À la une En ville

Journée noire de l’Éducation
/ Profs et parents toujours mobilisés contre les inégalités

Après des réunions dans chaque quartier mardi 14 mai, des actions ont été organisées par les parents ce jeudi 16 mai. Les récentes intrusions ont accentué le sentiment d’injustice des familles, qui craignent également que les inégalités s’accroissent.
Jeudi 16 mai, parents, professeurs et enseignants se sont retrouvés devant la mairie suite à l'appel à un « jeudi noir » de l'Education.
Jeudi 16 mai, parents, professeurs et enseignants se sont retrouvés devant la mairie suite à l'appel à un « jeudi noir » de l'Education.

Avec le passage de la loi Blanquer au Sénat cette semaine, le collectif parents-profs en lutte à Saint-Denis a voulu monter la mobilisation d’un cran en impliquant davantage les parents. Pour ce faire, six grandes réunions de quartier ont été organisées mardi 14 mai. « Le but est d’informer, car les textes sont compliqués et des amendements sont sans cesse rajoutés », explique Louise, enseignante à Opaline déléguée CGT. 

LIRE AUSSI : Education nationale : vers une grande journée de mobilisation
 


 

Une école à deux vitesses

À la réunion de la Maison de quartier de la Plaine, une quarantaine de parents et d’enseignants, venant d’une quinzaine d’établissements, se sont rassemblés. Stéphanie, déléguée du personnel Snuipp-FSU, enseignante à Le Cordouan, explique plusieurs points de la loi Blanquer. « L’obligation de scolarisation à 3 ans va imposer aux mairies de financer les écoles maternelles privées, des fonds publics en moins pour les autres établissements », alerte-t-elle. Ce qui risque d’accroître des inégalités territoriales déjà présentes.

« L’établissement le moins bien doté de Paris l’est plus que l’établissement le plus doté de Saint-Denis. Le département subit une forte pression démographique, mais des postes d’enseignants continuent d’être supprimés », rappelle Jimmy, enseignant délégué SNES au lycée Angela-Davis. Dans certains établissements, comme au collège Fabien, le manque de moyens a poussé à l’arrêt de certains clubs ou dispositifs. « L’aide aux devoirs des enseignants a été suspendue », rapporte une prof. Camille, déléguée Sud éducation et enseignante à l’école maternelle Bas-Prés, attend toujours, elle, d’avoir une Atsem pour sa classe.

Autre point d’inquiétude concernant tous les niveaux de l’éducation : le recours aux contractuels. « La moitié des profs de maths sont contractuels dans le secondaire de l’académie de Créteil. Il y a de grandes difficultés de recrutement d’enseignants dans le département, ce qui mène à l’embauche de ces contractuels, titulaires d’un master mais sans aucune formation pédagogique. Le projet de loi de la transformation de la fonction publique va pérenniser cette pratique », avertit Jimmy. 
 


 

Une mobilisation en demi-teinte

Recours à des étudiants dès leur 2e année de licence pour certaines missions, bac territorialisé, choix restreints de spécialités au lycée, non-dédoublement des classes de CP et CE1… Les sources d’inquiétudes sont nombreuses pour les parents, qui craignent que le lieu de vie de leurs enfants ait un impact important sur leur avenir. Ce jeudi 16 mai, plusieurs d’entre eux se sont mobilisés pour montrer, de manière symbolique ou incisive, leur « refus de ces lois discriminantes », comme l’affirme Nina, mère d’élève à l’école Calmette. « Une quarantaine de parents étaient présents à Calmette-Pasteur, nous avons fait sortir dans la cour les enfants et appelé l’inspecteur. » Cette perturbation n’a duré qu’une partie de la matinée.

À l’école La Montjoie, le blocage aura tenu symboliquement une quinzaine de minutes. « Nous ne pouvons pas mettre en difficulté les parents, mais nous avons pu échanger avec eux sur les conséquences des réformes et certains d’entre eux ont décidé d’emmener leur enfant au travail », explique Honorine, mère d’élève. Dans cette école maternelle et à l’école élémentaire voisine Saint-Just, le taux d’absentéisme a été de 24%. Si l’on est loin du « jeudi noir » espéré par le collectif parents-profs, la mobilisation a tout de même commencé à toucher d’autres familles.  

LIRE AUSSI : Ecoles, des intrusions qui inquiètent

Les intrusions qui ont eu lieu récemment dans certaines écoles ont donné une impulsion à la mobilisation du quartier Delaunay-Belleville-Langevin-Péri-Sémard. Plus de 200 personnes étaient présentes à la réunion du mardi soir. Le jeudi, les cours ont été annulés dans les écoles du groupe scolaire Victor-Hugo-Balzac-L’Hermitage et au collège Fabien. Une manifestation d’une centaine de personnes a déambulé toute la matinée dans le quartier pour affirmer « l’école est à nous ». « Les parents sont surtout mobilisés pour réagir à l’intrusion, la loi Blanquer cela leur paraît encore peu concret », confie une enseignante de Balzac. Ce cortège familial a pourtant rejoint le rassemblement de 11h30 devant l’hôtel de ville, en criant le slogan « Dans tous les quartiers, dans toutes les régions, un même droit à l’éducation ». Une convergence qui peut être résumée avec cet autre slogan scandé : « On veut des moyens, on n’est pas des moins que rien ».

Le manque de personnel encadrant étant l’une des grandes revendications. Environ 300 personnes étaient présentes à ce rendez-vous qui mettait aussi en avant l’insuffisance de moyens dans l’ensemble des services publics. 

LIRE AUSSI : Loi Blanquer : Mobilisés contre un système éducatif inégalitaire
 

Les lycées étaient aussi mobilisés, avec un taux d’absence de 80% pour les élèves de 2nde à Angela-Davis par exemple. « Nous ne voulons pas les appeler à bloquer, car ils prennent des risques énormes face aux forces de l’ordre », précise Jimmy. Avec d’autres parents d’élèves, la maire adjointe Suzanna De la Fuente, en charge de l’enseignement primaire, a proposé à la réunion de quartier de la Plaine de « préparer un courrier type que chaque famille enverra au président de la République ».

Interpellée par une mère d’élève sur « le rôle de la mairie », elle précise qu’il est surtout question « d’accompagnement du mouvement, avec notamment la mise à disposition d’un car pour que les familles puissent se rendre à la manifestation nationale de samedi 18 mai, à Paris ».

Delphine Dauvergne

Réactions

Sur facebook un bobard s'est propagé, selon lequel ce projet de loi École de la confiance remplace les écoles maternelles par des jardins d’enfants. Dans un journal de la presse régionale, un autre bobard a affirmé que la bataille de Verdun disparaissait du programme d'histoire-géo au lycée. Un autre bobard se répand selon lequel «l'article 1 du projet de loi bâillonne les professeurs dans leur expression citoyenne et professionnelle». On assiste à un festival de fake news. La place des mathématiques au lycée dans le tronc commun reste un vrai sujet. Elle se renforce pour les premières et terminales scientifiques S, mais elle diminue pour les options littéraires. Un enseignement scientifique de deux heures est prévu dans le tronc commun, mais il s'agit de calcul et non pas de mathématiques. Espérons que le Sénat intervienne.
Claude, le Sénat est intervenu... et le projet de loi s'en trouve durci par bien des aspects dont vous trouverez le détail sur http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/05/20052019Article636939321018068885.aspx Et les sénateurs LR se réjouissent d'un de ses aspects les plus honteux https://www.lesrepublicains-senat.fr/spip.php?article11220

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur