Paris a été évoquée un temps). Reste que le bois utilisé pour la construction de l’immeuble n’est pas totalement écologique puisqu’il provient d’Allemagne, d’Autriche, et des pays Scandinaves… La faute à une filière bois de construction inexistante en France, nous souffle-t-on chez Icade. L’entreprise serait néanmoins en discussion avec des forestiers d’Île-de-France pour relancer une filière pour la construction de bâtiments.
 

Arnaud Aubry

(1) Source du chiffre : cairn.info 

Réactions

Le groupe ICADE possède un patrimoine d'une valeur de 11 milliards d'euros. En 2017 le groupe ICADE a réalisé un bénéfice de 171 millions (résultat net part du groupe). Pour faire du béton il faut du sable, et pour faire un grain de sable la nature met des millions d'années. En construisant cet immeuble Pulse avec du bois, ICADE préserve les ressources en sable de la France et celles de la planète. C'est bien. Mais en 2019, en France, combien de logements sociaux le groupe ICADE va-t-il revendre à la découpe alors que des millions de jeunes françaises et de jeunes français ont du mal à se loger décemment ?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur