Sports

Préparatifs pour un rendez-vous mondial

Deux judokates du Sdus participent à la Coupe du monde en novembre à Paris. Dante et Catherine Andreazzoli deviennent formateurs à l’école des cadres. Et le club accueille en février les qualificatifs aux championnats de France FSGT.

Attention, y a de l’ambiance?! Au palais des sports Auguste-Delaune, du côté des salles de judo, les kimonos s’agitent. « Nous préparons la Coupe du monde de kata, qui se déroule les 22 et 23 novembre à l’Institut national du judo de Paris », se réjouit Dante Andreazzoli. Deux Dionysiennes du Saint-Denis US y participent, Janik Bravo et Catherine Pierre Andreazzoli, en catégorie juno-kata (kata de la souplesse). Un couple du club de Giens est également inscrit et tous les quatre défendront les couleurs tricolores, « face à de nombreuses nations, notamment des Italiens et des Espagnols détenteurs des titres ». C’est la première fois que la France organise cette compétition, qui s’est déroulée à Malte l’an dernier, après être passée par l’Italie et la Hollande.
« Les combats sont faits pour les jeunes judokas, des costauds, explique Dante Andreazzoli, animateur du club, ceinture noire 6e dan. Alors que l’on peut pratiquer les katas à tout âge. C’est un peu comme un parcours de gymnastique libre, ou encore comme une danse, où les juges notent toutes les expressions, tous les mouvements. Plus ces derniers sont gracieux, plus on a des chances de marquer des points. » Mais ce n’est pas une promenade de santé pour autant car tout est affaire de précision dans les gestes. Et c’est physique, aussi. « Dans le juno-kata, il y a des portés, sans projection au sol du partenaire, lequel doit rester en équilibre dans le mouvement?; en fait, on s’entraîne comme pour une compétition de combat. »
Profs de professeurs
Depuis la rentrée, Dante Andreazzoli et Catherine Pierre (7e dan, un grade rare chez les féminines) sont aussi formateurs à l’école des cadres, qui forme les futurs professeurs de judo diplômés d’État. « Il s’agit de participer à la formation d’une trentaine de garçons et filles pendant plus de 300 heures de cours », disent-ils. Les cours se déroulent en général à Paris, à l’Institut national du judo, les vendredis soirs, samedis et dimanches non-stop. « Nous faisons travailler toutes les techniques, debout et au sol, ainsi que les cinq katas », poursuivent les professeurs. Et ils avouent?: « C’est un très gros travail, notamment de préparation, mais c’est particulièrement agréable de participer à cette formation. » Le fameux diplôme se passe en fin d’année sur quatre journées.
Coupe de l’amitié en avril
Si quelques retardataires s’inscrivent encore, « la rentrée est faite, et nous retrouvons les effectifs de l’an passé », annonce Dante, ajoutant « qu’avec pas moins de cinq clubs dans la ville, on se maintient bien. Sans doute que notre approche du sport et de la formation des futurs adultes n’y sont pas pour rien ». L’an dernier, le club a participé à 56 manifestations, à domicile ou à l’extérieur. Ce qui mobilise non seulement le staff « mais heureusement aussi des parents ». Et un certain nombre de résultats ont été enregistrés, comme la seconde place remportée à Montreuil chez les tout-petits. Chez les plus grands, deux garçons du club se retrouvent dans le pôle France en sport études, Angelo Andreazzoli et Lucas Ridolphi. Ils participent déjà à des tournois internationaux « labellisés » par la Fédération française de judo (FFJ).
Au programme du club cette année, deux déplacements « traditionnels », en Belgique le premier week-end de mai, et en Italie en fin de saison. Mi-décembre, ce sera la Coupe de Noël, à Delaune et, début avril, la Coupe de l’amitié organisée par le club et qui fait se rencontrer quelques centaines de judokas de toute la région. À cela va s’ajouter pendant les vacances de février l’organisation, toujours à Delaune, des qualifications régionales pour les championnats de France FSGT qui se dérouleront cette année un peu plus tard au nord et au sud du Pays. Saint-Denis en a accueilli une partie l’an dernier. Bref, comme le dit Dante dans un grand éclat de rire, « entre nous, on ne s’ennuie jamais ».
Gérald Rossi

ÉCLAIRAGE
Le dojo en quelques mots
Les inscriptions. Elles sont toujours ouvertes. Il en coûte 180 euros pour la saison, tout compris (cours, licence, assurance, déplacements, stages…). Pour pratiquer, un kimono est indispensable. Les modèles de 30 à 65 euros pour les ados et adultes sont suffisants. 15 à 25 euros pour les enfants. Pour les tout-petits, il n’est pas utile de prévoir plus de 7 à 8 euros.
Les cours. L’école du judo, pour les 4 à 8 ans, se déroule les mardis et jeudis. Pour les ados, les cours sont prévus les lundis, mercredis et vendredis. Pour les adultes et les jeunes à partir de 13-14 ans, cours également les lundis, mercredis et vendredis. Pour le jujitsu, les cours ont lieu les mardis et jeudis soir.
Le staff. L’ensemble des enseignants a été formé au club, qui dispose de cinq diplômés d’État, dont Dante Andreazzoli, 6e dan, Catherine Pierre Andreazzoli, 7e dan, Marino Andreazzoli 5e dan. Ce dernier participe à divers tournois internationaux et s’est par exemple classé 2e aux championnats de France militaires.
Les contacts. 01?55?84?22?22 (ou 01?48?22?64?81, du lundi au vendredi, de 18?h à 20?h).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur