À la une En ville

Mouvement social
/ Pourquoi les chauffeurs de cars de la Ville sont en grève ?

Depuis le mercredi 23 janvier, les huit chauffeurs du Centre technique municipal sont en grève. Ils protestent contre la suppression par leur direction d’une prime de 15 euros par repas, qui leur était versée et contre la non rémunération de leurs heures supplémentaires.
Vendredi 1er février, les chauffeurs de car de la Ville et les syndicats FO, Sud solidaires, CFDT, SNU-TER, réunis en intersyndicale ont protesté contre devant la mairie.
Vendredi 1er février, les chauffeurs de car de la Ville et les syndicats FO, Sud solidaires, CFDT, SNU-TER, réunis en intersyndicale ont protesté contre devant la mairie.

« Ça n’avance pas, la Ville reste sur des positions qui ne sont pas convenables donc les chauffeurs continuent la grève ». Nathalie, secrétaire générale adjointe à Force ouvrière est catégorique. Les huit chauffeurs de car CTM (Centre technique municipal) poursuivent leur mouvement de grève entamé il y a une quinzaine de jours en raison d’une décision de la Ville de supprimer la prime panier – une indemnité restauration de 15,25 euros par repas – qui leur était versée par compensation lors de leurs sorties dans la journée en région parisienne, de trois à quatre fois par semaine. 

La municipalité s’appuie sur une circulaire du 19 décembre 2006 qui revient sur les définitions de « résidence administrative, résidence familiale et la notion de commune ». D'après ce texte de loi, Paris et ses villes limitrophes correspondraient désormais à une seule et même commune. « Par équité avec l’ensemble des agents de la collectivité, il est décidé d’appliquer la réglementation », a fait savoir dans un courrier adressé aux agents du CTM le 28 janvier, Florence Haye, maire adjointe en charge du personnel. Désormais, la prime panier sera versée aux agents selon le lieu de sortie.
 

Baisse du pouvoir d’achat

Pour les huit chauffeurs de la Ville qui ont manifesté en gilets jaunes vendredi 1er février sur le parvis de l’hôtel de ville, cette suppression de la prime panier va leur faire perdre du pouvoir d’achat. « On travaille en journée continue (contrat de 37,5 heures). C’est du travail effectif avec beaucoup de contraintes. On doit être disponible pour l’instituteur, garder les affaires des enfants qui pendant les sorties restent dans le car et attendre que tout le monde revienne pour rentrer. Donc on n’a pas de pause, c’est du temps de travail », a expliqué Christophe, l’un d’eux. Jusqu'à présent, les chauffeurs bénéficiaient de 25h heures supplémentaires payées d'office et 35h récupérées. Aujourd'hui, la Ville veut privilégier la récupération par rapport au paiement. 

Pour Abdel, il est « aberrant » que les heures supplémentaires travaillées ne leur soient pas rémunérées. « C’est un métier difficile. Il y a les bouchons, la circulation. Mais la mairie estime que nos conditions de travail sont les mêmes que les autres salariés. » Autres problèmes évoqués lors du rassemblement par les chauffeurs : la « remise en cause par la Ville » des parkings payants pour les cars. La collectivité prend en charge les 3H de stationnement à hauteur de 300 euros. Pour des raisons « de gestion » et de budget, la municipalité demande aux chauffeurs de prendre en compte les parkings gratuits pendant leur heure de travail et pendant la pause du midi. « Ils nous disent de trouver une solution et que si on ramène des amendes, c’est pour nous ! », s’est exclamé Abdel.

Vincent, enseignant à Saint-Denis, présent lors de la manifestation, a estimé que « les chauffeurs de cars sont habitués à travailler avec des enfants. Ça n'est pas un transport comme un autre. On voit de plus en plus, ailleurs, le remplacement d’un service municipal de transport scolaire en service privé. Est-ce que c’est une politique comme ça, qu’ils veulent, à la mairie ? »

Hier, lundi 4 février, un rendez-vous a été organisé en mairie mais aucun accord n’a été trouvé entre les agents du CTM et la municipalité. Le syndicat FO, qui a appelé à un mouvement social, réclame pour les chauffeurs une compensation de leur prime de repas supprimée en « une prime mensuelle ou en tickets restau » par exemple, a précisé Nathalie. Et d’ajouter : « On demande à la mairie de payer 70% des heures supplémentaires, et le reste doit être récupéré. » 

Yslande Bossé

Réactions

La prime de mission de 15,25 qui est national pour toute la fonction publique territoriale,d état,et hospitalière s applique en dehors de la résidence administratif.en ce qui conserne les heures si elle était en continue elle dépasserait les 40 heures par semaines,si les chauffeurs ne font pas d heures supplémentaires en semaine il ne descende jamais au dessous de 37,5.
ses chauffeurs on 15.25 en liquide en plus ne fournis aucun justificatif plus 1h30 heures supplémentaire payer pour allez manger ils partent avec les associations de la ville qui pour certaines leurs payes l' Hotel le restaurant il se garde bien de rembourser les frais avancer par la ville pour ceux ci 150 euros dans leurs poches merci pour mes impots

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur